Juppé : un « libéralisme » bien curieux…

Par ,

Institut de Recherches Économiques et Fiscales (IREF)


 

« Être libéral c’est d’abord une attitude. » Ce qui ne semble guère être le cas chez Alain Juppé.

 


 

Le programme d’Alain Juppé serait-il « résolument libéral » comme cela a été présenté dans plusieurs médias ? L’homme providentiel qui terrassera le fléau du chômage en 5 ans serait-il réellement arrivé ? Le réformiste d’une France repliée sur elle-même et sur ses petits privilèges corporatistes émergerait-il enfin ? Une analyse de ses premières propositions peut permettre de répondre à la question. Un petit détour par un rappel d’où vient l’homme pourra en outre aider à porter une appréciation plus précise.

Que Juppé « le technocrate » prône une France libérée, voilà une bonne nouvelle. Mettre un terme aux 35 heures ? Une bonne idée. Favoriser les accords d’entreprises ? Idem. Mais pourquoi ne pas aller plus loin et déboulonner le sacro-saint « modèle social français » de son piédestal, plutôt que vouloir le défendre ? Protéger le monopole de la sécu dans un monde qui bouge, est-ce vraiment libéral ? De même, pourquoi maintenir les français dans le carcan injuste de la retraite par répartition avec une énième réforme paramétrique en repoussant l’âge de départ à 65 ans ? Baisser encore les charges sociales ? Mais qui va les payer au final, d’autant qu’on ligote en même temps les français à la Sécu ? Pourquoi ne pas revenir sur le SMIC national unique ?

Supprimer l’ISF, impôt improductif s’il en est ? Il était temps. Mais Monsieur Juppé avait lui-même institué le « plafonnement du plafonnement » de l’ISF en 1995. Baisser les impôts des entreprises ? Parfait. Mais pour ensuite augmenter la TVA et la taxe carbone alors qu’elles touchent les moins lotis ? Baisser de 300 000 le nombre de fonctionnaires ? Ce ne représenterait que 5% de la masse totale : pourquoi pas davantage d’audace, notamment dans le cadre d’une remise à plat approfondie et transparente des missions de l’État et des collectivités ? De même, pourquoi avoir peur de revenir sur le statut de la fonction publique ? Proposer certaines mesures allant dans le sens d’un léger desserrement de l’étau étatique dans un pays où l’État dépense 57 % des ressources nationales, voilà un libéralisme bien timide…


Lire la suite sur http://fr.irefeurope.org

 


 

Rejoignez 3276 fans sur notre page Facebook

 

 


 

5 réflexions au sujet de “Juppé : un « libéralisme » bien curieux…”

  1. Bonsoir,

    Une hypothèse concernant la stratégie de Jupé:

    draguer dés maintenant la gauche et les verts afin de faire barage à hollande et à sarkozy.

    « Sarkozy » afin de montrer via des sondages que c’est JUpé qui est plébiscité aux primaires, donc les gagner et fédérer définitivement son camp.

    « Gauche et vert » pour siphoner tôt dans la présidentielle les intentions pas de droite, maintenir hollande en position de faiblesse dans les sondages ainsi que dans son camp et préparer un premier tour modérer.

    Il a les médias, il a une partie de la droite, il a le centre via bayrou ( qui hait sarkozy – le beg c’est mal passé -, il a potentiellement une partie des verts-gauche ( vous savez le truc qu’on sait pas trop si c’est de gauche ou vert, le truc qui veut avancer mais pas comme hollande, bah en fait le truc qui veut pas trop avancer justement .. ).

    La force des verts c’est pas l’écologie ( depuyis le temps qu’ils jouent le socialisme ), c’est leur capacité à rassembler les socialistes verts ( tin ils les ont contaminé correcte et ça se retourne contre hollande, camba et les autres, la bande des énarques – et je pense que ça fait au moins 1/3 des socialistes).

    Donc le Jupé est en train de taper fort, très fort, il va choper la gauche et les verts, le centre c’est déjà ok. Et ce bien avant le début officiel de la présidentielle.

    Cordialement,
    Moi Je.

  2. très bien pour les 35 h mais cela sera très difficile car de nombreux fonctionnaires et entreprises para-national ne font que 28 h! je plussoie

  3. Bonjour,

    Péju n’a aucun programme à proprement parlé. Car ses idées viennent de lorsqu’il avait 30 ans, il n’est pas capable de comprendre la réalité ( est-il allé se balader dans une cité sans gardes du corps, est-il allé à nuit debout juste pour sentir sans gardes du corps? as-t-il créé une société en partant de rien sans relations? ) et donc il n’est pas capable d’imaginer l’avenir. Il va donc s’appuyer sur des conseillers à 100% et c’est tout. Trés grand respect de la fonction présidentiel ( avec un peu de mal chance, d’ici à 10 ans, ils vont nous pondre une sixème avec un président faible au cas où un fort arriverai … ahh que l’avenir démocratique français est radieux).

    De plus, notez que lorsque vous avez la garantie d’être fasse au FN au second tour, vous êtes automatiquement élu … il n’a même pas besoin d’un programme. Donc, il va faire dans le concensus moue: on change un peu 2-3 trucs mais rien de bien méchant, l’objectif étant de ne pas faire de vagues, ne pas faire peur; car le changement fait peur, toujours, et ce pour presque tous les citoyens.

    Péju, a juste été condamné pour des emplois fictifs … alors on dira, pardon on laissera gentillement fuiter, qu’il a protéger Chirac histoire de dire que c’est pas grave et même transformer cette échec en succés. Bref.

    Notez également que Debré a admis, il y quelques mois, que les comptes de campagne de Chirac n’auraient pas dû être validés mais qu’il fallait couvrir la propreté de la démocratie française … alors pensez donc, fasse au FN, vous croyez que cela ne va pas protéger dans tous les sens …

    Jupé, l’homme du passé, le préservatif d’une élite dirigeante qui refuse de faire la démocratie sans protection avec ses citoyens.

    Cordialement,
    le XVe Dalaïlama.

  4. Ce qui m’inquiète davantage c’est qu’il n’a aucun projet pour la défense , par conséquent on ira dans le mur comme depuis les années 70 en pompant le budget défense pour boucher « une partie » des trous .

  5. Arrêtons de nous bassiner avec ce lobbying sur M A. Juppé. IL n’est que la marionnette des sacro-saints sondages merdiatico-socialo. Il n’aurait jamais du revenir sur le devant de la scène politique, si ce n’est par la grâce de Nicolas Sarkozy lui ayant remis le pied à l’étrier. Quelle erreur.
    Au regard de son âge, il ne souhaite qu’un quinquennat (t’as qu’à croire Charles).
    Y a pas plus Gaulliste, Chiraquien que lui qu’il dit !
    Super Ministre de la défense d’une durée de 3 mois et 17 jours, ne s’est-il pas mis à dos tous les militaires, pour ne pas comprendre leur esprit de cohésion ?
    Il ne reste qu’à lui souhaiter une veste comme celle qu’il porte sur son dos (sur la photo).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :