La France emprunte sans difficulté… parce qu’elle n’hésitera pas à ponctionner l’épargne des Français (Ph. Herlin)

 

Publié le 5 septembre 2014 par Olivier Demeulenaere

Regards sur l’économie

 

« Lundi, la France a emprunté à un taux négatif, ce qui veut dire que les investisseurs perdent de l’argent, qu’ils payent pour confier leur argent ! Certes, il s’agit d’emprunts à court terme (3, 6 et 12 mois, pour un montant total de 8,2 milliards d’euros) et à des taux très légèrement en dessous de zéro (de -0,002% à -0,004%). Mais tout de même, cela ne s’était pas produit depuis mai 2013.

Au même moment, l’Allemagne a également emprunté à des taux négatifs. Cependant, la situation économique des deux pays n’a strictement rien à y voir : l’Allemagne a dégagé un excédent budgétaire sur le premier semestre, alors que la France n’arrive pas à limiter son déficit à 3% du PIB ; le taux de chômage varie quasiment du simple au double de part et d’autre du Rhin ; la balance commerciale allemande a dégagé un excédent de 200 milliards d’euros sur 2013, tandis que celle de la France affichait un déficit de 60 milliards. Et on pourrait continuer cette liste sur des pages entières (rentabilité des entreprises, pourcentage des PME exportatrices, niveau des investissements, qualité de la formation professionnelle, etc.). Comment deux pays aussi dissemblables peuvent-ils emprunter avec la même facilité sur les marchés internationaux ?

Si, ces deux pays possèdent un point commun : l’euro. Ça aide, surtout la France. Ceci dit, les investisseurs achètent de la dette française, à des conditions comparables à celle de l’Allemagne ; comment expliquer cela ? Des analystes évoquent le « Flight to quality » (fuite vers la qualité) : les abondantes liquidités cherchant à se placer à travers le monde quittent les pays émergents, peu sûrs et dont les devises peuvent décrocher et, dans la zone euro, évitent les pays périphériques. Ne restent plus que l’Allemagne, l’Europe du Nord et la France.

Cette explication est en partie vraie, mais pas suffisante. Il y en a une autre : les Français épargnent beaucoup, entre 15 et 16% de leurs revenus (contre 10% en moyenne au niveau européen), ce qui se traduit par un pactole de 3.600 milliards d’euros d’épargne financière (livrets, comptes épargne, assurance-vie) logés dans les banques et les sociétés d’assurances. À un journaliste qui lui demandait si la France pouvait faire faillite, un ancien ministre des finances (François Baroin en 2012) avait répondu que la dette de la France est un « investissement sans risque », notamment parce que « la France a un niveau d’épargne élevé ». Cet éphémère ministre avait trahi la ligne de conduite du pouvoir, par delà les alternances politiques : l’État n’hésitera pas à puiser dans l’épargne des ménages pour faire face à ses obligations (3.600 milliards d’épargne financière d’un côté, 2.000 milliards de dette publique de l’autre…). Et la qualité universellement reconnue de nos services fiscaux ne laisse aucun doute sur la réalité de cette menace. Voilà qui rassure les investisseurs internationaux. Nettement moins l’épargnant.

On sait déjà que les banques qui tombent en faillite pourront puiser dans les comptes de leurs clients pour se renflouer, en vertu d’une directive européenne, mais une règle non écrite autorise l’État à faire de même : il faut en être conscient.

Lire la suite ici

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

One thought to “La France emprunte sans difficulté… parce qu’elle n’hésitera pas à ponctionner l’épargne des Français (Ph. Herlin)”

  1. Ceux qui ont beaucoup d’argent, (en milliards d’euros) les émirats du golfe entres autres, ne savent pas où placer leur argent actuellement. Ils considèrent que le prêter à la France constitue un placement sûr, sans risque, et constitue une réserve pour eux. Peut-être qu’il y a aussi du blanchiment avec la complicité des banques de pays peu regardants: Dubaï, etc.

    La France a 2000 milliards de dettes à ce jour. Si on considère « l’actif net » de la France, nous avons entre 15 000 et 20 000 milliards d’actifs existants. (château de Versailles, tour Eiffel, etc.)
    De plus le peuple épargne beaucoup et peut être ponctionner sans broncher. Nous atteignons aujourd’hui les limites de l’acceptable mais le taux de prélèvement est très élevé en France, parmi les plus élevés au monde avec la Norvège et le Danemark.
    La France et les Français constituent donc un bon placement pour les multimilliardaires.

Les commentaires sont clos.