La « minute cynique » de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 19 décembre 2016

Le Colonel



Minute cynique… « Uber et quelques autres plateformes de taxis, pour une certaine jeunesse de banlieue, pas trop qualifiée, se sentant oubliée et rejetée, c’était un peu le rêve américain », a expliqué laconique un représentant syndical des chauffeurs en grève. Et il a enchaîné, sur la précarité, les horaires de travail à rallonge, les petits salaires, les charges pesantes et l’humiliation patronale, de la part des centrales qui prennent des commissions de plus en plus importantes. Elles ont les coudées franches, sentent leur personnel de plus en plus captif, de par son endettement, son impossibilité à quitter le système quand le crédit de la bagnole et les ficelles du système te retiennent quoi que tu fasses. Et ces jeunes tombent de haut, dorment parfois dans la voiture, craquent au bout de la nuit, égrènent les dettes et les heures sans sommeil. Payés à la tâche, exploités sans ménagement, prélevés jusqu’à la corde… ben c’est ça l’Amérique : un Rockefeller pour dix millions de bêtes de somme. Ils l’imaginaient comment l’Uberisation de la société ?


Photo : lessentiel.lu

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.