La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier

Le 19 mars 2018

Le Colonel 3.0

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

Minute cynique… c’est un peu dingue, la vie d’espion russe. Un jour tu finis démasqué, tu passes dans les prisons de ton propre pays. Tu survis, tu es échangé et tu t’en vas vers l’Occident, libéré. Là, tu racontes tout, tu balances, on en fait des rapports et tu te dis que tu vas te faire liquider par les tueurs du KGB, du moins, ce qu’il en reste, dans la plus pure tradition de la guerre froide, façon James Bond. Et pis non. Il ne t’arrive strictement rien. Alors, tu penses que l’orage est passé, que tu va vivre peinard, le restant de tes jours, dans la campagne anglaise verdoyante, en fumant la pipe, comme tout bon retraité local. Et là, alors que le président Poutine est en pleine campagne électorale, qu’il a deux guerres à mener, des tensions intérieures, une situation internationale explosive, il repense à toi, comme ça, d’un coup. Et il décide de te trucider, pas avec l’habileté qu’on lui connaît, non, avec une extraordinaire grossièreté, au poison de guerre, vieux truc de l’époque de Brejnev, signé « Bons baisers de Russie ». Toute la presse occidentale, tous les hommes politiques occidentaux y croient, ou font semblant d’y croire, enfin, sont obligés d’y croire. Seules les opinions publiques n’y croient pas un seul instant, mais vous savez bien, en Europe, on se méfie des peuples, d’ailleurs, chaque fois qu’ils votent mal, on les fait revoter. Il y a des types, en Europe, qui ont eu l’idée saugrenue de sacrifier un pauvre hère, ancien espion n’ayant strictement plus rien à dire, pour pourrir la campagne d’un président autocrate qui va être élu pour un quatrième mandat. Forts de ce meurtre, pour venger la mort du pauvre rejeton de la guerre froide, les mêmes envisagent l’éventualité d’une guerre nucléaire avec le pays le mieux armé du monde, alors même que Poutine le sage, flairant le coup fourré, tente de calmer le jeu en demandant à ce qu’on lui fournisse des échantillons du fameux poison. Non, déconne pas Vladimir, ça va se voir qu’il n’est pas russe, comme pour la fiole du général Powell qui finalement, n’était pas irakienne. Ce doit être un coup de Merkel, elle aussi en est à son quatrième mandat, c’est une autocrate, comme Poutine. Ah non, ma brave dame, là c’est pas pareil, son quatrième mandat, à elle, c’est de l’habilité politique, des bons bilans, l’amour de son peuple. D’ailleurs, elle est bonne Angela, elle a imposé plus d’un million de bons petits migrants musulmans à son peuple qui n’en demandait pas tant, c’est dire si elle est du bon côté du manche…

http://www.pierre-duriot.com

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

4 thoughts to “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. Votre analyse de professionnel et votre article nous conforte dans nos opinions.
    Il serait de bonne guerre de rappeller à l’U.K. qu’elle a inventé des armes chimiques pour attaquer l’Irak et conduire ce pays au chaos et au malheur de sa population.
    Nous ne pouvons que regretter que notre pays ne sois pas diriger par nos militaires, et par un homme qui défend la culture,les valeurs, les intérêts et la vie de sa population d’origine.
    Nous regrettons qu’un Poutine ne soit pas à la tête de la France.

  2. Nous avions déjà compris mais votre analyse de professionnel nous éclaire et nous conforte.
    Pourquoi Poutine ne rappelle t’il pas à l’U.K. qu’ils ont inventé des armes chimiques en Irak , puis bombardé et destabilisé ce pays jusqu’au chaos?
    Nous regrettons de ne pas avoir un Poutine à la tête de la France.

  3. Et en prime, la France qui n’a rien à voir avec cette affaire, – c’est le problème des britanniques- s’en mêle maladroitement, on se demande bien pourquoi. Et puis, on en rajoute une louche avec la Syrie pour le bombardement de civils. Oui ce n’est pas bien mais, pour la Turquie, que fait-on ?. Elle fait partie de l’OTAN, elle reçoit des fonds de l’Union Européenne, ce n’est pas pareil. Renouons des relations normales avec la Russie, pour notre intérêt économique et revenons à une diplomatie étrangère française, indépendante qui sera davantage écoutée et respectée car les Etats-Unis, champions du protectionniste, travaillent pour eux et se moquent bien des pays européens, de la France , de son agriculture et de son industrie.

  4. Bon, on n’a pas élu le camarade Poupoutinette… Mais de là à monter au front… y’a de la marge. Et la Première anglaise, chère petite Thatcher, trouve tout naturel de déclencher une guerre… M’enfin, les rosbifs savent très bien que les affaires de Barbouses ne méritent pas le nucléaire ou alors ils ont qq chose sous le coude, comme une élection anti Brexit ?
    Et que voyons-nous en France? The very good friend from Paris tagging along… oubliant vaux, vaches….heu… je veux dire retraités en déchéance, hôpitaux en faillite, petits trains des petites lignes des petites gens qui déraillent…
    Quel B…sieur Macron, quel foutoire vous nous faites !!

Les commentaires sont clos.