La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 16 novembre 2017

Le Colonel

 

 

© Photo by Pierre Duriot

 

 

Minute cynique… Macron nous refait le coup de l’emploi franc, qui porte bien mal son nom. On devrait l’appeler l’emploi langue de bois. Sans rire, il s’agit d’embaucher les jeunes des quartiers « populaires », traduire : quartiers musulmans. Sinon, pourquoi ne pas avoir pensé aux jeunes des campagnes profondes, tout aussi déshérités que les « jeunes » des quartiers musulmans ? Electoralement, c’est moins rentable, les jeunes campagnards votent Le-Pen, ceci expliquant cela. On se demande bien de quels types d’emplois le président veut parler. Il compte implanter des entreprises sur place, ou demander aux gens qui sont sur place de partir ? C’est mal connaître à la fois les musulmans, qui rechignent à s’éloigner de manière trop conséquente de la communauté. Et mal connaître aussi les petits patrons de PME. Leur réponse est pourtant souvent très claire. « La gamine, si je l’embauche et qu’elle revient voilée, j’en fais quoi ? ». Oui mon brave monsieur, bonne question. Ben, je me paye dix ans de procès, façon crèche Baby Loup, j’y laisse ma santé et mon entreprise, ou alors, je me soumets à l’islam. Pour éviter ça, il se passe un truc que des sociologues ont mis en évidence : les musulmans embauchent des musulmans et les souchiens des souchiens, comme disent les indigènes de la République et ainsi, on bâtit deux mondes qui ne se croisent pas. C’est malin non ? La mesure a déjà été prise par Hollande et ça n’a pas marché, mais Macron n’en a cure, il marche sur l’eau, avec lui, ça marchera. Le meilleur service qu’il pourrait rendre aux entreprises, c’est pondre une loi qui permet de virer les intéressés sans sommation en cas de revendications religieuses au travail, ou de mauvais comportement avec la gent féminine, par exemple. Ca poserait tout de suite un cadre à prendre ou à laisser, qui à coup sûr, ne gênerait en rien les réelles volontés d’intégration. Mais non, ce serait trop simple. Quitte a faire de la démagogie, on pourrait suggérer à Macron de pousser l’idée plus loin et de doubler la prime pour l’embauche d’un djihadiste de retour de Syrie, puisque paraît-il, un accord a permis qu’ils se cassent de Raqqa avant le déluge. Et tout ce beau monde serait réinséré sans heurt par la magie du travail. Alors les entrepreneurs, ça vous tente ?

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

3 thoughts to “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. le nombre d’emplois baisés par l’immigration c’est environ 5 millions. le reste c’est du blabla. et à ceux qui disent que les français ne veulent certains emplois, c’est du vécu, c’est faux. c’est une légitimation pratique pour que les envahisseurs ne se reprochent rien ( oui parce y’en a qui savent bien quand même que les emplois qu’ils prennent était destinés à d’autres) quant aux gens qui sont ici depuis longtemps et qui n’ont pas d’argent.

  2. Je souscris pleinement à votre analyse.
    L' »on » fait comme si la « République » se portait bien ;
    Les « forces  » antagonistes haïssant la « France éternelle » et ses valeurs se préparent militairement parlant à un « nettoyage » ethnique d’envergure.

Les commentaires sont clos.