Actualités, France, Islam, Justice, Minute cynique, Terrorisme

La minute cynique de Pierre Duriot

606

Régis Ollivier

Le 06 janvier 2018

Le Colonel 3.0

 

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

 

Minute cynique… Emilie König, bretonne, pas bretonnante, l’une des djihadistes françaises les plus recherchées, décrite comme agressive, bagarreuse et déterminée, pistée par la CIA, a commencé par avoir de mauvaises fréquentations barbues, puis a fait un choix féministe assumé, très glamour : la burqa. Elle est venue défiler à Paris dans cet accoutrement, ce qui lui valut une courte célébrité, le temps d’un attroupement au métro Saint-Denis, avant de se faire coffrer une première fois. La pauvrette, princesse à sa maman, de parents divorcés, emplie de haine, va tomber amoureuse d’un délinquant musulman de qui elle aura deux enfants. Elle alterne, dans une tranche de vie parisienne, le port du Perfecto, à l’origine, pièce d’uniforme nazi dessinée par Boss dans les années 30 et le Niqab, dessiné par on ne sait trop qui et d’ailleurs on s’en fout un peu. Elle crache sa haine de l’Occident à l’école de ses enfants, dans la rue, distribue des tracts appelant au djihad, fait l’objet d’une enquête par une sociologue, cherche un nouveau compagnon sur des sites salafistes. Elle abandonne ses deux premiers enfants, en fait d’autres, avec d’autres hommes, tous guerriers de l’islam, va et vient entre Lorient et la Syrie sans être inquiétée, incite aux actions armées, à s’en prendre aux militaires et à leurs épouses, son père est gendarme et elle le hait, ne l’oublions pas. Passionnée par les armes à feu, flingueuse émérite, elle a expliqué à maintes reprises qu’elle ne renierait jamais sa foi en l’islam. Aujourd’hui dans les geôles kurdes, elle voudrait et son avocate avec elle, rentrer dans ce pays de merde qu’est la France. On se demande bien pourquoi. En Syrie, elle risque la peine de mort. En France, elle va intéresser les psychanalystes, sur la question du père et de l’attachement, elle risque aussi quelques plateaux de télévision, avec Ruquier et Ardisson. On devrait également parler d’elle dans les Inrocks et Femmes actuelles et lors de son procès, elle sera pétrie d’excuses, deviendra l’égérie des Femens et de quelques militantes frustrées, mal baisées, pâmées devant la virilité des mauvais garçons de l’Etat-Islamique. Elle écopera alors d’une tournée des collèges, d’intérêt général, à l’invitation de proviseurs gauchistes, afin de mettre en garde les gamins contre les dangers de la radicalisation. Et pour finir, elle sera l’héroïne, après le Che, d’une exposition promue par Anne Hidalgo, qui la présentera comme moderne, romantique et passionnée. La France, c’est quand même autre chose non ? C’est à cela que l’on mesure le degré de civilisation d’un pays.

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!