La « minute cynique » de Pierre Duriot

13 novembre 2016 Non Par Régis Ollivier

Régis Ollivier, le 13 novembre 2016

Le Colonel


 

15033912_10209465126757680_975141503_o


Minute cynique… le prix Carmignac du photojournalisme, remporté cette année par le Mexicain Narciso Contreras, dépeint le marché aux esclaves actuel de Tripoli, où migrants, hommes, femmes et enfants, revendus en vrac, servent au choix de bêtes de somme ou d’esclaves sexuelles. Il faut se rappeler à cet effet l’an de grâce 1685, quand notre roi Soleil, afin de mettre fin à l’odieux commerce, mais surtout pour avoir la paix en Méditerranée, envoya son valeureux Maréchal d’Estrée bombarder ce qui était déjà l’un des premiers ports esclavagistes au monde. Les pirates musulmans barbaresques écumaient alors les côtes sud françaises et transformaient par la razzia, nos petites campagnardes blanches en esclaves sexuelles pour les harems d’Afrique du Nord. Le 20 octobre 2011, ironie du sort, un autre roi de France, pas soleil celui-là, Nicolas 1er , par l’assassinat encore controversé de ce qu’il faut bien appeler un dictateur, rendit aux arabes tribaux ce bout de terre pacifié par une poigne de fer. Il permit ainsi le retour des bonnes vieilles habitudes culturelles locales. Chassez le naturel, il revient au galop. On comprend d’un coup pourquoi certains rois de France ont des couilles et d’autres pas et pourquoi surtout, une certaine Ministre de l’Education s’empresse de supprimer Louis XIV des programmes et de réviser l’histoire de l’esclavage.