La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier

Le 27 mars 2018

Le Colonel 3.0

 

 

© Tosque Jean-Louis

 

 

Minute cynique… vous aurez lu la symbolique du dernier attentat, ce gendarme, franc-maçon, qui se substitue à un otage non-initié. C’est un peu la France qui construit, qui pense, qui avance, qui échafaude et qui s’en va, avec sa science et son compas, à la rencontre de l’obscurantisme qu’elle combat de toutes ses forces, pour tenter, la lumière, le dialogue, la raison. Et là, elle est rattrapée par le principe de réalité, prend conscience que toute la science et toute la raison du monde ne sont rien face à un seul égorgeur qui fait son office selon la tradition millénaire du sort réservé à la mécréance. Et le tueur a raison, non pas parce qu’il réfléchit plus et mieux, mais parce qu’il exécute son opposant, illusionné, qui se figure qu’il va pouvoir discuter et raisonner, comme a pu le faire le GIGN face à des forcenés ordinaires. Il y a là, une allégorie, qui vaut pour le pays tout entier, lequel croit en sa civilisation pour amener aux principes scientifiques et cartésiens des fous d’Allah destinés à triompher à la fin, faute de combattant. On en revient à la trilogie historique qui prévalut au cours des siècles face à ces gens : la conversion, la dhimmitude, ou la mort. Le second nous intéresse, maintenant que le processus est rôdé : il n’y a plus qu’à officialiser. On sélectionne un tribut à leur dieu, un terroriste les égorge, on le descend et on organise des funérailles nationales, peut-être jusqu’à épuisement des stocks de juifs, de chrétiens et de mécréants, ça a l’air bien parti. On pourrait commencer par sacrifier ceux qui pense que l’islam est une chance pour l’Europe, suivez mon regard. A moins que le terrorisme, le djihad, les égorgements d’otages, les décapitations de chefs d’entreprise, les assassinats de vielles dames juives, les mitraillages de salles de spectacles, les camions fous, l’assassinat de dessinateurs, n’aient rien à voir, ni avec l’immigration, ni avec l’islam, auquel cas, comme aurait dit Manuel Valls, il faudra s’habituer à vivre avec le terrorisme et l’intégrer dans l’équation du vivre ensemble. Après tout c’est une culture répertoriée et ça se respecte. Non ? Non, heureusement, tout cela est intolérable, nos dirigeants en ont bien pris toute la mesure et organisent la défense du pays, d’une main de fer, avec l’échange d’un lot de bons citoyens, plus de deux cent cinquante djihadistes de retour des terrains de guerre, accompagnés de cent imams maghrébins, contre l’expulsion de très dangereux activistes : quatre diplomates russes. Vous voyez bien que nous sommes protégés.

http://www.pierre-duriot.com

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

3 thoughts to “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. Involontaire Guiraud, loin de moi la christianophobie, mais la liste des victimes est hélas bien longue et le format doit être lu en une minute, c’est la formule.

  2. Un petite erreur et deux omissions

    Ce Brave comme aurait dit Napoléon,

    n’était pas un fervent franc-Maçon de la Grande Loge de France , il s’en était un peu éloigné.

    Par contre il avait trouvé la foi et était devenu un pieu catholique , ce que reprochent certains maldisants

    Et ce texte ne fait pas mention de ce prêtre égorgé dans son église à savoir le Père Hamel

    oubli involontaire ou christianophobie déguisée ????

Les commentaires sont clos.