« Kamikazes » du Stade de France : le premier « témoin » est un proche de Hollande et Valls

Par Panamza, le 03 mars 2016

Son blog

Mis à jour le 04 mars 2016 

Ce billet de Panamza a été volontaire mis en « erreur 404 » dans la soirée du 03 mars par LC2.0. Pour quelle raison me direz-vous ? A la suite de sa publication s’en est suivi un échange fort courtois au demeurant avec deux spécialistes des affaires de Défense et de sécurité. Il m’a été signifié que ce genre de partage sur le blog Le Colonel 2.0 était pour le moins surprenant et sans doute malvenu. Certes, il s’agissait là d’une première pour ce blog et j’avais précisé en préambule de ce post le risque que je prenais en partageant ce billet. C’est donc que j’en avais évalué ces mêmes risques. Il ne s’agissait pas non plus, au travers de cet article, de pointer du doigt accusateur ce témoin oculaire des événements du Stade de France dont on m’a fait remarquer que « parce que socialiste, on transforme ce témoin en victime ». Or il n’en est rien. Panamza détaille l’environnement politique dans lequel évolue ce témoin capital de la première heure. Tous les documents publiés sont issus de source presse et de source ouverte. D’ailleurs, ce billet de Panamza est loin de faire le buzz et ne suscite que de vagues commentaires au travers desquels les lecteurs font part d’un étonnement de bon aloi. 

C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de remettre en ligne cette publication.

********

Le Colonel 2.0 prend le risque de vous partager ce soir ce billet extrêmement bien documenté du blogueur Panamza, connu pour ses investigations et ses ennuis avec les responsables politiques français ainsi qu’avec notre justice. Je vous invite à lire cet article dans son intégralité. On y trouve, preuves à l’appui, des révélations pour le moins stupéfiantes. //RO

 

INFO PANAMZA. Le «miraculé» qui rapportait avoir «vu le mec sauter» a été parrainé par Valls et pistonné par Hollande pour décrocher un job dans la fonction publique.

Vendredi 19 février -soit la veille d’un appel téléphonique m’apprenant ma convocation policière, j’avais publié les derniers éléments de mon enquête relative aux attentats du 13 novembre. Extrait : 

Deux moyens permettraient de mettre fin au mystère des attentats du Stade de France : 

* publier toutes les images de la vidéosurveillance présente autour des accès et les faire analyser par des organismes indépendants du pouvoir.

* rapporter en audio/vidéo les témoignages visuels des personnes qui furent nécessairement présentes autour des explosions.

À ce jour, un seul témoignage en ce sens a été publié : celui (dès le lendemain, par Le Parisien) d’un certain Bley Mokono.

Problème : le quotidien omet de préciser son engagement politique singulier.

Militant inscrit au PS (et candidat aux dernières élections de mars 2015), Bley Mokono fut également le délégué national aux activités internationales au sein du parti. Sa particularité : soutenir -depuis 2006 jusqu’à nos jours– l’opposition iranienne incarnée par la secte (réputée proche de Tel Aviv et Washington) des Moudjahidines du peuple.

Ce soir du 13 novembre, Bley Mokono -seul témoin à affirmer face caméra avoir « vu le mec sauter »-était d’ailleurs au Stade de France avec Rachid Temal, patron PS du Val-d’Oise et membre (pro-Hollande) du Bureau national du parti.

Cinq jours après Le Parisien, Bley Mokono accordait sur les Champs-Elysées un entretien -raillé par la majorité des commentateurs sur Youtube en raison de son exubérance déplacée- à CNN.

Hormis Mokono, aucun témoignage audiovisuel d’une explosion n’a été rapporté à ce jour.

bley-bilal-mokono-1-992x558

Dès le lendemain des attentats, l’homme qui se présente dorénavant comme un « miraculé » avait enchaîné les interviews à la manière d’une vedette en promotion : Le Parisien mais aussi -dans l’ordre chronologique- Val d’Oise Tv,BFM TV, I-Télé, RTL, RMC, Channel 4, la Gazette du Val d’Oise, CNN, LCI,France 2, RTL Belgique et TF1

Systématiquement, Mokono développait un témoignage hyper-détaillé avant de conclure, une fois sur deux, sur un message optimiste quant à la réaction des autorités contre le terrorisme. Et pour chacune de ses interventions, le journaliste face à lui n’évoquait jamais ses engagements politiques singuliers : l’un au sein de la « commision sécurité » du Parti socialiste, l’autre auprès de l’opposition « anti-islamiste » iranienne.

1234313_388800777913337_336075033_n

 

Le 12 février, au micro de France Info, Mokono affirmait encore avoir « vu leur visage » -à propos des deux premiers « kamikazes » du Stade de France- et « vu le corps s’exploser ».

« Emploi fictif »

Coïncidence savoureuse : trois jours après l’article de Panamza faisant état des connexions particulières de Mokono, Le Monde évoquait également ce militant socialiste dans un autre dossier. Dans son édition du 24 février, le quotidien a consacré un papier à la mise en examen d’Alain Gardère, ex-directeur du Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS).

 

Lire la suite sur http://www.panamza.com

 

Retrouvez-moi sur Facebook Le Colonel Actualités

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “« Kamikazes » du Stade de France : le premier « témoin » est un proche de Hollande et Valls”

  1. Nous le savons deja ét nous sommes des milliers à croire que les attentats de Paris sont fase- flag ét surtout la haine que se gouvernement a pour les francais nous n avons aucun doute ét pour ce monsieur la plupart des africains travaille pour le crif ou comme indiqué pour les rdnseignement sionistes généraux ou tout les anciens députés nous ont confirmé que c est des sionistes qui sont à la te mais pas des francais rajouté des témoins marocains de pacotille et vous avez la verité pour les nuls

  2. Merci à Régis Olivier d’avoir remis en ligne cet article. Sa disparition aussitôt après une première mise en ligne m’avait fait penser à une censure institutionnelle et finalement on n’y était visiblement pas loin… Plus rien d’étonnant aujourd’hui. La liberté d’expression a pris un sérieux coup. C’est assez lourd de sens…

Les commentaires sont clos.