La France dépouillée : plus de balles dans les fusils

Michel Lhomme, politologue, 15 mars 2016

Metamag

 

 

La conclusion est dans cet article, je cite : « C’est donc sans chemise mais aussi sans pantalon que la France se prépare à la guerre civile à venir, à la grande sauvagerie ». En ce qui me concerne, j’y vois un retour à « la bite et le couteau »! //RO

 

Récemment, les grands médias nous ont fait part de la grogne des généraux dans l’armée française, une armée française sollicitée de toutes parts alors qu’on n’a pas cessé de réduire ses effectifs depuis des décennies où elle a servi en permanence de variable d’ajustement budgétaire à tous les gouvernement successifs.

Mais il pèse sur l’armée française bien d’autres menaces : une cinquième colonne musulmane dans ses rangs, un commandement direct de l’Otan et situation peut-être encore plus préoccupante, un manque de munitions, en tout cas le démantèlement de son industrie d’armement.

Dans un rapport d’information remis à l’Assemblée nationale le 16 décembre dernier, les députés Nicolas Bays et Nicolas Dhuicq ont en effet dressé l’état des lieux de la filière munitions en France, de la production à son utilisation et ils jugent plus que préoccupante l’absence d’industrie munitionnaire de petit calibre en France, bien que le savoir faire et les outils de production des dites munitions aient été conservés.

Les deux députés ont ainsi mis le doigt sur un problème majeur pour la sécurité nationale qui ne rencontre pourtant aucun écho dans la presse y compris spécialisée. En fait, depuis 1999, et la fin de la production des munitions de petit calibre par Giat Industries, face à sa pénurie, le Ministère de la Défense lance un appel d’offres tous les trois ans. Pourquoi ? Parce que le calibre standard de l’Otan ne convient pas au Famas, le fusil d’assaut de l’armée française. Ce dernier a recours à des munitions en acier tubé non standards qui sont coûteuses car nécessitant de fait une production à la demande. Or cette difficulté pour le Famas de se procurer des munitions compatibles n’est pas sans conséquences.

Tout d’abord, cela oblige la France à contracter avec des entreprises privées internationales, ce qui complexifie la démarche de souveraineté et questionne surtout quant à la marge d’autonomie de la politique étrangère française.

Ensuite, cela nous contraint à importer nos munitions par voies maritimes, le marché européen étant réduit et régulièrement saturé par la demande américaine, civile et militaire. Or, un tel approvisionnement si elle est une démarche peu risquée en temps de paix, pourrait bien représenter une menace considérable en cas de guerre. Rappelons que l’État islamique contrôle actuellement plusieurs ports et serait en mesure peut-être de rapidement mener des opérations de piraterie en mer Méditerranée.

La réindustrialisation de la France dans le domaine de la production des armes est une nécessité. Cela ne saurait attendre l’avènement d’un conflit où en l’espace de trois mois, la même quantité de munitions que celle consommée actuellement en trois ans partirait en fumée.

 

Lire la suite sur http://metamag.fr

 

Suite à une cyber-attaque, Le blog Le Colonel 2.0 va passer en « mode maintenance » le temps de restaurer sa base de données. Pour ne rien perdre de mon actualité, retrouvez-moi sur Facebook Le Colonel Actualités

 

 

 

2 réflexions au sujet de “La France dépouillée : plus de balles dans les fusils”

  1. il ne reste plus qu’a démanteler la « dissuasion nucléaire » pour raison de « trop couteux et ne sert à rien » et c’en sera terminé de l’armée française.
    De toute manière l’objectif, pour ceux qui ne l’avaient pas encore compris, n’est plus de défendre le peuple, mais … les intérêts économiques.
    C’est à dire, comme aux USA, d’agir en mercenaire pour les industriel.

  2. Situation extrêment grave et préocupente. Notre armée est dangereusement vulnérable depuis quelques décennies les mots sont faibles. Les politiques sont restés sourds et aveugles et continuent leurs programmes à court terme qui ne font qu’accentuer les dégats. Un changement radical doit être imposé.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :