« jeune » et « réactionnaire », mais c’est impossible !

Par Paul octobre 31, 2014

Jeunesse Réactionnaire

 

 

Je vous présente Paul, Paul le réactionnaire. J’aime beaucoup déjà. Paul est l’auteur du nouveau blog Jeunesse Réactionnaire ( http://jeunesse-reactionnaire.com ), qui a pour but de montrer le point de vue du jeune réactionnaire qu’il est je cite « alors que le monde suit un processus d’évolution décadente ».

Le but du blog de Paul est de montrer qu’être réactionnaire, contrairement à ce que disent les médias, ce n’est pas que pour des « vieux cons aigris », mais que c’est un vrai problème qui concerne la jeunesse. Je vous invite cordialement à le lire et surtout, dites-moi ce que vous en pensez. Par avance merci. //RO

 

 

Tous ensembles, changeons l’image du vieux con réactionnaire.
Tous ensembles, changeons l’image du vieux con réactionnaire.

 

 

Quand j’expose mes idées et mes opinions dans mon cercle de contacts et de connaissances (donc des personnes de plus ou moins mon âge), on me regarde toujours avec des gros yeux écarquillés.

Je ne pense pas que ce soit le contenu de mes propos qui choquent en premier lieu (ça choque les bobos assez rapidement quand même, rassurez-vous), je crois vraiment que la première réaction (notez que la réaction ici n’a rien à voir avec le fait d’être réactionnaire !) est : « Mais comment ose-t’il ? C’est un jeune de 25 ans, en bonne santé (a priori !), bien dans sa tête (a priori !), pétri d’espoir pour l’avenir (a pr… ouais non n’abusons pas), mais qu’est-ce qui se passe ? »

Il faut savoir que dans l’imaginaire commun, le réactionnaire est un vieux con (il a AU MOINS fait le Vietnam) qui rumine que c’était mieux avant, quand la femme fermait sa gueule et qu’il n’y avait pas tous ces… Vous avez compris (oui je préfère m’auto censurer un peu dès le premier article, car je suis sûr que certains seraient capables de me prendre au pied de la lettre). Bref le réactionnaire est souvent associé au racisme, à la xénophobie (je déteste ce mot), à la mysoginie, et autres superlatifs réjouissants.

Bon alors comment se fait-il que moi, un jeune homme de 25 ans, BAC+5 en poche (ça aurait rassuré les gens si j’étais sans diplôme, à la limite ils auraient pu dire que j’étais un gros beauf inculte (petite remarque pour ces personnes-là : le diplôme n’est pas une garantie d’intellect ou de culture (je parenthèse souvent mes parenthèse, vous vous habituerez 😀 (c’est mon côté développeur, petite dédicasse ! (oula où j’en étais moi 🙁 ))))), jeune actif, que dis-je JEUNE CADRE DYNAMIQUE (aïe, j’en parlerai sûrement dans un prochain article :D), bref a priori (beaucoup d’a priori) bien sous tous les angles, par quel malheur suis-je devenu réactionnaire alors que je suis jeune ???

Après tout comme on dit,

« si à 20 ans t’es pas de gauche t’as pas de coeur, si à 40 ans t’es pas de droite t’as pas de cerveau »

La dimension de l’âge est donc bien présente n’est-ce-pas ?

Je vais faire comme quand j’étais en philo en terminale (j’aimais bien la philo !), je vais disséquer les éléments du sujet de dissertation (on est quand même loin d’un sujet de dissertation, je vous rassure (ou pas)).

« JEUNE »

Alors là, je ne crois pas qu’il y ait un seuil de jeunesse (ou seuil de « jeunesse finie » plutôt) clairement défini. Les avis diffèrent.
J’entends souvent que c’est jusqu’à 25 ans (ça va en rassurer certains peut-être, dans peu de temps j’aurai dépassé la limite et je ne serais plus qu’un « réactionnaire » tout ce qu’il y a de plus normal), mais plus dans le sens « ouais jusqu’à 25 ans tu t’en fous tu fais la fête, bon après il faut travailler ».

Ok, pourquoi pas, c’est un avis comme un autre. A noter que je fais régulièrement (souvent par période) la fête, peut-être cela étonne aussi mon entourage qui pensait que pour être réac, il fallait être un gros nolife aigri.

Sinon j’entends et je lis que ce serait plutôt 30 ans voire 35 ans, avec des analyses sociologiques (que je partage plus ou moins (plus plus que moins en fait, vous suivez ?)) affirmant que l’âge jusqu’au quel nous sommes jeunes augmente avec le temps, comme l’âge de la mort, de la retraite et du premier emploi (tout est lié, c’est un complot ! Rappelez-moi d’ailleurs d’écrire un article sur les méthodes de « débat » imparables aujourd’hui, dont l’une d’entre elles : vous faire qualifier de complotiste paranoïaque quand vous n’êtes pas d’accord avec une personne). Pourquoi pas.

Bon, peu importe, car dans tous les cas je pense quand même qu’il y a une étape entre la jeunesse et la vieillesse. Oui quand même, on ne devient pas vieux d’un coup passé 25, 30 ou 35 ans ! Ca ne frappe pas comme la foudre ou la maladie (espérons).
Du coup je suis jeune ou entre jeune et vieux, pas vieux (ouf).

« RÉACTIONNAIRE »

Prenons la définition du Larousse :

« Qui se montre partisan d’un conservatisme étroit ou d’un retour vers un état social ou politique antérieur : Gouvernement réactionnaire. (Abréviation familière : réac.) »

Bon, les mots ont un sens et je ne peux pas lutter contre ça, mais je n’ai jamais été d’accord avec cette définition, je suis limite prêt à manifester devant l’Académie française !

Cette définition sous-entend en effet que le réactionnaire, c’est une personne qui gueule dès qu’il y a un changement, sans même le comprends ou l’analyser. Je ne suis pas d’accord du tout avec ça, on est réactionnaire car on est en réaction vis-à-vis de quelque chose ! C’est impossible d’être en réaction contre des choses qui ne se sont même pas encore passées, par nature c’est impossible !

Nous ne sommes pas réactionnaires pour pouvoir dire « je suis réactionnaire ». En tout cas, moi pas.
D’ailleurs, je dois être l’un des seuls réactionnaires anti-peine de mort !

MAIS ALORS, POURQUOI SUIS-JE RÉACTIONNAIRE ?

Lire la suite sur http://jeunesse-reactionnaire.com

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

3 thoughts to “« jeune » et « réactionnaire », mais c’est impossible !”

  1. C’est moi qui te remercie Paul avec cette bouffée d’oxygène que tu apportes avec tes écrits et ton blog. Etrangement, il n’est pas en contradiction avec mon blog et je pense que nous pourrons envisager une collaboration constructive. Je t’appelle dès que je peux. Merci aussi à Isabelle pour sa fidélité. Cordialement à vous deux. Régis.

  2. Tout d’abord, merci encore pour la publication de mon article 🙂
    @Isabelle : Bonjour, et merci de m’avoir lu !
    En effet, la jeunesse n’est représentée par les médias que par la jeunesse des banlieues (comme de pauvres victimes du système, évidemment…) ou alors par la jeunesse totalement déconnectée du peuple, les bobos.
    Tiens ça me rappelle quand le film « Lola » était sorti, les plus âgés pensant que ce film était représentatif de la jeunesse, ils nous prenaient tous pour des bobos parisiens pour qui les seuls soucis étaient les derniers habits à la mode et qui a couché avec qui. Ca m’avait relativement enervé, sachant que l’extrême majorité vient tout simplement d’une classe moyenne sur qui on crache constamment et qui a pourtant tant de mal à s’en sortir. Pas seulement la jeunesse d’ailleurs…
    Ces médias ont décidé que nous devions souffrir en silence. Et bien ça ne me convient pas… D’où ce blog !
    Au plaisir,
    Paul

  3. Les jeunes réactionnaires prennent enfin le relais, voilà qui est réjouissant et qui me réconcilie avec la jeunesse qu’on voit trop souvent dans les media (enfin, ceux que le politiquement correct appelle les « jeunes », apparemment ils ne connaissent que cette racaille).
    Je suis ravie qu’il y ait une jeunesse qui réfléchisse sans complexes et sans être influencée à mort par les subventionnés qui nous gonflent depuis des décennies.

Les commentaires sont clos.