La « paire de c… » de Brune Poirson : la vulgarité, une conquête féministe ?

Gabrielle Cluzel – Le 30 juin 2020 – Boulevard Voltaire

Quand Prune Boirson balance ses couilles sur la table, ça donne ça. Une amie de Charlène Miappa sans doute…! //RO

On entend souvent dire par Éric Zemmour que la société s’est féminisée. Il est pourtant un registre dans lequel la virilité s’est imposée : le vocabulaire. Les jurons de corps de garde ont envahi toute la société, et dès l’école primaire, les fillettes, par peur de passer pour des quiches coincées, se sentent obligées de répéter toutes sortes de grossièretés à faire rougir un régiment de sapeurs, que l’on n’aurait jamais prononcées devant leurs grands-mères de peur de leur manquer de respect. Qui pour dénoncer cette victoire du patriarcat qui a colonisé le champ lexical ?

https://www.bvoltaire.fr/la-paire-de-c-de-brune-poirson-la-vulgarite-une-conquete-feministe/

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “La « paire de c… » de Brune Poirson : la vulgarité, une conquête féministe ?”

  1. J ai pas compris, je ne suis qu un mec

    Elle voulait les mettre sur la table ou dans sa bouche ????

    Est elle couillophie ou couilophobe

    Croqueuse ou suceuse??

Les commentaires sont clos.