La justice est le problème de la France

Publié par Jacky Mestries Le 15 janvier 2014
Publié par Jacky Mestries Le 15 janvier 2014

 

A l’évidence, le problème de la France est sa justice. Même si elle n’a rien arrangé par ses discours, il serait véritablement injuste de désigner Mme Taubira comme responsable de la situation. Nous sommes tous responsables de maux que nous subissons pour ne pas exiger de la justice qu’elle fasse son travail.

.
CARTON ROUGE :
Si l’affaire Dieudonné est le carton rouge que nous devons adresser à la justice, les déclarations du Général Soubelet devant la commission de lutte contre l’insécurité constituaient déjà un sévère et ultime avertissement.
Les magistrats du « mur des cons » ne désarment pourtant pas et même après avoir conduit la justice à la faillite, ils finissent le travail en reconstruisant à leur façon, des fondations au toit, la justice de notre pays.
« Repenser le système judiciaire dans sa globalité » voilà les mots du ministre Taubira que nous savons reine incontestée de la modestie. ( Ce lien sur le Monde ). J’imagine qu’il faut finir de balayer les quelques restes, les croûtes d’un système répressif qui encombrent encore le code pénal pour les remplacer par une vision moderne, compréhensive et permissive.
Ne parle-ton pas déjà de supprimer les mesures qui permettaient de se débarrasser définitivement des violeurs à répétitions et des criminels dangereux. Rien ne presse plus, nous le comprenons, que de renvoyer ces malfaisants à la vie « civile ».
.
Au lieu de réprimer les trafics de stupéfiants et de poursuivre chacun des acteurs, la première mesure sera, vous vous en doutez, de transformer les délits de détention, transport de stupéfiant en simple contravention, comme un stationnement interdit gênant la circulation. Où il faudrait une sévérité extrême pour combattre enfin ce fléau, sévérité  accompagnée de saisie effective des véhicules et des biens des utilisateurs de drogue, on va les faire payer. Les riches pourront se droguer tranquillement, c’est sûrement le but poursuivi, pendant que seuls les pauvres sentiront la répression.
.
Il y aura sûrement de bonnes choses dans le projet, mais jusque là, aucun bruit les concernant ne nous parvient à travers la presse.
.
Pour valoriser les 268 propositions Taubira pour réformer la justice, le ministère de la justice a organisé une espèce de fête de la fédération appelée « assises » pour mieux faire passer l’addition qui se monte à 1 million d’Euros si on en croit les protestations d’Aphatie sur R.T.L. lundi matin 13 janvier.
Ces assises, on l’a bien compris, ce devait être un événement majeur de la vie politique, mais les gamineries de notre président qui rejoint sa maîtresse en scooter comme un ado vole vers le premier amour en ont décidé autrement.
C’est ici qu’il me faut vous renvoyer au dernier sondage du CEVIPOF qui constate brutalement le fossé entre nos dirigeants et le petit peuple que nous constituons. ( sondage à télécharger ici )
.
LE RESPECT S’APPREND AUSSI PAR LA FORCE :
On ne peut se passer toutefois de revenir au constat fait par les gendarmes du Général Soubelet et au grand découragement qui touche même les plus valeureux et les plus désintéressés.
La justice a renoncé à poursuivre les délinquants, elle a renoncé à appliquer les décisions qu’elle prend. Les bracelets électroniques sont devenus des décorations, les mesures d’accompagnement des plaisanteries, les emprisonnements des stages de formation.
Il faudrait tout de même redonner au moins, aux emprisonnements, un caractère punitif  et remettre un peu de discipline où le désordre règne. Mais l’impunité est devenue une règle, le droit de tout faire un dogme.
.
L’intérêt général doit à nouveau primer sur l’intérêt individuel.
.
Problème de moyens peut-être, problème de volonté et de détermination sûrement aussi.
La justice n’est plus crainte et ce ne sont pas les mesures proposées qui vont rendre effectives les menaces du glaive de Thémis.
.
Il faudra commencer par le début et redonner aux audiences judiciaires la solennité qu’elle n’aurait jamais dû perdre. On laisse les magistrats se faire insulter dans les prétoires mêmes et on s’étonne que le racisme s’exprime sur la place publique !!!
.

.

LA CRITIQUE LA PLUS SEVERE VIENT DE VALLS :
Plus forts que la critique des gendarmes, ( rappel sous ce lien ) la critique majeure des magistrats vient du ministre de l’intérieur lui-même qui a du se lancer dans une course folle derrière un simple délinquant pour aboutir à une restriction des libertés publiques. Une autre catastrophe à mon sens.
.
Car enfin, le pouvoir administratif s’est substitué au pouvoir judiciaire paresseux. Devant les infractions graves réitérée publiquement, nous ne devions pas entendre le ministre de l’Intérieur, mais bien le ministre de la justice demander des comptes à ses procureurs.
Le ministre de la justice était aux abonnés absents et pourtant personne ne semble décidé à demander des comptes à une nouvelle icône, la seule d’ailleurs, d’une gauche perdue dans ses contradictions, asservie.
Valls n’a pas formulé le reproche qu’il faut à sa collègue Taubira, il nous a forcé à le constater et en tirer nous-même les conclusions qui s’imposent.
.
Qu’ont fait les procureurs face à Dieudonné ? Le procureur de Paris, premier fautif devrait rendre son tablier. Pourquoi personne ne lui demande-t-il de justifier une complaisance qui pourrait s’interpréter comme une forme de complicité ? Je comprends la colère et les exigences  du monde juif.
.
Qu’est-ce qui a empêché le procureur de Paris de faire interpeller en flagrant délit ce justiciable ? Au regard des infractions constatées, qu’ont fait les juridictions de jugement ? On a bien vu un gamin incarcéré pour avoir participé à une manifestation l’an dernier. La justice est-elle partisane. Je suis inquiet.
S’il avait été détenu à la suite d’une condamnation régulière en droit, Dieudonné n’aurait pas pu exprimer sa haine impunément. Même, avant cela, pourquoi un juge d’instruction n’a pas été saisi ? Il aurait au moins pu mettre le comique sous contrôle judiciaire strict. Il pouvait interdire l’exercice d’une profession. Ils le font bien pour d’autres métiers !!!  Pourquoi ce régime particulier pour quelqu’un qui désigne une cible au public ?
.
Je suis désolé de voir aujourd’hui que les gens pour qui il n’y a que l’argent qui compte, n’ont trouvé comme arme que l’argent. Et la morale, là dedans ?
.
La justice n’est pas à refonder complètement, elle est à relever, elle est à soutenir. Mais elle doit aussi rendre des compte à la population.
Parlons réformes : Qu’auraient fait des chefs de parquet élus, des chef de juridiction élus ?
.
J’ai toujours pensé que gonfler les effectifs des policiers et des gendarmes était une fable. C’est la justice qui doit se voir attribuer les crédits supplémentaires.
.
Un délinquant traité comme il le convient est un délinquant qui n’encombrera plus le temps des policiers et des gendarmes.
.
error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :