La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier

Le 29 avril 2018

Le Colonel 3.0

 

 

© Pierre Duriot

 

 

Minute cynique… Macron recase Jean-Marc Ayrault à la présidence de la future Fondation pour la mémoire de l’esclavage. Que va-t-il donc se raconter dans cette Fondation ? Que les Romains avaient des esclaves ? Non, cela risque de heurter certaines sensibilités. Avant Mahomet, il n’y avait rien, d’ailleurs ses affidés s’emploient à détruire, à Palmyre, au Caire, ou en Afghanistan, tout ce qui pourrait être antérieur à leur prophète. Il va falloir commencer l’histoire avec les esclaves de Mahomet et l’esclavage inhérent au livre sacré qui mentionne cette pratique de l’asservissement dans pas moins de vingt-cinq de ses versets. Des esclaves avec qui on peut avoir des relations sexuelles, pourquoi se priver, mais qui peuvent en réchapper en se convertissant à l’islam, selon la tradition. L’esclavage a même été inscrit dans la charia par Omar ibn-al-Kattab, peu après la naissance de l’islam, histoire de ne pas faire n’importe quoi, avec n’importe qui, quand même. Principales victimes, les noirs, mais aussi les européens chrétiens, et tout particulièrement les européennes, razziés dans le sud de l’Europe et régulièrement en France, pendant des siècles. Les femmes blanches étant très prisées dans les harems. Au total, dix-sept millions de personnes réduites en esclavage, soit quatre fois plus de victimes, puisque l’on compte trois morts collatéraux pour un esclave vendu. Tout cela insupporta Louis XIV qui envoya sa flotte faire cesser le juteux commerce en bombardant Alger et Tripoli, les premiers ports négriers au monde. Normalement, la fondation ne devrait pas en parler. Après, il y eut la traite intra-africaine, quand les arabes, encore eux, allèrent jusqu’à freiner l’islamisation de l’Afrique pour se garder des réserves d’esclaves noirs mécréants. Ils étaient associés aux chefs de tribus et roitelets locaux pour sélectionner et vendre des noirs à utiliser sur place ou à destination des Amériques. La fondation ne devrait pas en parler non plus. Il restera la moins volumineuse des traites, celle des Européens, quelques campagnes de captures, mais surtout le commerce triangulaire, qui consistait à acheter la marchandise aux noirs et arabes, sur place, au départ principalement, du port de Nantes, la bonne ville dont Ayrault fut le maire. Bref, il va falloir faire passer les noirs pour des victimes intégrales, expurger totalement le rôle des musulmans, sinon le musée risque de brûler et se concentrer sur le rôle des méchants Européens. En somme, nous devrions inaugurer le révisionnisme historique subventionné…

http://www.pierre-duriot.com

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. Je parie le reste de ma retraite Macronniene (micronniene ?) qu’on ne parlera pas des razzias arabes sur les cotes Européennes du Sud et des harems peuplés de femmes à peau blanche, etc… Je parie aussi qu’on ne dira rien des jeunes Européens esclaves castrés (les vieux invendus étant exterminés) … enfin, et encore au siècle passé, il y aura silence sur les trafiques en gros d’africaines vendues aux bordels de bas prix et aux pays arabes de moyen Orient.
    Je parie… (et je gagnerais) que le gouvernement de France va encore baisser sa culotte…..

  2. Analyse limpide.
    Il serait intéressant de lire les paragraphes des manuels d’Histoire traitant de ces périodes distribués de nos jours dans les classes du primaire et du secondaire.

Les commentaires sont clos.