La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier

Le 26 avril 2018

Le Colonel 3.0

 

 

© Pierre Duriot

 

 

Minute cynique… Reporters sans frontière verse sa larme et s’inquiète de la haine du journaliste, non pas dans les habituels pays tyranniques où nous allons régulièrement faire la guerre ou bomber le torse avec nos jouets électroniques explosifs, mais en Europe, oui ma brave dame, en Europe, dans ces démocraties tellement calmes et tellement instruites qu’elles se laissent gentiment détruire sans rien dire, ni rien faire. La presse justement, y va de son couplet permanent sur les gentils migrants qui sont tous professeurs, ingénieurs, avocats et qui arrivent en famille. Elle tait la réalité en toutes circonstances, pointe du doigt de pauvres calaisiens qui auraient l’outrecuidance de défendre leurs maisons, fruits de vies de travail, contre des « invités », armés de barres de fer. Elle explique à longueur de temps l’éternel fantasme de l’extrême droite violente, en lieu et place de l’extrême gauche et des purs produits d’une certaine immigration à qui elle cherche excuses et bonnes mauvaises raisons de casser, molester, détruire, violer, incendier. Elle tait les noms des fauteurs de troubles quand ils ont des consonances d’au-delà de la Méditerranée, va même jusqu’à les franciser, invente les déséquilibrés qui n’ont rien à voir avec l’islam, pour ne pas heurter les « sensibilités », paraît-il. Elle dénigre en boucle les présidents démocratiquement élus Trump, Assad, Poutine, dénonce des agressions militaires à tout bout de champ, en omettant savamment d’évoquer les guerres menées par l’Arabie-Saoudite et le Qatar au Yémen, les exactions des Rohingyas, ou les tirs incessants du Hamas en direction d’Israël, actions guerrières systématiquement légitimées. Elle en fait des tonnes sur une gifle filée à un migrant par un flic excédé, mais n’écrit pas une ligne sur les décapitations au Moyen-Orient. Cette même presse prit fait et cause pour le candidat Macron, à 95 %, lors de l’élection présidentielle française, s’asseyant sur toute forme de déontologie journalistique et ne respectant à aucun moment la plus élémentaire neutralité face à l’adversaire blonde portée par un tiers des électeurs, au prétexte qu’elle pense mal. Les éditorialistes s’érigeaient en censeurs, intimant à chaque invité l’ordre de se prononcer en faveur de Macron, à la moindre prise de parole télévisée. Les mêmes accusaient tout abstentionniste de « faire le lit » de l’extrême droite. Et encore, collaborent-ils maintenant, avec le gouvernement, à juguler toute velléité de contre-information fiable dans les réseaux sociaux. Au prétexte d’une lutte contre les « Fake-News », elle organise une chasse aux sorcières chez ceux qui auraient le tort de ne pas se laisser anesthésier par la voix du maître. Non vraiment, on ne voit pourquoi tant de haine à l’égard de ces braves journalistes, bénéficiant toujours d’abattements fiscaux inaccessibles au commun. De la pure et injuste stigmatisation, voyez vous…

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

One thought to “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1.  » ne pas se laisser anesthésier par la voix du maître »
    Vous avez en quelques quelques mots analyser la situation..En fait je déteste ce Monsieur qui remercie les retraités de bien vouloir se laisser piller …Alors que dire des calaisiens qui devraient offrir gite et le couvert et peut être la jeune fille de la famille a tous ces lettrés ….
    J’admire vos post

Les commentaires sont clos.