La « minute cynique » de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 27 novembre 2016

Le Colonel


15211523_10209573187459130_43121426_n


Minute cynique… ce soir, le naufrage de l’identité heureuse ne devrait surprendre personne. Ce concept n’est jamais que l’autre appellation du multiculturalisme cher à la gauche, aujourd’hui soutenu seulement par une poignée d’idéologues aveuglés et quelques soixante-huitards bien à l’abri. Il y avait jadis un autre nom fort adapté : « cosmopolite ». Une ville cosmopolite est un endroit où toutes les nationalités se rencontrent, échangent, se traitent d’égale à égale, pas toujours pacifiquement il est vrai, mais toujours avec une tendance à l’enrichissement mutuel. Il a fallu inventer le multiculturalisme pour introduire dans le bouillon de culture, non plus une nationalité, mais des croyants, se pensant supérieurs aux autres, du fait de leur soumission à un dieu, lui aussi présenté comme supérieur à celui des autres. Et le multiculturalisme, ou l’identité heureuse, consiste à faire croire, dans toute l’Europe et tous les pays de type « occidental », qu’il est possible d’avancer et de s’enrichir dans la soumission à une catégorie de croyants qui impose ses codes, au besoin violemment, légitime la relégation des incroyants, l’infériorité de la femme, la haine du juif, de l’homosexuel et affirme sans cesse la prédominance de son système de lois sur celui des pays d’accueil. Dit comme cela, ce n’est pas gentil, certes, mais c’est corroboré par le fait que les seuls pays à ne pas vouloir du multiculturalisme, sont les pays d’origine des intéressés.


Photo : ledevoir.com

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

8 thoughts to “La « minute cynique » de Pierre Duriot”

  1. @guiraud

    Je suis assez en phase avec votre analyse technique sur l’étiquetage, ne serait-ce que pour son côté pratique.

    Pour ma part, j’ aurais tendance à intégrer cette nervosité croissante de tous bords liée aux abattages rituels aux nombreux signaux faibles qui devraient conforter une démarche d’analyse des risques du multiculturalisme à relativement court terme…
    Si l’objectif est d’anticiper des risques et de parer à une menace plutôt que de la subir quand elle se réalise, ce genre de capteur est révélateur.
    La communauté que vous évoquez – qui n’est pas mahométane – donne particulièrement des signes évidents de nervosité : 30% seulement de ses enfants fréquenteraient aujourd’hui l’école publique, contre 70% précédemment. Avec les nombreux départs en cours de la France vers un pays qui reste leur terre promise à l’est de la Méditerranée – alors que la sécurité est loin d’y régner et c’est paradoxal – c’est dire le peu de cas qu’ils font des perspectives de « vivre ensemble » restantes en France. Et surtout de la confiance qu’ils ont dans notre exécutif pour protéger ses concitoyens…
    Alors cela reste subjectif, mais les deux derniers points me semblent être plus que des signaux faibles quant à l’urgence de la situation.

  2. @ la chimère noire

    Un certaine sénatrice UDI n’a -t-elle pas été menacée de mort par certains  » agités de la religion , ?????

    tout cela parce qu’elle désirait que l’on étiquette les viandes confessionnelles

    Un certain député UDI ne faisait-il pas parti de cette  » meute » . et ce n’est pas un musulman

    Mes convictions personnelles veulent que j’ai le libre choix de manger la viande ( j’en suis friand » que je désires .

    Et de tradition on me dit chrétien bien qu’il y ai longtemps que je n’ai plus mis les pieds dans une église .

    Je dois pouvoir avoir le droit en France de manger de la viande qui ne soit ni hallal ni casher et pour le savoir celle ci doit être étiquettée

    Lorsque je vais au Maroc ou à Jérusalem cela ne me déranges pas d’autant plus que l’on ne trouve pas de la viande ( chrétienne ) dans ces pays et que le sapin de noel n’y soit pas pour certains le bien venu.

    Ce que vous dites pour les uns est aussi valable pour les autres .

    ¨par contre , je vous rejoints parfaitement sur les dernières lignes de votre  » exposé »

  3. @G. Boyer. : Doit-on manger de tout pour être laïque ?
    http://www.lemonde.fr/festival/article/2015/09/01/pour-des-menus-vegetariens-a-l-ecole_4742023_4415198.html
    Pour ma part, je fais partie de cette secte, qui par respect pour les espèces proches de moi, ai l’audace de refuser un plat que l’on me sert s’il contient de la viande. Les animaux sont nos contemporains. J’aimerais qu’on les traite comme tels. Riens de religieux. Moral à la rigueur.

    @Régis Ollivier : Pour revenir au billet, je regrette qu’il ne dise pas grand chose : on ne sait pas à quoi fait référence la photo (il s’agirait apparemment d’un rassemblement ponctuel à Toulouse).
    Aussi loin que je me souvienne, on a toujours eu des rassemblements catholiques de ce type dans les rues, avec régulièrement des messes en plein air (demandez aux scouts).
    J’ai surtout l’impression que vous appelez « invasion » ce que vous n’arrivez pas à intégrer.

  4. Je ne pense pas que cette minute cynique soit totalement inadaptée. Partisane, pourquoi pas ?
    Si le propre de tout choix est d’exclure ce qui ne peut être retenu, alors il faut choisir. Et faire ce que l’on croit être le meilleur – ou le moins pire – des choix.
    « Que votre oui soit oui et votre non soit non; je vomirai les tièdes », les paroles du Christ. Ce sont les paroles fortes d’un homme de conviction, pourtant peu suspect de connivence avec l’apologie des massacres de masse ou des crimes de guerre !
    Un homme qui a des convictions aujourd’hui est très facilement traité d’intégriste ou d’extrémiste… Pourquoi ? Parce que le prêt-à-penser de notre quotidien nous ordonne de relativiser tout « système de valeur », et ce surtout s’il s’appuie sur un fondement religieux.
    Le christianisme est-il incompatible avec la liberté ? Non. Avec l’égalité ? Non plus. Et la fraternité ? Encore moins. Le christianisme n’est pas un projet politique, il dissocie le temporel du spirituel.
    Qu’en est-il de l’islam ?
    L’islam est un tout. Un tout suprémaciste. Un corpus juridique, politique et spirituel à la fois. La sphère spirituelle n’est pas dissociée du temporel : on prend tout l’islam ou on rejette tout l’islam. Mais on ne peut transiger, finasser et couper la poire en deux ou en trois. Tôt ou tard, le tout se reconstitue, dès lors qu’une certaine masse critique, le rapport des forces en présence, est atteint.
    C’est bien ce que nous constatons aujourd’hui chez nous.
    Le racisme est un épouvantail à bobos, un faux problème (et un mot tant galvaudé et tellement piégé). Dans l’absolu, la religion est un faux problème. Il y a bien d’autres religions en France que la religion chrétienne, qui ne posent strictement aucun problème !
    Mais le problème posé par le suprémacisme islamique est double : il est hégémonique à forte dynamique expantionniste, et il s’agit d’une conception du monde.
    Cette conception du monde est aux antipodes de la nôtre – une « Weltanschauung » au sens premier du terme.
    L’erreur qui est faite en occident est de comparer ce qui n’est pas comparable : l’islam n’est pas un « christianisme différent » avec des rites particuliers et des excités du canif, mais l’islam est une conception du monde à part entière, qui est hégémonique pour imposer le califat mondial, donc intrinsèquement globaliste et totalitaire. Et ce totalitarisme inclut AUSSI une religion.
    Son cheval de Troie est triple : la culture, la Taqiya et le taux de natalité. Et le temps travaille par conséquent pour lui.
    Le terrorisme islamiste n’est pas la cause mais la conséquence du reste.
    S’il l’on s’attache un tant soit peu objectivement aux causes racines, il faut le remettre à la petite place qu’il occupe dans le dispositif global : simplement, la face émergée de l’iceberg. Ou en termes plus opérationnels : la « brigade des impatients ».
    Et comme chacun sait, ce n’est pas ce que l’on voit en vigie qui est forcément le plus dangereux.
    Alors le choix est simple : on l’on « combat le terrorisme » tout en protégeant l’islam comme aujourd’hui, ce qui nous anéantit au final (avec ou sans la fameuse période transitoire dite de « partition »), ou l’on fait preuve d’un sursaut salvateur et lucide – qui commence en 2017 en nous dotant de gouvernants dignes de l’enjeu – et l’on amorce une re-migration inverse progressive mais soutenue jusqu’à réduction de la menace.

    Cela devra se faire avec dignité et humanité certes, car il y aura du cas par cas… Les harkis, moghaznis et leurs familles, les anciens combattants musulmans nous sont liés par le sang versé, et leurs sacrifices passés témoignent que la France ne fut pas qu’un concept intellectuel ou un dossier de sécurité sociale.
    Ces braves là méritent leur place dans la communauté nationale, c’est cela aussi l’honneur à restaurer de la France.

  5. Article partisan , totalement inadapté . Car tous les pays comportent en leur sein des racistes s , y compris sur celui qui se dit la  » seule démocratie  » .

    Je tiens à la disposition de l’auteur de cet article nombre de documents qui pourraient un peu l’éclairer sur les us et coutumes de tous les pays .

    Aussi bien au sujet de la mixité

    du mariage mixte

    de l’assimilation

    de l’éducation

    et de bien d’autres choses

    ‘ test :

    Essayez en France de partager le » verre de l’amiti »é , une bouteille de vin ( traitée religieusement) par hasard avec certains intégristes religieux qui se trouvent aussi en France .

    Et vous me donneraient le résultat

    AUSSI IL NOUS FAUT COMBATTRE T O U S LES INTEGRISMES D’où qu’ils viennent

    Sinon nous aurons comme à Londres certains jours de trottoirs dédiées aux hommes les autres aux femmes ,

    ou comme à NEW YorK ( et cela y arrive depuis quelques temps ) des bus avec les hommes devant et les femmes derrière ( et ce ne sont pas des musulmans , islamistes ou non) .

    Remarquez chez nous à P A R I S une fête communautaire dans une grande salle de spectacle parisienne , trouvez là , regardez les photos s’y reportant et cherchez où ont été réléguées les femmes .

    Sans parler de certaines cérémonies avec des poulets tournoyant autour de la tête et sur place publique

    Et de certaines  » discussions  » sur les homosexuels provenant de religieux .

    avant tout j’aime l’impartialité et le justice . ;lorsque l’on aborde un sujet , on doit le faire en toute objection sans parti pris .

    Maintenant je ne vous dirais pas ce que j’aurai fait avec un  » islamiste  » s’il s’en était pris à un membre de ma famille et si je l’avais  » coincé vivant  »

    Le chargeur de sa kalach je lui aurai mis quelques part , derrière et sous la ceinture, avec le chargeur complet .

  6. Diantre ! Pourquoi un Dieu serait-il supérieur à un autre ? Nous sentons bien une poussée islamiste, soutenue par les monarchies du Golfe, mais les français ne devront JAMAIS se soumettre à ces diktats moyenâgeux ! Nous avons déjà donné avec l’inquisition de Torquemada ! Cela suffit !

  7. J’ai le cerveau ramolli ou il est possible de poser l’équation : Gauchistes = Pro-islam = Antisémites ? Dans ce cas pourquoi le CRIF ne dépose pas plainte contre hollande et sa clique ?

  8. Ayant très souvent regardé « Un dîner presque parfait » j’avais noté la parfaite impolitesse d’invités refusant certains plats. Bien sûr le principe de ces émissions est d’exploiter les antagonismes. Mais cette règle du jeu « servait la soupe » à une idéologie du non-partage, à la volonté de ne-pas-se-mélanger, de mettre l’autre à distance, voire de le soumettre. Car la raison invoquée, avec le sourire, pour refuser alcool, porc et autres œufs en gelée, c’est à dire renvoyer son don à l’hôte était : « C’est culturel » ». Les mots mixité et multuculturalisme ont été diffusés pour faire croire à une réciprocité enrichissante alors qu’il s’agit de la pire main-mise et hégémonie religieuse.
    Les rites et interdictions alimentaires, ces comportements du quotidien, sont, comme le comportement plus élaboré du mariage, jamais mixtes : ils sont conçus pour qu’un musulman refuse l’apport de l’autre (invention de nourritures interdites) et soumette l’autre à sa musulmanité (une non musulmane devient musulmane par mariage, une musulmane n’épouse qu’un musulman).
    Je ne peux pas savoir ce que ressentent exactement les croyants chrétiens ou juifs pas dupes, mais en tant que non croyante refusant d’être enveloppée d’un « religionisme » gluant et contraignant, je dénonce le cynisme des politiques qui enfoncent les religions qui nous ont civilisés pour livrer le pays aux religions barbares.

Les commentaires sont clos.