France, Immigration, Islam, Minute cynique

La minute cynique de Pierre Duriot

453

Publié par Régis Ollivier

Le 11 mai 2018

Le Colonel 3.0

 

 

© Pierre Duriot

 

 

Minute cynique… Marlène Schiappa, la poupée barbante du gouvernement, n’a pas froid aux yeux, comme sa littérature anté-marcheuse pourrait le laisser supposer. La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, à condition de ne pas heurter certaines sensibilités, pratique la contorsion érotico-intellectuelle avec une grâce inégalable, ce qui la rend à l’aise dans toutes les positions du Kamasutra et face à tous les microphones. La belle aux longs cheveux sensuels s’en est allée délocaliser son Ministère à Trappes, juste pour voir. Marlène doit vivre dans une bulle, ou faire preuve d’une excessive candeur, pour ne pas avoir imaginé la portée de son geste. Voici quelques jours, la poule pondait cette élégante rhétorique « les Français ont besoin d’avoir un couple à leur tête, l’explication est quasiment freudienne, nous sommes un peuple romantique ». « Nous sommes un peuple », allons allons Marlène, nous sommes une nation métissée et ça a toujours été ainsi, tu le sais bien, relis ta leçon et attention au dérapage incorrect. Tout de même, Marlène l’ingénue s’en va faire de la provocation, soutenant ce qu’elle avance, dans des banlieues où on imaginerait qu’il faille désormais un visa pour s’y rendre. Ingénue mais pas trop, quatre-vingt flics l’accompagnent, des fois que, en certains endroits, la France ne soit plus tout à fait la France. Et la voilà, robe légère, déambulant, avec l’idée saugrenue de prendre un verre de l’amitié dans un bar tenu par des musulmans, où, selon une vieille légende, les femmes ne seraient pas les bienvenues. Balivernes que tout cela, l’islam n’est que paix et amour et respecte à ce point les femmes qu’il a tendance à les faire disparaître sous des voiles, pour les préserver, voyez-vous. Le préfet des Yvelines, qui n’est pas tombé du dernier chapitre de Oui-Oui à Trappes, la retient par le bras, lui signifiant qu’elle risque, des « problèmes ». Marlène s’en remit à la sagesse du sbire de l’Intérieur et passa son chemin, juste le temps d’entendre un sonore : « Ouah, elle est bonne la meuf ». Il s’agit d’une autre dimension freudienne : le principe de réalité. Oui, elle fut bonne, au micro de Bourdin qui s’en suivit. Marlène raconta comment elle avait vu peu de femmes à Trappes, ou alors voilées. Tout ça, mon cher Jean-Jacques, c’est du machisme, du machisme et encore du machisme, répéta-t-elle avec une conviction en carton pâte, sans jamais évoquer l’islam. Ca ne peut pas être l’islam, à Trappes, pensez donc. Marlène, décidément, tu n’as rien appris de ta leçon, qu’est ce qui t’a pris d’aller à Trappes ? Tu dois aller chez Steve Briois à Hénin-Beaumont. Là, tu pourras prendre un café n’importe où et raconter n’importe quoi chez Bourdin.

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.



@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!