La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 29 octobre 2017

Le Colonel

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

 

Minute cynique… on ne voit pas trop ce qui se passe dans la tête des libéraux mondialistes style Macron, qui s’assoient en permanence sur la famille, le père, la mère et la nation. Ils vont jusqu’à nier leur propre culture, qui n’existe pas, qu’ils n’ont jamais vu, n’envisagent pas l’avenir de leurs enfants qu’ils n’ont pas, autrement que comme multiculturel, déshumanisé, dilué dans une globalité planétaire qui a l’air de leur échapper autant que leur échappent les us et coutumes de leur terre de naissance et d’éducation. Ils ont sous les yeux une région, la Catalogne, qui veut son indépendance, qui va morceler l’Espagne, entraîner avec elle le morcellement de pas mal de pays européens, à commencer par la France, avec ses basques, ses corses, ses bretons, ses vendéens et ils ne sont pas contents. Macron est vent debout contre les identitaires Catalans, que lui prend-il ? Il tient là sa vague scélérate qui va présider à la destruction de toutes les nations et il ne soutient pas les indépendantistes ? En plus, la mairesse de la principale ville de cette région est une hurluberlue de gauche, pro-islam, égalitariste et bobo-niaise de sa trempe et il fait la fine bouche ? C’est à n’y rien comprendre. Non, les Catalans doivent être trop attachés à leur culture, on a dit détruire les nations, mais aussi les cultures, il manque un ingrédient dans cette affaire. Ou alors, son tour de Guyane l’a laissé dubitatif. Il a failli là-bas, se faire écharper pour le compte, quand il expliqué n’être pas le Père-Noël et ne pas faire de promesse, tout en espérant flouer les locaux avec une histoire de deux enveloppes en une qui ferait l’économie d’une. Bourrins comme ils sont, massivement au chômage ou aux allocations, ils ne peuvent être, dans la rhétorique présidentielle, que des « riens », des « analphabètes » et des « fainéants », si ça se trouve, les trois à la fois. Et en plus, ils tiennent à leur culture et même à leur « race », comme l’expliquait Christiane Taubira, qui n’a même pas réussi à éviter une répétition de guerre civile à son ancien camarade de gouvernement. Mais qu’est ce qu’ils ont donc tous, ces gens, à ne pas vouloir se renier ? Ils n’ont qu’à faire comme moi, parler une autre langue, avoir des comptes un peu partout et une épouse-mère en même temps. Non ? Bon ben alors, c’est moi qui suis complètement con-ceptuel ou déconnecté du réel ? Peut-être un peu des deux mon capitaine.

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

5 réflexions au sujet de “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. La Catalogne ne va pas tarder à se mordre les doigts et la queue. Ses plus grandes entreprises prennent le large. Puigdemont allié de l’extrême-gauche a suscité cette phrase : « Puigdemont, c’est l’un des personnages de Fantasia de Walt Disney, l’Apprenti-Sorcier. Il est grand temps de lui botter le cul !  » Je pense qu’il s’est botté le cul tout seul.
    Quant à notre Pays, dirigé par un haineux de la France et des Français, je ne lui en donne pas pour longtemps avant de filer à la Jean Zay. Et enfin nous ne pourrons plus chanter Vive la Bretagne, Vive les Bretons. Ceux de PLOËRMEL veulent décapiter la statue de Jean-Paul II dans leur commune. Autant la remettre entre les mains des Polonais qui veulent l’adopter pour la sauver des mains des barbares. La France ne reconnaissant qu’une seule religion : l’islam.
    Colonel ? J’en peux plus !

  2. Excellente Minute ! C’est tellement vrai ! Je refuse d’adhérer à ces idées, commençons par continuer à écrire le Français comme il existe, refusons de modifier bêtement notre langue : nous sommes maîtres de nos mots, alors écrivons-les comme nous l’avons appris, ne cédons pas aux modes idiotes. Les journalistes doivent montrer l’exemple ! Il faut arrêter de tout féminiser! C’est tellement ridicule !!!!!!

  3. Excellente Minute !!! Ces politiques ne veulent rien comprendre !!!! Bien sûr que nous y tenons à notre Région, nos coutumes et notre langue ! J’espère bien que les idioties prônées pour modifier l’orthographe vont déclencher une résistance très forte. Malheureusement les journalistes sont les premiers à féminiser le masculin. Si le ministre est une femme, pour moi elle restera LE ministre ! Un peu de courage ! Ca n’apporte rien aux femmes et c’est laid à entendre ! Je préfère l’écrivain à l’ecrivaine !!!!!!!!

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :