La minute cynique… de Pierre Duriot

Le 25 mai 2020

Minute cynique… cette molécule, contenue dans l’Hydroxychloroquine, est une saloperie, la « prestigieuse » revue Lancet, vient enfin de nous le dire.

Parce que depuis soixante-dix ans, avec le truc contenu dans ce fichu médicament, sont morts des millions gens, voyageant, ou séjournant en zone tropicale infectée par le paludisme, sans que personne ne s’en émeuve. Des milliers de soldats, envoyés en OPEX, avec cette molécule dans le corps, ne sont jamais revenus, tombant comme des mouches de complications cardiaques, dans l’indifférence la plus totale. Quand on pense que toutes les armées du monde ont toujours disposé de ce poison, l’armée française en commandant encore récemment plusieurs dizaines de kilos. Il aura fallu attendre des décennies avant que la vaillante ex-Ministre du gouvernement Macron ne perçoive ce qui se voit depuis tant d’années et classe cette molécule dans les substances vénéneuses, le 13 janvier dernier, qu’elle interdise également aux médecins de la prescrire, eux qui en abusaient depuis tant de temps et ce, avec une inconscience, qui confine à l’inaptitude. Et que dire du Lancet : plus d’un demi-siècle pour donner l’alerte sur un poison mortel disponible jusqu’ici facilement sur l’ensemble de la planète : pas crédible, cette revue…

2 réflexions au sujet de “La minute cynique… de Pierre Duriot”

  1. Je dois etre un zombi, un mort qui ne s en est pas encore rendu compte . Il faut que je me pince

    Car depuis l age de 8ans j ai eu droit pratiquement tous les midi sauf le dimanche a un comprime, soit de quinine, de nivaqine de chloroqine, etc.

    En cote d ivoire ou mon pere etait prof, ensuite toutes les opex jusqu en 1998. J ai tres largement passe le demi siecle et je ne vois toujours pas les effets desastreux de ce medicament maudit.

    Au fait LANCET, n a t il rien a voir avec ce fameux vaccin qui est en elaboration aux USA.

    Des actionnaires doivent deja compter leurs benefices qui pourraient etre devalorisees si la chloroqhine pouvait s averer un medicament miracle

  2. Pour l’industrie pharmaceutique, l’efficacité de l’HQ mettrait un terme définitif à toutes les juteuses perspectives de gain, que ça soit au moyen d’un médicament novateur (le Remesdivir a été un fiasco) ou d’un vaccin imposé à la population mondiale : 8 milliards de doses à $x = un joli panier de pépettes.
    Et oui, la liste des conflits d’intérêts des auteurs de cette « étude » est édifiante comme me le signale une internaute :
    Ont participé au financement de l’étude (page 9) : « Abbott, Medtronic, Janssen, Mesoblast, Portola, Bayer, Baim Institute for Clinical Research, Nupulse CV, FineHeart, Leviticus, Roivant et Triple Gene », c’est à dire des entreprises privées ayant intérêt à discréditer un traitement qui, étant pratiquement gratuit et composé de molécules tombées dans le domaine public, nuit à leurs perspectives de business.
    Participent au financement de la Harvard Médical School (dont est issu l’auteur de l »étude ») : La fondation Bill et Melinda Gates (voir sur le site de la fondation), Mark Zuckerberg, Lakshmi N. Mittal, la fondation Rockefeller etc., impliqués dans des projets de vaccination contre le Covid 19. L’ensemble de ces informations est accessible dans l’étude elle-même et sur les sites de la Harvard Business School ou sur les sites des fondations évoquées plus haut.
    En novembre 2019 encore, The Lancet (Dr Jekyll en Mr Hyde ?!) publiait la tribune de la Dre Patricia Garcia intitulée « Corruption in global health: the open secret » dans laquelle l’auteure relevait :
    La corruption fait partie intégrante des systèmes de santé.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :