La guerre civile inconcevable

Par François Kersaudy, le

Le Point.fr

Je ne puis que valider les propos de François Kersaudy car ce sont ceux que je défends moi-même depuis des années. Le pays est en voie de libanisation. Cette position m’a valu de nombreuses critiques auxquelles je réponds ceci : « au pays des aveugles, les borgnes sont rois ». //RO

 

 

Pendant que l’on amuse le peuple de débats oiseux, l’État recule. De renoncement en renoncement, la libanisation de notre pays semble inexorable.

 

Le psychodrame national actuel au sujet de la déchéance de nationalité constitue une synthèse pratiquement parfaite des faiblesses de nos institutions et de notre vie politique. Confronté à l’imprévu, le président réagit précipitamment par une combinaison d’astuce tacticienne, d’effets de communication et de récupération politique. Ses frondeurs en profitent pour le mettre dans l’embarras en affichant leurs « valeurs » et leur « conscience de gauche », devant des médias friands de scandales artificiels. Les Français cèdent à leur penchant habituel pour les débats idéologiques, tandis que l’opposition cherche à utiliser la dernière polémique pour faciliter son retour au pouvoir.

LIRE aussi Neumann – Nos politiques sont incohérents !

Rien donc de nouveau dans l’affaire, et le second élément ne l’est pas davantage ; c’est la peur, celle-là même qui est responsable de la confusion actuelle : peur d’appliquer les lois, peur de nommer les choses, peur d’être accusé de racisme ou d’islamophobie, peur de sanctionner, peur de perdre les élections, peur de la condamnation des instances supranationales, et surtout peur de s’attaquer aux véritables problèmes qui minent le pays.

L’engrenage

C’est précisément cette crainte de sévir, de trancher et d’affirmer l’autorité de l’État qui explique la pérennité et la multiplication des zones de non-droit, le développement des trafics d’armes, de drogues et d’êtres humains, le délitement du système scolaire, l’envolée des « incivilités » et de la délinquance, l’anarchie du système carcéral, l’immigration incontrôlée, la naturalisation bradée, le communautarisme rampant, les prêches de haine dans les mosquées intégristes et la quasi-absence d’expulsions de déboutés du droit d’asile – ou même de terroristes.

Il suffit de suivre l’enchaînement et l’imbrication de tous ces facteurs pour comprendre l’impasse actuelle : l’immigration incontrôlée a provoqué entassement, chômage, déracinement, déscolarisation, haine de la France, phénomènes de bandes et petite délinquance. D’abord non sanctionnée, celle-ci a prospéré dans les zones de non-droit, puis elle a abouti à une criminalité plus dure, débouchant souvent sur la case prison ; que ce soit durant une incarcération mal contrôlée, dans les mosquées ou sur Internet, les délinquants sont tombés sous l’influence des intégristes prêcheurs de haine, qui leur ont donné une raison de vivre – et même de mourir (1). Les autorités étant incapables d’intervenir efficacement à l’une quelconque des étapes de ce processus infernal, il ne pourra que s’amplifier à l’avenir – d’autant que les enfants de ces intégristes, élevés dans une ambiance de haine, risquent d’être encore plus féroces et meurtriers que leurs parents…

Peur de la peur

Ce sombre tableau sera rejeté par bien des lecteurs, non parce qu’il ne correspond pas à la réalité, mais parce que l’admettre obligerait à avoir peur. Or, non seulement nous craignons la peur, mais encore nous craignons d’admettre que nous avons peur. Dès lors, la suite prévisible des événements se verra opposer un déni encore plus catégorique ; cette suite, c’est la conséquence logique de la faiblesse des autorités et de l’expansion du communautarisme dans les zones de non-droit. « La charia s’applique là où nous sommes majoritaires ! » a-t-on entendu en Allemagneet aux Pays-Bas. « Les agents de l’État français ne peuvent pas entrer chez nous ! » entend-on de plus en plus fréquemment dans certaines banlieues françaises. Quel que soit l’avenir de Daech – qui finira par disparaître, victime à la fois de ses ennemis et de ses dissensions internes –, la France connaîtra inévitablement l’accentuation d’un processus de communautarisme et de libanisation.

Des scénarios « inconcevables »

Bien entendu, ce processus ne mènera pas à la guerre civile, car ce serait inacceptable, et dans la pensée magique, l’inacceptable ne saurait se produire. D’autant que la perspective d’une telle guerre alarmerait le peuple, et rien n’est plus dangereux qu’un peuple alarmé – sinon un terroriste fanatisé. C’est d’ailleurs dans l’espoir de « rassurer les populations » que les autorités envoient des militaires en uniforme patrouiller et servir de gardes statiques – tout en sachant parfaitement qu’ils ne peuvent rien prévenir et constituent des cibles idéales pour un tueur bénéficiant de l’effet de surprise.

Bref, cette guerre civile impossible, impensable et inacceptable peut se déclencher de l’une des quatre manières suivantes : le premier scénario, un affrontement entre l’extrême droite et les salafistes, est aussi le moins vraisemblable ; en France, comme partout en Europe, les extrémistes s’en prennent rarement aux extrémistes, préférant les affrontements à moindre risque contre les modérés et l’État désarmé – même si l’on peut craindre des actions de représailles pour remédier à une démission trop ostensible des autorités.

Dans le deuxième cas, certaines banlieues, villes ou conurbations du pays entreront en dissidence, hissant le drapeau noir de Daech, le drapeau blanc et noir d’Al-Qaïda, le drapeau jaune du Hezbollah ou le drapeau vert des nouveaux islamistes qui auront émergé dans l’intervalle ; même un gouvernement faible ne pourra le tolérer, et les opérations de reconquête par l’armée, la gendarmerie et les groupes d’intervention seront longues et sanglantes.

Le troisième scénario est celui d’un effondrement de l’économie française, consécutif aux multiples errements que nous connaissons déjà ; dans un tel cas, les innombrables allocations assurant la paix sociale devront être réduites ou supprimées, ce qui provoquera des émeutes difficilement contrôlables, eu égard à la masse des bénéficiaires de l’assistanat, à l’échauffement des esprits, à l’effervescence religieuse et à la libre circulation des armes de guerre…

 

Lire la suite sur http://www.lepoint.fr

Photo de Une : Le 9 novembre 2005, au quartier de La Reynerie, à Toulouse. © AFP/ GEORGES GOBET

 

 

 

9 réflexions au sujet de “La guerre civile inconcevable”

  1. OK; devrions nous imiter Ségolène??? Quoiqu’il en soit nos visions sont identiques et c’est cela le plus important. Amitiés nationalistes.

  2. @monsieur Ollivier; vous persistez à vouloir nous convaincre sur la « libanisation de la France »: NON Monsieur en aucun cas vous ne pouvez ni ne devez comparez le Liban avec la France. Les libanais se sont défendus, j’évoque bien entendu les Chrétiens. j’ai entretenu par le passé des relations avec la famille Hobeika dont on a accusé injustement Elie à certains dérapages; même si cela avait été le cas il aurait été légitime. Les Chrétiens ne se sont pas laissés faire et se sont défendus contre les Milices Islamistes.
    Nous ne sommes nullement dans le même scénario en France. SPARTAC a parfaitement résumé la situation.
    LA FRANCE EST EN ISLAMISATION c’est une grosse différence avec libanisation car il n’y a pas un seul veau vec l’âme d’un toro pour faire face à l’invasion.
    Quant en prétendre que la guerre civile viendrait de l’extérieur!!!je commence à avoir de sérieux doutes quant à vos informations et votre vision des évènements.
    Certes nous avons des envahisseurs qui ont encouragé les banlieues MAIS cela étant, les banlieues TOT ou TARD seraient descendues dans la rue.
    Par conséquent la guerre civile est bien intérieure, d’autant – faut-il le rappeler – que nous avons tout comme au bon vieux temps des colonies des traitres qui porteront des valises pour tuer leurs propres congenères.
    Quant à nos forces de police ou d’armée??? Nous sommes loin de tous ces soldats prestigieux qui n’hésitaient pas devant le danger.
    Aujourd’hui nous avons soit des roboccops soit des ronds de cuir. Heureusement quelques Régiments (qui n’atteignent pas le nombre de 5) se singularisent; d’autres se sont singularisés en laissant pénétrer en leur enceinte des bandes de racailles.
    Je conclus sur ce triste épisode quelque peu caché par les médias.

  3. D’abord, nous devons dire des  » scénari  » et non pas des  » scénarios  » . Détail !
    Ensuite quand l’auteur annonce  » l’une des quatre manières suivantes  » … ce serait sympa d’exposer la quatrième !
    Enfin je peux comprendre que l’auteur ne souhaite pas la guerre civile mais ses arguments pour l’écarter sont plus que légers.
    La réalité est que nous sommes en guerre ( pas civile ou ethnique ) tout simplement. L’ennemi est clairement identifié et nous a clairement déclaré cette guerre.
    Ne pas vouloir l’admettre relève du suicide !
    Le djihad visant à instaurer le califat mondial a réellement démarré le 31/12/2015 à minuit. Il est prévu de s’étaler sur quatre ans. Et ce n’est pas l’arrêt du RSA qui en sera responsable ( même si cela aggravera les choses ) .
    Les français sont majoritairement de veaux et ils iront majoritairement à la mort.
    Le peuple français est complice de son propre génocide et je n’ai aucune compassion pour des lâches qui ont réinstallé l’umps dans les régions. Enfin sur le principe … car le FN complice du système en réalité, n’est pas notre avenir non plus.
    L’armée aurait déjà dû intervenir pour destituer sarko quand il a fait assasiner kadhafi. Elle n’a rien fait ! Et ne fait rien depuis, malgré la guerre sur notre territoire.
    La Police, la Gendarmerie et l’Armée sont pourries pas des éléments traîtres. Il ne faut pas compter sur elles pour nous sortir de ce merdier. Elles ne survivront pas elles-même.
    Seule une insurrection pourrait faire basculer le cours des événements. Mais ceci relève du fantasme.

  4. Cher lecteur. Sans doute avez vous lu l’article en diagonale car dans mon tout petit commentaire, je ne fais que reprendre ce que dit Kersaudy, je cite « Pendant que l’on amuse le peuple de débats oiseux, l’État recule. De renoncement en renoncement, la libanisation de notre pays semble inexorable. » Bien à vous.

  5. Oui la guerre civile est bien là a nos portes.

    Elle ne provient pas que de nos banlieues . Qui est je le conçoit est la plus visible .

    Et qui ( bien entretenue ) sert les intérêts de quelques stratèges en insurrections .

    Un guerre d’influence , une guerre souterraine, on pourrait presque dire une guerre d’occupation , une guerre de civilisation se produit actuellement avec la complicité passive ou active du pouvoir en place et surtout des médias , de certains penseurs ou philosophes .

    Cette guerre on n’était pas d’actualité jusqu’au milieu des années 60, sous DE GAULLE .

    Elle a vraiment débutée dans les années 70 et s’est accentuée sous la présidence de CHIRAC , c’est développée sous SARKHOZY et atteint sous point critique, sons point de non retour pour ne pas dire sa ligne rouge sous HOLLANDE.

    Des nationalismes communautaristes , installés en France y compris depuis très longtemps . Mais qi se mettent volontairement en retrait de la société française ,se développent de plus en plus sous influence d’écoles confessionnelles de tous bords.

    Ces mêmes nationalistes communautaristes sont les mêmes qui refusent en les désignant en tant que « racistes » ceux qui se revendiquent de nationalistes français

    Les communautarismes ( je dis bien tous les communautarismes en sont responsables .)

    Les communautarismes , certains membres de communautés ,même ceux qui se désignent comme  » républicains  » ne veulent pas , ou ne veulent plus vivre, en France dans la république française , mais désirent vivre en France comme dans leurs pays d’origine ou d’identification .

    A l’heure d’internet et des satellites , nombreux sont ceux de ces  » communautaristes « qui au lieu de regarder des emissions ou des actualités de France , se branchent sur des émissions de (leurs) pays d’origine ou d’identification .

    En France des communautés se font une guerre sans pitié .

    Le plus marrant si l’on peut dire , c’est qu’une communauté s’est dans le passé servie de l’autre pour asseoir sont influence auprès de nos dirigeants politiques .

    Mais comme partout , souvent l’élève dépasse le maitre ou essaie comme actuellement de le dépasser ..

    La course au pouvoir, la course aux postes de décideurs ( regardez les dernières nominations décidées par hollande pour la gestion de prestigieuses institutions en sont une parfaite illustration .)

    En France certains communautarismes incitent les instances au pouvoir à museler de plus en plus la liberté d’expressoin .

    Si cela continue ,les heures, les jours , les mois et les années à venir vont être très difficiles à vivre .
    Quel avenir allons nous laisser à nos enfants si la république se se reprends pas et si elle ne s’affirme pas dans l’indépendance communautariste .

  6. Je rejoins presque dans son intégralité le point de vue évoqué par François Kersaudy; en revanche monsieur Ollivier je ne vous rejoins absolument pas lorsque vous dites que le « pays est en voie de libanisation ».
    Je ne vous apprends pas qu’au Liban les Milices Chrétiennes dès le début des conflits se sont découvertes et ont fait face.
    Je crains fort qu’en France nous ne le fassions; en tous cas je ne vois aucun marqueur déterminant quant à une volonté de résistance de notre population et dois-je dire même de notre armée.
    Je crains que vous n’approuviez ces propos mais ils sont hélas réels et je les vis au quotidien dans les diverses associations et amicales dans lesquelles j’exerce.

  7. Depuis longtemps, après la vision de certains quartiers où il faut déployer quantité d’effectifs pour assurer le travail d’enquêteurs et face à un laxisme assidu des autorités qui n’exercent plus leurs responsabilités pour faire appliquer la loi, je pense que votre seconde solution sera celle qui fera vaciller la République avec sinon une victoire, un bilan dramatique après avoir mis hors d’état les fauteurs de troubles. Ces derniers mois de nombreux incidents non relayés par les médias se sont produit sur notre territoire, mettant en cause des gens du voyage. des occupations illicites de terrains privés et publics ont donné lieu à des gesticulations de justice avec des jugements en référé qui n’ont jamais , jamais été mis à exécution. C’est scandaleux , injuste, coûteux au niveau des remises en état des biens et l’état ne remplit pas ses missions de sécurité pourtant, il a les moyens de le faire.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :