La minute cynique de Pierre Duriot

Régis Ollivier, le 17 avril 2017

Le Colonel


© Fonds privés @TJL


 

Minute cynique… Matthias Fekl, pour ceux qui ignoreraient encore ce nom, est le Ministre de l’intérieur de la France, enfin, un éphémère ministre, qui annonce en préambule de sa dernière intervention, que la France est une grande démocratie et qu’à ce titre, elle sera soumise à la pression du terrorisme islamique pendant la présidentielle. Ce qui voudrait dire quelque part, que l’islam n’est pas compatible avec la grande démocratie ? Non, bien sûr, c’est juste que l’islam n’a rien à voir avec l’islam radical. On espère pour lui qu’il y a encore quelques benêts pour le croire. Puis il enchaîne, pour révéler que les salles qui accueillent les meetings des candidats de droite et même ceux de Macron, sont minutieusement fouillées par des artificiers, on ne sait jamais. Comme pratique démocratique, on a vu mieux. Mais encore, en cas de qualification de Marine Le-Pen au second tour, le sieur Felk explique benoîtement qu’il craint des débordements de groupuscules violents d’extrême gauche. Mazette, nous qui pensions que les casseurs étaient majoritairement des skinheads ultras manipulés par l’extrême droite. Alors comme ça, il y auraient des gens, à gauche, qui ne seraient pas de grands démocrates ? Macron, qui est de gauche, non, de droite, enfin, qui est candidat, a bien flairé le danger de ces personnes non « démocratiques » et évincé le dénommé Mohamed Saou de son mouvement, en raison de ses objectives positions très communautaristes. Peine perdue, le grand démocrate Marwan Muhammad, président du CCIF, a fait pression, lui qui expliquait, rappelez-vous : Qui a le droit de dire que la France, dans trente ou quarante ans, ne sera pas un pays musulman ? […] Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là , de nous nier le droit d’espérer une société globale fidèle à l’islam ». On appréciera la constance du personnage. Il est bien ce Matthias Felk, en quelques semaines de ministère et dix minutes de conférence de presse, il arrive à dézinguer cinq années de pseudo-discours idéologiques préfabriqués par son propre parti. Grâce à M. Felk et à son égérie socialiste Emmanuel Macron, on vient d’apprendre que le principal danger d’émeutes civiles vient de la gauche et que l’islam du CCIF n’est pas compatible avec la grande démocratie. Ca tombe bien, une France où l’électeur s’en va voter sous surveillance de militaires aux cent coups n’est déjà plus une grande démocratie.

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

One thought to “La minute cynique de Pierre Duriot”

  1. Sur le même sujet voir aux US.A jusqu’ou va la connerie sécuritaire

    http://fr.timesofisrael.com/les-etats-unis-convoquent-un-bebe-anglais-terroriste-pour-un-interrogatoire/

    Les Etats-Unis convoquent un bébé anglais “terroriste” pour un interrogatoire
    Paul Kenyon a indiqué par erreur que son petit-fils de 3 mois était un terroriste sur un formulaire de visa

    TIMES OF ISRAEL STAFF 17 avril 2017, 14:11 0

    Un bébé britannique de trois mois a été convoqué par l’ambassade des Etats-Unis à Londres pour être interrogé, après que son grand-père a indiqué par erreur qu’il était un terroriste sur un formulaire de demande de visa.

    Selon les médias anglais, Paul Kenyon, 62 ans, a rempli les formulaires de visa avant des vacances familiales à Orlando, en Floride.

    Kenyon a déclaré que sur le formulaire de son petit-fils Harvey, il avait par erreur coché la case « oui » en réponse à la question « Cherchez-vous à vous engager ou avez-vous été engagé dans des activités terroristes, d’espionnage, de sabotage, ou de génocide ? »

    Le visa d’Harvey Kenyon a été refusé et le bébé a été convoqué à l’ambassade américaine pour être interrogé.

    « Je ne peux pas croire qu’ils n’ont pas vu que c’était une erreur réelle et qu’un bébé de trois mois ne peut faire de mal à personne », a déclaré Kenyon.

    L’erreur a coûté à la famille 3 700 dollars pour décaler ses billets d’avion.

    L’homme de 62 ans a dit aux médias britanniques que les autorités américaines n’avaient aucun sens de l’humour après son erreur, et ont refusé d’accorder le visa à Harvey, même après avoir noté son âge.

    « Ils ne semblent avoir aucun sens de l’humour du tout, et n’ont pas pu voir l’aspect amusant, a-t-il déclaré. Il n’est évidemment pas engagé dans des activités de génocide, ou d’espionnage, mais a saboté quelques siestes, même si je ne l’ai pas dit à l’ambassade américaine. »

    « C’était une erreur très chère, mais j’espérais que l’ambassade américaine réaliserait que c’était une simple erreur, sans nous faire aller dans tous les sens », a déclaré Kenyon, qui a ajouté que « si vous êtes un terroriste, j’imagine que vous n’allez de toute façon pas cocher ‘oui’ sur le formulaire ESTA. »

Les commentaires sont clos.