La « minute cynique » de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 26 janvier 2017

Le Colonel


 


Minute cynique… Macron est un petit jeune qui se lance et visiblement, il a un fric fou. On sait qu’il fut le chouchou d’une immense banque, mais les duettistes Vigier et Jacob ont émis quelques doutes sur l’utilisation d’argent public au service du mouvement en marche : 120 000 euros. Ce ne sont que des rumeurs bien sûr et les deux vilains fillonistes doivent être jaloux de la popularité du jeune loup. En parlant de popularité, on peut s’étonner de l’omniprésence du même Macron dans certains journaux télévisés. Par exemple, l’animal tourne en boucle sur BFM-TV. Le propriétaire de la chaîne d’informations n’est autre que le sulfureux homme d’affaires franco-israelo-marocain Patrick Drahi, certes très endetté, mais aussi très influent. Il appuie lourdement la campagne du jeune Macron, propriétaire qu’il est aussi de pas mal d’autres titres de la presse écrite et parlée, dont les très célèbres Libération et l’Express. Il a même délégué l’un de ses meilleurs hommes, Bernard Mourad, lequel est passé d’Altice-Media-Group au staff de campagne d’En-Marche. Laurence Haïm, la journaliste franco-israélienne d’I-Télé l’a rejoint au chevet du candidat, avec son solide carnet d’adresse. Bernard Mourad, ex-banquier d’affaires, a notamment coaché Patrick Drahi pour ses rachats dans les telecoms, en particulier, celui de SFR, en 2014. A l’époque, l’affreux Montebourg, depuis l’intérieur de sa marinière chic, avait jugé que ce Drahi, résident Suisse, avec une holding luxembourgeoise et des billes dans le paradis fiscal de Guernesey, ça faisait un peu désordre. Et il envisageait benoîtement de demander des comptes fiscaux à Drahi. Egalement d’analyser cet achat sous l’angle d’un éventuel monopole de l’information. Vous n’y pensez pas ? Heureusement, mon bon monsieur, Montebourg a été viré et le tout jeune Ministre de l’économie Macron a signé sans sourciller l’autorisation de rachat de SFR par la boîte de Drahi. Sinon, Macron est au-dessus des partis, n’est pas un homme du système, n’est mû que par l’envie de faire du bien à la France, a des idées neuves et blablabla…


Photo : Emmanuel Macron © AFP sur lelab.europe1.fr

 


 

 

1 réflexion au sujet de « La « minute cynique » de Pierre Duriot »

  1. Les français seraient bien inspirés de ne pas faire confiance à un jeune loup ambitieux dont les dents rayent le plancher, et qui n’apporte dans son sac à dos aucun programme novateur si ce n’est qu’une nouvelle forme de discours bien formulé avec une tête de premier de la classe certain d’influencer les électrices. Il y a un changement c’est le renouvellement des personnages politiques appelés couramment les « éléphants » mais cette transformation ne représente pas les fondamentaux d’une politique nouvelle qui devrait sortir la France du tunnel emprunté par les socialistes.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :