La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 09 mai 2017

Le Colonel


© Fonds privé @TJL


 

Minute cynique… Ca y est le Front-National a compris : il doit changer de nom. Après une campagne mi-figue mi-raisin, un bon début d’entre deux tours, en fanfare, chez les Whirlpool, Marine Le-Pen se met à déconner sévèrement dans un débat calamiteux avec un adversaire pourtant largement à sa portée, souvent empêtré dans ses contradictions ou dans sa fâcheuse tendance à vouloir désigner en permanence les arbres qui cachent les forêts. Dix ans de dédiabolisation pour se faire retourner comme une crêpe par un petit filou qui évoque les dangers de l’extrême droite à Marseille, la ville de tous les dangers, où justement, jamais un seul sympathisant d’extrême droite n’est mêlé à ces règlements de comptes racaillo-ethniques qui ensanglantent la ville. Personne n’a l’air de s’en apercevoir, ou alors tout le monde fait semblant, c’est beaucoup plus politiquement correct. Il faut changer de nom disais-je, pour achever le père, se séparer du vilain qui a créé le FN en 1971, avec des gens peu recommandables, pour ensuite perpétrer, avec eux, l’attentat du Petit-Clamart en 1962, dixit Macron. Ca aussi personne ne s’en est aperçu, sauf Gilles Bouleau, qui a eu l’outrecuidance, à ses risques et périls, de faire remarquer à Moi-président-bis, qu’il s’emmêlait légèrement les pinceaux. En changeant de nom, la fille Marine pourrait enterrer les chambres à gaz, les détails et le vieux, pour enfin espérer gagner une élection sans se faire rattraper par l’Histoire, ou l’Histoire falsifiée. Au PS, on a fait mieux et dans l’autre sens. On a changé de nom avant de perdre l’élection et on a changé de nom, surtout, pour mieux gagner une élection qui était perdue d’avance. Le PS nouveau, recomposé, débarrassé de ces crétins de frondeurs qui veulent filer de l’argent à rien foutre, s’appelle désormais En-Marche. Marie-Guite Dufay, la sémillante présidente de la région Bourgogne, a vendu la mèche en expliquant, sans doute à l’insu de son plein gré, suite à l’élection de Macron : « J’espère qu’on aura la majorité à l’assemblée ». On ? Nous, le PS, enfin la ligne hollandienne du PS. On l’avait bien compris comme cela, mais pas tout le monde visiblement. Marine, prends en de la graine…

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

7 thoughts to “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. Bonjour, non, mais comme je suis en campagne électorale pour les législatives, je suis souvent absent. Cordialement

  2. Et faire aussi peur aux françaises. En leur expliquant que l’immigration tolérée par le nouveau locataire du château et encouragée par la CE, va leur faire connaitre les joies des mâles africains qui ne viennent chez nous que pour jouir des petites françaises.
    Quant aux retraités, leur faire peur également, car s’ils veulent faire des travaux agricoles pour arrondir leur fin de mois, ils devront s’équiper de casques pour ne pas entendre les musiques de rap ou de rais diffusées par les smartphones des travailleurs agricoles du sud de la Méditerranée. Adieu cueillettes des fruits et des vendanges si joyeuses de vos 20 ans.
    Et il ne reste que les « bobotes bcbg », ces jeunes spécialistes du web 2.0 qui championne de leur destin professionnel, verront leur carrière s’arrêter dans un parking souterrain suite à la rencontre avec des voyageurs en attente de papier de demandeur d’asile.
    Quant à tous les autres, qu’ils sachent que tout français « normal » est un français patriote qui s’ignore. Personne n’est raciste, mais tous le deviendront. Qu’ils se souviennent de la parole de Brice: « Quand il y en a un, pas de problème, c’est quand il y en a beaucoup, que ça pose problème ».
    Quant aux syndicats des travailleurs, il faudra que le travailleur de souche ne leur donne plus son suffrage aux élections syndicales en entreprise, vu que le gouvernement va limiter les indemnités prudhommales en cas de litige avec le patron, donc avec Macron.

  3. Le problème, c’est que parti comme il est, le « jeune filou », le »jeune freluquet » ou autres gentils surnoms du même genre, pourrait peut-être à son tour « tuer le père ». Régis me répondait il y a peu « wait and see »: je crois qu’il a raison, ne nous emballons pas. Le PS croit peut-être qu’il a déjà gagné la partie, mais il est possible qu’il se soit fait avoir comme un bleu au coin du bois. Le vrai problème est de savoir ce que va nous sortir effectivement le nouveau président, aussi mal élu soit-il, aux dires de beaucoup de tous ces commentateurs qui échafaudent à journée faite sans avoir de sources sûres. La réponse viendra sans doute plus vite que prévue au grand dam des quémandeurs d’aumône à la mine blême des lendemains de défaite.

  4. Marine LePen a montré ses limites que je ne croyais pas si « petites » .
    Le débat avec le petit Macron l’a clairement démontré. Elle devrait prendre une retraite méritée et laisser la place à une personne qui serait capable de débattre avec intelligence, connaissant les dossiers, gardant son sang-froid devant une petite percée de son opposant etc. etc..
    Pour conclure, Marine LePen n’est pas, hélas, présidentiable.

  5. Mouais.
    Et pour bien faire :
    – Virer le Vieux;
    – Changer de nom;
    – Démissionner Marine et son alter ego Philippot;
    – Changer de projets politiques inavouables ou politiquement incorrects.

    La France est en danger : La Pyramide Illuminatis, celle des $ US, est derrière Macron, avec l’œil, tout en haut [retournez regarder les photos]. Le Mondialisme va nous becqueter si nous ne réagissons pas.

    Aux Armes Citoyens !

Les commentaires sont clos.