La guerre est devenue la principale menace pour l’économie mondiale

Par Guillaume Errard, publié le 16/01/2015

Service infographie du Figaro 

 

 

AFP PHOTO/ ABD DOUMANY
AFP PHOTO/ ABD DOUMANY

 

INFOGRAPHIE – Pour la première fois, les experts interrogés par les organisateurs du Forum économique de Davos, placent un risque géopolitique en tête des principaux risques qui menacent l’économie mondiale.

Du jamais vu! Pour la première fois depuis son rapport initial de 2007, le Forum économique de Davos (Suisse), qui réunira la semaine prochaine quelque 2500 experts, place, cette année, un risque géopolitique en tête de ses préoccupations. Un conflit international constitue la principale menace pour les nations et leurs économies dans les dix années à venir. Les 900 experts interrogés cette année citent en exemple la guerre dans l’est de l’Ukraine ou la montée en puissance de l’Etat islamique en Irak et en Syrie. Les évènements climatiques extrêmes et l’échec de la gouvernance nationale complètent le podium, suivis par le risque d’effondrement ou de crise des États et le chômage – seul risque économique dans le top 5 pour 2015 -, qui n’arrive qu’en cinquième position. «L’année 2015 se pose comme une année où les risques géopolitiques, grands absents du classement ces cinq dernières années, viennent sur le devant de la scène», peut-on lire dans le rapport.

Les attentats perpétrés à Paris la semaine dernière rappellent à quel point les risques géopolitiques ont désormais pris une place prépondérante, reléguant au second plan les préoccupations économiques telles que les crises budgétaires ou encore les incessantes sur les marchés financiers. «Le contexte macroénonomique morose est propice à une hausse des conflits dans le monde, explique Christopher Dembik, économiste de Saxo Bank. Les nombreuses frictions économiques, comme la guerre du pétrole ou encore la guerre des devises, peuvent à tout moment dégénérer en conflit armé entre États dans le pire des scénarios».

«Il convient également de noter la présence de risques environnementaux plus nombreux que les risques économiques à la tête du classement», ajoutent les organisateurs. Les experts interrogés sont en effet encore plus sceptiques que l’année précédente concernant la préparation à affronter les événements climatiques extrêmes et le changement climatique, tandis que les craintes concernant les risques économiques tels que le chômage ou la crise budgétaire «sont restés relativement stables depuis 2014».

Lire la suite et l’infographie sur http://www.lefigaro.fr

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.