LA SUPPRESSION DE LA TAXE D’HABITATION DEVRAIT COÛTER CHER AUX PROPRIÉTAIRES

Par Fabien Bordu – Le 05/08/2019 – Capital

« Mais le pire est sans doute à venir. Il est en effet question de réviser les valeurs locatives servant de base au calcul de la taxe, lesquelles sont inchangées ou presque depuis 1970. Le propriétaire d’un bien rénové situé dans un quartier en vogue pourrait alors voir sa facture flamber. Un test mené par Bercy dévoile que 60% des biens subiront une hausse de fiscalité, d’environ 125% pour les appartements et jusqu’à 185% pour les maisons. En moyenne, et sans surprise, cela reviendra à augmenter la taxe foncière du montant de la taxe d’habitation supprimée… » //FB

© Pierre Duriot

La douche froide commence dès l’achat du bien, avec l’obligation, dans le neuf, de payer 20% de TVA. Viennent ensuite des taxes diver­ses, les frais de notaire – plutôt salés dans l’ancien –, puis, chaque année, les impôts locaux : si la taxe d’habitation est en voie de suppression (plus aucun contribuable n’y sera assujetti en 2022), la taxe foncière due par les propriétaires risque, elle, de devenir de plus en plus élevée.

https://www.capital.fr/immobilier/la-suppression-de-la-taxe-dhabitation-devrait-couter-cher-aux-proprietaires-1346698

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.