Actualités, France, Minute cynique, Sécurité

La minute cynique de Pierre Duriot

349

Régis Ollivier, le 14 novembre 2017

Le Colonel

 

© Photo by Pierre Duriot

 

Minute cynique… les suicides de policiers, ça fait désordre. On est dans un pays en guerre, depuis les attentats d’il y a un an, enfin, depuis deux décennies d’attentats, pour être plus juste. Même le plus petit des villages de France a acheté des blocs en béton pour barrer la place de la mairie les jours de marché. Les villes moyennes ont investi dans des gilets pare-balles, des alarmes et des caméras de surveillance. Les grandes villes ont carrément mis en place des systèmes sophistiqués de surveillance des édifices, des populations, des manifestations, qui coûtent la peau de leurs fesses aux contribuables. Au moins, cette histoire là fait marcher certains commerces et accentue cette impression de vivre dans une démocratie instruite et pacifique, chacun a pu le mesurer. Et ces irresponsables se suicident au moment où on a le plus besoin d’eux. Leur représentant syndical explique : « On a un week-end de repos toutes les six semaines, ce sont des horaires de merde ». Oui, mon bon Monsieur, un week-end toutes les six semaines, ça donne toutes les chances de voir son couple se déliter et aucune occasion de faire un tour en vélo avec son gamin tout sourire : une vraie vie de merde effectivement, pour reprendre le terme le plus approprié. Mais les pauvres doivent aussi faire du chiffre. A charge pour eux d’arrêter les dangereux extrémistes de droite, nazillons et consorts, qui votent mal et pourrissent la vie des Français. Et ça, on comprend que ce soit très dur. Ils ont bien des consignes, de ne pas contrôler au faciès, de tourner la tête quand le suspect n’a pas le profil requis, de fuir plutôt que de tenter de rétablir l’ordre dans les endroits où ils risqueraient de provoquer une émeute en faisant juste leur travail. On imagine que tout cela ne soit pas une sinécure. Et les pauvres en sont réduits à se suicider avec leur arme de service. Supprimons l’arme de service, c’est très dangereux et envoyons les dans les endroits les plus enrichis de France, dont ils reviendront assurément les pieds devant, déjà qu’avec leurs armes, ils n’y font plus le poids. Et dans la cour des Invalides, Macron posera solennellement des légions d’honneur sur des cercueils recouverts de drapeaux tricolores. Ca aura quand même une autre gueule que des suicides, non ?

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l’Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST – Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales – INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!