La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier

Le 23 février 2018

Le Colonel 3.0

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

Minute cynique… Laurent Wauquiez vient d’inaugurer la politique baston, enfin baston, disons plutôt, une forme de communication politique qui consiste à dire la réalité toute crue, à bien faire comprendre que finalement, toutes les vérités sont bonnes à dire. En même temps, Wauquiez président des Républicains, est emmerdé par des gens qui se réclament de la droite et qui en fait, sont à gauche et même, pratiquent des politiques de gauche. Alors comme ça, j’ai cherché un peu, quand même, à savoir si ce qu’il raconte est vrai. Oui, Juppé a bien cramé la caisse à Bordeaux, ce n’est pas difficile à vérifier. Darmanin, son profil Wikipedia, pas vraiment du genre incorrect, nous explique tout de même que l’homme n’est pas un enfant de choeur. Macron, qui aurait usé d’un plan machiavélique pour griller Fillon, avec 95 % de la presse roulant pour lui, ça reste largement plausible et l’actualité montre que l’homme en est parfaitement capable. Sarkozy qui mettait ses ministres sur écoute… en tant qu’ancien de ses ministres, Wauquiez sait sans doute de quoi il parle, du moins, on peut toujours lui accorder ce crédit. Pécresse qui fait des conneries : ce serait faux ? On a du mal à croire qu’un type de la trempe du président des Républicains se soit fait rouler comme un bleu par un petit crétin de potache muni d’un enregistreur. Qui n’est pas au courant que tout le monde a sur lui, en permanence, de quoi filmer, photographier, enregistrer ? Dans l’affaire, Wauquiez va peut-être arriver à se débarrasser de cette frange de la droite, qui se dit à droite, mais qui en fait est profondément européiste, immigrationniste et islamophile, de gauche donc. Cependant, ce n’est pas gagné pour le fou du Puy, le maire qui, souvenez-vous, n’hésite pas à coincer personnellement, avec sa voiture, les petites racailles à scooter dans les rues de sa ville. Pour ratisser vers ce qu’on appelle à tort l’extrême droite, il devra se souvenir que pas mal des électeurs de Marine sont des ouvriers, anciens communistes et des jeunes peu diplômés. Alors il faudrait, le costaud de la droite, qu’il arrête aussi les conneries. Il a dit en parlant de l’enregistrement incriminé : « c’est du boulot niveau CAP d’ajusteur-monteur » : les ouvriers ajusteurs vous saluent bien M. Wauquiez, quel mépris. Bon, oui, mais après un président Macron qui parle de « rien », d’ «alcooliques » et d’ « illettrés », un CAP d’ajusteur-monteur, c’est un vrai progrès ou je me trompe ?

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. Mon colonel, je prends note de votre commentaire et j’adhère à la plupart de vos propos. Mais vous aurez remarqué nous nous étions trois invités et deux animateurs. Nous avons disposé de 43 mn exactement c’est à dire moins de dix minutes par intervenant, avec de surcroit des publicités. J’aurais voulu aller plus en avant mais cela n’a pas été possible. Il m’a d’ailleurs fallu revenir, en off, sur mes propos pour les préciser à Christophe Bourseiller. Mais c’était hors antenne. J’ai néanmoins précisé que le document du G2S était ma bible sur ce sujet. Par ailleurs, les autres sujets abordés par les présentateurs de l’émission ne nous avait pas été précisés. Nous les avons découverts. Comme je l’ai dit par ailleurs, ceci était superficiel et nous avons tout juste survolé le sujet. C’est bien dommage. Et je le regrette vivement. Mais les invités ne maitrisent pas le déroulement de l’émission. Nous aurons certainement l’occasion d’y revenir fin avril, lorsque le comité ad hoc rendra son rapport. Bien à vous

  2. bonjour mon colonel, j’ai écouté votre intervention sur france inter et je ne partage pas votre analyse en ce qui concerne les réticences des officiers envers le brassage social attendu d’un éventuel SNU.
    comme vous j’ai lu – et je relis- le dossier du G2S – que vous avez raccourci à un petit groupe d’officiers – je ne vois nulle part cette attitude.
    je précise que je ne suis pas officier général mais colonel , depuis peu ancien d’active et maintenant réserviste.
    tout le monde peut être d’accord sur le constat de notre société. les analyses et les mesures correctives sont déjà plus diverses. le grand mérite de ce dossier et de rappeler de nombreux attendus, que nos penseurs politiques ne veulent pas aborder pour se cantoner à l’objectif mythifié. c’est tout le mérite de ce dossier et vous auriez gagné à le souligner.
    je regrette que vous n’abordiez pas la confusion générale dans les esprits et la nostalgie entretenue du « bon vieux temps ». je regrette que vous n’abordiez pas la fuite en avant de nos élites qui préfèrent élaborer un nouveau « service public » (avec quelle ressource huamine) plutot que d’affronter le chantier de reconstruction de notre société. je regrette enfin, comme de nombreux intervenants d’ailleurs. pourquoi ne pas aborder la question fondamentale de l’encadrement , des effectifs nécessaires, de leurs compétences et de leur qualifications ?pourquoi ne pas aborder la question du moment et du déroulement de ce SNU qui soulève en soi tant de problèmes ?
    vous qui futes militaire , pourquoi ne pas avoir dit que la discipline militaire n’a aucun sens en dehors du contexte militaire : celui de la préparation à et de l’engagement au combat. pourquoi laisser croire que la restauration de l’autorité et du vouloir vivre ensemble peut se jouer en un mois en encadrant notre jeunesse comme Marius le fait sur M6

Les commentaires sont clos.