La « minute cynique » de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 01 février 2017

Le Colonel


 

Minute cynique… une terrible fusillade a endeuillé les Québécois, les plus français des Américains du continent américain, nos amis, de longue date. Ils ont découvert ce dont nous souffrons ici en Europe, l’attentat de masse au fusil d’assaut : la sempiternelle Kalachnikov. Sauf que cette fois, les musulmans ne sont pas les auteurs mais les cibles, dans un premier temps, de deux autres musulmans. La presse locale lâche même deux noms bien arabo-musulmans et deux origines, syriennes, des réfugiés qui seraient entrés au Canada, moins d’une semaine avant le drame. Probabilité corroborée par le fait que le cri d’Allah-Akbar aurait été entendu pendant l’assaut et que la mosquée de Sainte-Foy, où a eu lieu l’attentat, pourrait ne pas être assez radicale aux yeux de certains. Les réseaux sociaux se sont affolés. Quelques heures plus tard, la presse à nouveau, fait état de deux tireurs, un Canadien au patronyme bien français et un Marocain, tout en continuant à s’interroger sur une éventuelle conversion à l’islam du canadien. Puis, allez savoir pourquoi, le Marocain s’avère être un simple passant apeuré qui a fui. Ne reste que le jeune Canadien blanc, étudiant introverti, fils à papa et maman, suprématiste, raciste, nationaliste, islamophobe, tueur solitaire, mais habituellement peu adepte de la violence, selon des amis à lui. Il n’est ni radical, ni déséquilibré et on peut faire, sans souci, un amalgame avec les fans de Trump et même de Marine Le-Pen, qui sont, comme chacun sait, des gens qui ont tout pouvoir au Canada et qui appellent régulièrement leurs sympathisants à tuer du musulman, avec tout ce qui leur tombe sous la main : voitures, camions, armes à feu, ou armes blanches. Bref, ce jeune Alexandre tombe à pic pour valider les thèses du très élégant mondialiste, Justin Trudeau, premier ministre du Canada, adepte forcené du musulman modéré, du vivre ensemble, grand pourfendeur du populisme islamophobe et ennemi politique du grand Satan voisin : Trump. On y croit. C’est lassant à la fin toutes ces fusillades qui impliquent des musulmans, qu’ils soient tueurs ou victimes, convertissons nous tous à l’islam et nous connaîtrons la félicité qui règne dans les pays musulmans. Oui, c’est une idée ça, se convertir, mais alors : chiite ou sunnite ?

 


 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

2 thoughts to “La « minute cynique » de Pierre Duriot”

  1. Ni chiite, ni sunnite.
    Rien que mon Dieu à moi, dont le fils nous a dit : « Rendez à César, ce qui est à César. Et à Dieu, ce qui est à Dieu ».
    Et dans leurs 2 religions, ils mélangent leur dieu, leur césar et leurs intérêts terrestres. Cela procure une confusion dans les esprits, un amalgame que seuls les moins instruits peuvent comprendre.
    Mon Dieu m’a donné 10 commandements seulement et je m’en tiens à ceux là pour vivre en paix avec ma communauté de chrétien français patriote.
    Je trouve quand même curieux que nos représentants politiques, n’appliquent pas les préceptes de nos vieux parents et qui disaient: « Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés ». D’autant que comme chantait Aznavour l’arménien, « la misère est moins dure au soleil ». Alors pourquoi ces binationaux étaient ils dans un pays aussi peu ensoleillé?.

Les commentaires sont clos.