La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier

Le 22 décembre 2017

Le Colonel 3.0

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

Minute cynique… ainsi va la vie. Un matin, une chauffeuse de car de quarante-huit ans, sans antécédents routiers notables, qui fait tranquillement son trajet scolaire plusieurs fois par jour, décide de foncer, plein pot, à douze kilomètres à l’heure, à travers les barrières baissées d’un passage à niveau qu’elle connaît parfaitement puisqu’elle est du village d’à côté. Peu importe tous ces gentils gamins qu’elle connaît personnellement, on ne sait pas ce qui lui passe par la tête, elle fonce. Sujet sensible les passages à niveau, les dysfonctionnements son légion, le remplacement ou le contournement de l’ensemble des passages à niveaux sur les axes départementaux et communaux coûteraient des milliards et la SNCF a d’autres chats à fouetter, avec ses retards chroniques, sa désinformation ordinaire, sa vétusté et sa gestion calamiteuse. Il ne s’agirait pas d’en rajouter une couche à cause d’une petite conductrice de campagne. Ben si, ça arrive, que des gens se mettent à foncer avec leur véhicule, un peu partout en Europe et avant-hier encore à Melbourne en Australie. Habituellement, ce sont des déséquilibrés, barbus, avec des patronymes arabo-musulmans, mais ça n’a rien à voir avec des attentats. Là, à Millas, on ne sait jamais, en tout cas, ça exonérerait de toute responsabilité la grande enseigne nationale qui n’avait pas besoin de ça. Les témoignages sont contradictoires, ça tombe bien. En plus, l’individu n’a pas trop le profil requis, elle a plutôt une tête de fusible, avec sa souche campagnarde et son âge fatidique. On va savoir combien pèse l’honnêteté d’une brave femme face à la vie de collégiens et quelques milliards de mises à de nouvelles normes. Sinon, elle a une autre solution : elle assume. C’est à la mode, ça dédouane. Fermez vos gueules, j’assume, ça fait un peu jurisprudence. Quand on assume, l’argent n’a plus aucune importance et on ne risque plus rien. Comment ? Il faut être premier Ministre ? Ben alors, elle est cuite. La maxime de La-Fontaine devrait encore connaître un nouvel épisode, dans sa forme toujours actuelle : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ». Il a dit « blanc ou noir » La-Fontaine, avec sa perruque d’époque en crinière de lionne ? Putain de raciste.

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

5 réflexions au sujet de “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. je viens de lire les derniers commentaires sur le post. et la déraison l’emporte peu à peu. le complotisme fait rage parce qu’il s’agit forcément d’un complot pour éviter d’avoir à rendre des comptes.
    soyons honnêtes et lucides un instant s’il vous plait.
    1/ les gendarmes et les juges ne sont pas aux ordres de la SNCF. ils constatent actuellement que, si aucun enchaînement des faits clair et précis n’émerge, beaucoup d’infos semblent aller vers un fonctionnement normal du passage à niveau. rien ne permet de dire le contraire.
    2/ dans l’époque de suspicion généralisée des sociétés occidentales qui se prennent à croire à l’existence de big brother et à considérer l’Etat comme un être omnipotent, le fort a forcément tort et toutes les enquêtes de gendarmerie ou de la justice n’y feront rien.
    2/ mais alors que c’est-il passé ? on peut écarter d’emblée l’intention mortifère d’un chauffeur de bus qui aurait tranquillement contourné les deux barrières. le bus aurait été pris en travers . il reste deux solutions : une des deux barrières qui n’a pas forcément fonctionné ou bien, ou bien, simplement, l’illusion qu’elle était relevée, ou la certitude qu’elle était relevée. On entre alors dans le cognitif. cela n’enlève rien à la certitude de la dame qui conductrice du bus. elle en est simplement persuadée.
    3/le pire dans tout cela : que rien ne puisse lever le doute . il restera des familles qui voudront des certitudes et qui, à défaut, se persuaderont à leur tour que l’Etat leur cache quelque chose. on est aussi dans le cognitif.

  2. J’ai peine à croire que ce chauffeur de car, connaissant les lieux, ait commis une telle erreur. Oui, je sais : c’est une femme, mais le mot » chauffeuse » est si laid que je ne cède pas à cette mode stupide de tout féminiser !

    Vous avez entièrement raison, Dénis Roussel, tout cela est révoltant.

  3. Et oui, une petite coupable, vaut mieux que la ruine d’un système…. et si elle avait elle aussi succombé, la solution aurait été très bien…..Témoignages contradictoires??? un enfant et un collègue ne peuvent mentir en de telles circonstances…..J’ai un doute qui me pèse sur ma conscience.

  4. On ne sait pas encore exactement ce qui s’est passé sur ce passage à niveau puisque les témoignages sont contradictoires, mais on peut cependant imaginer le scénario. J’aime bien la comparaison avec la version du premier ministre dans ses explications assez confuses sur le choix d’un avion privé payé sur les deniers de l’Etat pour finalement gagner peu de temps sur le retour en France. On se moque du monde mais surtout des français et très sincèrement l’aplomb avec lequel le chef du gouvernement a justifié les frais engagés, me contrarie au plus haut point et je ne dois pas être le seul à trouver la méthode inacceptable. Comme beaucoup de français de ma génération, nous avons toute notre vie travaillé sans trop laisser le temps à penser aux loisirs. Nous avons sans cesse mis en pratique les valeurs que nos parents, nos instituteurs et bien d’autres nous ont inculquées quotidiennement . Au moment où le gouvernement va pénaliser lourdement ces retraités qui n’ont pas connu les 35 heures, mais que l’on soupçonne de trop bien vivre, un élu de la République , très à l’aise dans ses baskets , dépense sans compter et sans réellement de raisons sérieuses, une somme d’argent considérable qui est à mon sens jetée par le hublot d’un avion privé. Comment voulez-vous avec de tels exemples inviter les français à croire encore à la politique et les inciter à se rendre aux urnes . Rien ne changera donc dans ce microcosme politique avec son cortège de débordements financiers outranciers et ces privilèges de monarques qui sont une exception française dans le monde. Sans être sorti de l’ENA, il y a bien longtemps que nous « les sans dents » nous avons compris qu’une moralisation de la politique était plus que nécessaire, elle tarde à venir, elle est indispensable car après tout, toutes les dérives financières connues et soulignées par la cour des comptes qui visent essentiellement les représentants du peuple, représentent l’argent des contribuables que nous sommes, vous savez ceux qui sont classés en tête des plus taxés en Europe.

  5. Avant de faire des TGV retardateurs on pourrait sans doute sécuriser les passages à niveaux avec un règlement qui exigerait que les conducteurs de cars marquent TOUJOURS le STOP et ouvrent la porte pour jeter un œil sur les voies, barrières ouvertes ou… fermées. Depuis un siècle c’est une règle fédérale aux US et ca marche assez bien. Ca ne va pas éviter tous les massacres, mais c’est un début.
    La seconde manière, c’est la manière forte vue chez les Russes qui ont installés ici et là de vraies barrières métalliques qui se déploient du sol et vont même arrêter un gros camion à ses frais. Puis la solution des plots à éclipse qu’on voit dans des villes pour interdire la circulation ou l’accès à certains parkings est aussi à considérer. C’est moins cher qu’un pont ou un souterrain et même qu’un voyage en avion « de luxe » du premier Ministre..
    S’fou not gueule…

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :