La guerre contre le terrorisme ? Première cause de sa prolifération.

 

Par Romain Cro le 20 août 2014

L’Amateur Politique

 

Après les attentats du 11 septembre, les gouvernements occidentaux ont décidé de rentrer en guerre contre le terrorisme. L’Afghanistan, connu pour son régime taliban et ses camps d’entraînements pour fanatiques islamistes, fut la première cible, suivi par l’Irak, accusé par les États Unis d’être responsable de l’armement et du financement du terrorisme international.

Avant l’ère pétrolière et gazière, on faisait principalement la guerre pour deux raisons : la première pour défendre le territoire national, suite à l’invasion d’un état voisin, la seconde pour accroître l’étendue du territoire national, entendez par là, guerre de défense et guerre d’agression. Évidemment, il y avait aussi des guerres d’intérêts, mais ce n’était pas toujours la raison principale.

De nos jours, les guerres sont principalement des guerres d’intérêts, et si officiellement elles ont pour but la défense du territoire national, parce qu’un bédouin risque, potentiellement de jeter un caillou pouvant atteindre une cible 4 000 km plus loin, officieusement, elles ont comme objectif, l’acquisition de ressources naturelles, aux yeux et à la barbe du peuple qui, via son territoire, en est propriétaire.

Au regard du droit international, une guerre d’agression est illégale, une guerre de défense est légale. Il faut donc trouver la bonne excuse pour pouvoir faire passer une guerre d’agression en guerre de défense, mais aussi pour convaincre sa population de l’absolue nécessité d’une guerre.

La guerre d’Irak de 2003 est l’exemple parfait d’une tentative de transformer une guerre d’agression illégale en guerre de défense légale, n’ayant en réalité comme seul et unique objectif, les champs de pétrole Irakien. Malheureusement pour les élites américaines de l’époque, le subterfuge servira surtout à convaincre le pauvre peuple américain que la guerre était inévitable.

Une chose que l’on sait moins, c’est que la guerre en Afghanistan avait elle aussi un objectif officieux, le passage de gaz et de pétrole venu directement de pays de l’Asie Centrale, vers la Méditerranée, pour alimenter les pays de l’Union Européenne.

Que ce soit l’Afghanistan, ou l’Irak, aucun de ces deux pays n’a vu une évolution concrète de son niveau de vie, en revanche, alors que les forces armées occidentales ont quitté ces pays, ils sombrent dans des conflits internes ravageurs.

Autre exemple, la Libye, qui suite à une intervention occidentale pour la paix, est devenue un véritable enfer pour sa population, sans parler de ses pays voisins, tous victimes des conséquences de cette déstabilisation.

Le plus dramatique dans cette guerre contre le terrorisme, c’est qu’en plus de détruire des nations, elle permet aussi aux groupes terroristes de gonfler leurs rangs, grâce à des occidentaux complètement perdus, qui pensent alors qu’en allant rejoindre des combattants fanatiques, ils vont lutter contre les pays occidentaux responsables de ces déstabilisations, sans comprendre qu’en réalité, ils leur donnent une très bonne excuse pour continuer leur carnage.

Lire la suite ici

Illustration LCA. Photo issue de les-crises.fr

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.