Actualités, Education, France, Immigration, Minute cynique

La minute cynique de Pierre Duriot

348

Régis Ollivier

Le 02 février 2018

Le Colonel 3.0

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

 

Minute cynique… les consignes ministérielles aux professeurs ont toujours été les mêmes, depuis une trentaine d’années : mise en situation de réussite, bienveillance, respect de la culture. Il faut croire que la méthode ne porte pas les fruits désirés. L’Express le raconte à propos du désormais célèbre lycée professionnel et technologique Gallieni, à Toulouse, en omettant soigneusement de décrire la population d’élèves majoritaire dans cet endroit où chacun rêve de mettre ses gosses. Insultes, agressions physiques, départs de feu, menaces de mort, trafic de drogues… Les professeurs affirment être sous la menace de plusieurs dizaines de lycéens violents. Le ministre de l’Education Nationale parle lui, d’une « minorité » d’éléments perturbateurs, pensez donc, quelques dizaines dans un seul établissement, c’est minoritaire. On compte, dans cette minorité, des élèves en possession d’armes, 60 à 80 élèves en suivi judiciaire et des fichés S. Blanquer explique que la situation est complètement inacceptable et ça va changer, vous allez voir. Il envoie un contingent des forces spéciales ? Non, juste un personnel de direction expérimenté. Il va de soi que le personnel actuel est une équipe de bras cassés, qui ne sait pas mettre en situation de réussite, avec bienveillance, une cohorte d’élèves délinquants, armés, radicalisés, soutenue par les parents qui, au besoin, viennent prêter main forte pour l’agression des profs. Des amateurs qu’on vous dit. Il y a eu du laxisme, a enchaîné le ministre, sans rire. Depuis l’accident d’AZF, explique un prof, « nous remplissons le lycée avec les quartiers alentours », La Reynerie, Bellefontaine, le Mirail, célèbres pour leurs émeutes. « On s’est petit à petit retrouvé avec un quartier-bis qui s’est créé dans l’établissement ». Une contre société dans une école, bigre. Ainsi, il n’y aurait pas que Zemmour pour parler de contre société. En poursuivant les recherches, on arrive, à propos de ces quartiers à la conclusion suivante : fort taux de chômage, supérieur à 30%, déscolarisation, population d’origine immigrée nombreuse et en mal d’intégration en font des quartiers classés « sensibles ». Deux conclusions sont possibles : soit c’est la faute d’AZF, soit les guerres ethniques et religieuses ont commencé. Finalement, par correction politique, ça arrangerait tout le monde que ce soit la faute d’AZF…

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!