France, Immigration, Minute cynique, Politique, Société

La minute cynique de Pierre Duriot

478

Régis Ollivier

Le 05 mai 2018

Le Colonel 3.0

 

 

Les vieux, il va falloir les tuer à la naissance. //RO

 

 

© Pierre Duriot

 

Minute cynique… c’est rigolo, au moment même où il faut loger des migrants, l’Insee pointe ces salopards de vieux qui persistent à rester dans leurs appartements et leurs maisons acquis honnêtement, à la sueur de leur front, après le départ de leurs enfants. Ils ne sont qu’égoïsme. Vous pensiez qu’ils gardaient des chambres pour pouvoir accueillir leurs enfants et petits enfants qui reviennent le temps d’un week-end ou pendant des vacances ? Même pas. Ils refusent simplement d’emménager dans un studio pour laisser leur vaste logement gracieusement, alors qu’ils sont pourris de fric, tout le monde sait ça. Il prennent ainsi la place d’une famille polygame de migrants afghans qui fuit la guerre. Voilà ce qu’insinue l’Insee, qui fonctionne en partie grâce aux impôts dodus imposés à ces jeunes retraités qui ont construit la France. Pardon ? On me dit ce sont les Maghrébins arrivés dans les années soixante qui ont ont reconstruit la France, dès 1945. Ah bon, au temps pour moi alors. Pire, nous dit l’Insee, ces jeunes vieux désormais sans enfant, une fois devenus vieux vieux, persisteraient à rester dans leurs palaces au décès de leur conjoint. Ils ne veulent pas quitter leurs souvenirs, leurs bibelots, leurs photos jaunies, les vieux jouets de leurs gosses… leurs merdes quoi. Tout cela alors que des migrants, auteurs de viols, de cambriolages, d’agressions et n’ayant pris que du sursis, parce qu’ils ne pouvaient pas connaître nos codes de comportement, ne vont pas en prison et sont condamnés aux centres d’hébergements tout neufs où on ne leur sert pas de nourriture conforme à leur religion. L’Insee, jamais en panne de correction lexicale, appelle cela le « sous-peuplement ». C’est à dire, dénonce cette faculté qu’ont les gens, après avoir travaillé dur, de vouloir habiter un endroit qui correspond à leur labeur plutôt que de vivre chichement dans un mouroir de quinze mètres carrés. Vous ne le saviez pas, ma brave dame, quand vous trimez suffisamment pour vivre dignement, il faut mettre vos chambres, vos meubles et vos petites affaires à disposition de ceux qui ne branlent rien. Les chômeurs et déshérités ? Non, ça ce sont des fainéants, c’est pas pareil. Je voulais dire, ma brave dame, ceux qui arrivent de l’enfer, par delà les mers et à qui nous devons l’hospitalité, au nom des droits de l’homme. Sinon, un genre d’Insee d’Outre-Rhin travaille aussi et nous explique qu’au bout de deux ans, une dizaine de pour cent seulement de nos chers invités diversifiés a un rôle économique et ne table pas sur plus de 40 % d’entre eux, qui arriveront à s’insérer dans la société économique. C’est ennuyeux, ce que vous me dites là. Alors, même des migrants bien logés ne pourront pas payer les retraites ? Vous voulez que je vous dise, les vieux, si on veut s’en sortir, va falloir les tuer…

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.



@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!