La minute cynique de Pierre Duriot

19 mars 2018 Non Par Régis Ollivier

Régis Ollivier

Le 19 mars 2018

Le Colonel 3.0

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

Minute cynique… c’est un peu dingue, la vie d’espion russe. Un jour tu finis démasqué, tu passes dans les prisons de ton propre pays. Tu survis, tu es échangé et tu t’en vas vers l’Occident, libéré. Là, tu racontes tout, tu balances, on en fait des rapports et tu te dis que tu vas te faire liquider par les tueurs du KGB, du moins, ce qu’il en reste, dans la plus pure tradition de la guerre froide, façon James Bond. Et pis non. Il ne t’arrive strictement rien. Alors, tu penses que l’orage est passé, que tu va vivre peinard, le restant de tes jours, dans la campagne anglaise verdoyante, en fumant la pipe, comme tout bon retraité local. Et là, alors que le président Poutine est en pleine campagne électorale, qu’il a deux guerres à mener, des tensions intérieures, une situation internationale explosive, il repense à toi, comme ça, d’un coup. Et il décide de te trucider, pas avec l’habileté qu’on lui connaît, non, avec une extraordinaire grossièreté, au poison de guerre, vieux truc de l’époque de Brejnev, signé « Bons baisers de Russie ». Toute la presse occidentale, tous les hommes politiques occidentaux y croient, ou font semblant d’y croire, enfin, sont obligés d’y croire. Seules les opinions publiques n’y croient pas un seul instant, mais vous savez bien, en Europe, on se méfie des peuples, d’ailleurs, chaque fois qu’ils votent mal, on les fait revoter. Il y a des types, en Europe, qui ont eu l’idée saugrenue de sacrifier un pauvre hère, ancien espion n’ayant strictement plus rien à dire, pour pourrir la campagne d’un président autocrate qui va être élu pour un quatrième mandat. Forts de ce meurtre, pour venger la mort du pauvre rejeton de la guerre froide, les mêmes envisagent l’éventualité d’une guerre nucléaire avec le pays le mieux armé du monde, alors même que Poutine le sage, flairant le coup fourré, tente de calmer le jeu en demandant à ce qu’on lui fournisse des échantillons du fameux poison. Non, déconne pas Vladimir, ça va se voir qu’il n’est pas russe, comme pour la fiole du général Powell qui finalement, n’était pas irakienne. Ce doit être un coup de Merkel, elle aussi en est à son quatrième mandat, c’est une autocrate, comme Poutine. Ah non, ma brave dame, là c’est pas pareil, son quatrième mandat, à elle, c’est de l’habilité politique, des bons bilans, l’amour de son peuple. D’ailleurs, elle est bonne Angela, elle a imposé plus d’un million de bons petits migrants musulmans à son peuple qui n’en demandait pas tant, c’est dire si elle est du bon côté du manche…

http://www.pierre-duriot.com