La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 15 mai 2017

Le Colonel


© Fonds privé @TJL


 

Minute cynique… après l’élection de 1981, l’écho du « Changement » n’était pas retombé qu’il ne se trouvait plus grand monde pour avouer avoir voté Tonton 1er. Il nous a fait regretter la vieille France de Giscard, de ses agapes chez les particuliers, de ses airs d’accordéon surannés. Chirac n’avait pas mangé sa dernière pomme que tout le monde se défendait encore de l’avoir voté. Huit bombes nucléaires dans la gueule à Mururoa, ça avait calmé les esprits. Il nous a fait regretter Mitterrand. Puis on a eu le premier président 2.0, plus petit, plus plat, plus rapide, Sarkozy, si agité que finalement on s’est demandé qui avait voté pour lui tellement il fut impopulaire. Il nous a fait regretter le bravache Chirac, avec maman, Mobylette, euh non, Bernadette. Moi-Président, avec sa courte, très courte majorité, est devenu si impopulaire qu’à nouveau, il était devenu difficile de savoir vraiment, qui avait pu voter pour lui. Et d’un coup, toute cette presse s’enflammant pour un inconnu au brushing parfait, tout le showbizz à l’unisson, la cabale contre Fillon, les bulletins Marine Le-Pen sabotés, volés, la une illégale de Libération, les cafouillages sur les investitures aux législatives, le patrimoine du jeune énarque, inférieur à celui d’un ouvrier, les femmes voilées en nombre dans les prétendantes à l’assemblée, le fond d’état d’urgence qui ne passe pas, des manifestations de plus en plus âpres, violentes. Au final, avec un matraquage sans pareil, 66 % des exprimés, une abstention record, un vote contre l’autre candidate, dont on ne connaît pas exactement l’ampleur et des militants qui appelaient à voter Macron le dimanche matin, pour appeler à descendre dans la rue, dès le lundi, contre lui, pour un troisième tour social. Quelque part le président le moins bien élu depuis longtemps. Pour finir, une remontée des Champs-Elysées sans gloire, devant un public restreint et ce petit gosse gâté de Thomas Hollande, tout juste sortie de ses fêtes à la Lanterne, à nos frais, c’est un bâtiment Républicain, qui se permet d’interpeller sans ménagement le nouveau président, sous prétexte que Monsieur est l’avocat des Tati. Ne jetons pas la pierre, Pierre, ça s’emmanche comme si dans quelques temps, il faudra pratiquer des excavations profondes pour trouver des électeurs de Macron. Pire, d’ici quelques mois, tout le monde va se mettre à regretter Moi-Président. Au fait, si quelqu’un a des nouvelles de Julie Gayet…

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

3 thoughts to “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. Quand aurons nous autre chose que des Enarques aux commandes du navire France. jeune ou pas, voilà que maintenat 50 % des futurs députés seront de parfaits débutants en politique. Ca promet d’être assez dramatique à l’arrivée. Des réformes OUI ! la chianlie NON !!!!
    La valise ou le cercueil ????????

  2. LA MARCHE EST -ELLE BANCALE ??

    http://www.lemondejuif.info/2017/05/haine-disrael-comite-parisien-marche-accuse-macron-depuration-anti-palestinienne/

    Haine d’Israël : un comité parisien En Marche accuse Macron « d’épuration anti-palestinienne »

    Twitter WhtsApp

    Le comité « En Marche » de la Porte d’Orléans a dénoncé dimanche le retrait des investitures accordées par le mouvement d’Emmanuel Macron à des candidats soutenant le boycott d’Israël.
    « Mesdames, Messieurs, bonjour, il vous a fallu cinq minutes pour obéir hier aux injonctions des colons israéliens et de l’extrême-droite israélienne, que vous ont transmises leurs représentants en France, le CRIF, la LICRA et leurs infiltrés au sein de la République En Marche, et pour retirer son investiture de candidat à la députation sous l’étiquette de la République En Marche à Monsieur Christian Gelin en l’accusant d’avoir proféré des paroles antisémites (« Israël doit cesser la colonisation de la Palestine ») et d’avoir lancé des appels à l’antisémitisme (appel au B.D.S., moyen international non-violent pour obliger Israël à respecter le Droit international) », fustige André Querré, le responsable du comité en Marche de la Porte, dans un courrier adressé à l’intention de la Commission d’Investiture de la « République En Marche ».
    « En ignorant donc son engagement comme nous sommes des millions en France à être engagés contre la colonisation de la Palestine, contre l’apartheid et pour la reconnaissance par la France d’un Etat palestinien uni et viable. A être donc antisionistes. Un engagement inclus dans le combat plus vaste pour le respect des Droits humains, contre toutes formes de racisme dont l’antisémitisme. En regard de cette rapidité à satisfaire les exigences des colons israéliens et du gouvernement raciste actuellement en place en Israël, vous hésitez à répondre aux simples questions que je vous ai posées hier et que je vous repose : La colonisation de la Palestine par Israël est-elle, oui ou non, à l’instar de la colonisation de l’Algérie par la France, un crime contre l’humanité ? L’apartheid instauré en Israël et en Palestine par Israël à l’égard des Palestiniens et autres « Arabes », est-il, oui ou non, une pratique inhumaine contraire au Droit international ? Demander la fin de la colonisation de la Palestine et la reconnaissance de l’Etat de Palestine est-il un crime d’antisémitisme, oui ou non ? Choisir de participer au moyen international du Boycott, Désinvestissement, Sanctions, pour peser de façon non-violente sur le gouvernement actuel d’extrême-droite d’Israël, est-il, oui ou non, un acte criminel d’antisémitisme ? L’antisionisme (lutte contre la colonisation et l’apartheid) est-il, oui ou non, de l’antisémitisme ? Si je suis, à vos yeux, à votre jugement, un antisémite parce que je suis un antisioniste, alors il me faut arrêter de suite toute participation à la campagne pour faire gagner les députés de la République En Marche. Nous attendons donc votre réponse avant de donner suite à notre engagement pour les législatives », poursuit la missive.
    Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

  3. La 5 ème République a commencé avec des « vieux présidents », elle risque de s’arrêter avec ce « jeune président ». On ne fait plus confiance aux vieux. Et pourtant, c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe.

Les commentaires sont clos.