La taxe sur les retraites entre en vigueur

De nombreux retraités vont perdre du pouvoir d’achat. Les prestations familiales sont légèrement revalorisées, tandis que le prix du gaz baisse légèrement.

Photo d'illustration - D'un taux de 0,3 %, la taxe va représenter un coût de 4,50 euros pour une retraite moyenne de 1 500 euros.
Photo d’illustration – D’un taux de 0,3 %, la taxe va représenter un coût de 4,50 euros pour une retraite moyenne de 1 500 euros. © Sipa
À partir de ce lundi 1er avril, certaines pensions de retraites perdent un peu de pouvoir d’achat, les prestations familiales sont revalorisées en fonction de l’inflation et le prix du gaz baisse légèrement. Les retraités qui payent l’impôt sur le revenu sont les plus pénalisés. En effet, entre en vigueur la « taxe sur les retraites », de son véritable nom la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (Casa), destinée à faire participer les retraités au financement de la dépendance qui doit être revu en 2014.

D’un taux de 0,3 %, elle va représenter un coût de 4,50 euros pour une retraite moyenne de 1 500 euros. Instaurée l’automne dernier dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité sociale, elle est amenée à augmenter. Elle concerne toutes les pensions : régime de base (régime général, indépendants, agriculteurs), retraites complémentaires, pension d’invalidité, préretraite. Sont exonérés de cette taxe les retraités non imposables et ceux qui n’acquittent qu’une CSG de 3,8 % (contre 6,6 % pour les autres).

Retraites complémentaires des salariés du privé sous-indexées

Pour l’ensemble des retraités du régime de base, les pensions augmentent de 1,3 %, soit 0,1 point de plus que l’inflation. En 2012, elles avaient augmenté de 2,1 %, mais la hausse des prix avait été plus forte. Ceux et celles qui perçoivent le minimum vieillesse n’auront pas de coup de pouce cette année : il n’augmente que de 1,3 %, contre 4,7 % l’an dernier. Sous le précédent quinquennat, un effort particulier avait été fait sur cette allocation qui avait augmenté au total de 25,1 %. Mais auparavant, le minimum vieillesse était également revalorisé comme les retraites.

Autre coup de rabot sur le pouvoir d’achat des pensionnés : les retraites complémentaires des salariés du privé vont être sous-indexées, c’est-à-dire qu’elles ne vont pas suivre la hausse des prix. Cette décision, une première depuis une vingtaine d’années, résulte du récent accord patronat-syndicats visant à renflouer les régimes Arrco (tous salariés) et Agirc (cadres). Les retraites complémentaires de l’Arrco vont augmenter de 0,8 % et celles de l’Agirc de seulement 0,5 %.

Les prestations familiales suivent l’inflation

Les prestations familiales, en revanche, suivent l’inflation et augmentent de 1,2 % : allocations familiales versées à partir du deuxième enfant, prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE), allocations pour les handicapés, etc. Seule bonne nouvelle de début avril : une baisse modérée de 0,6 % du prix du gaz, revu tous les mois. C’est la troisième et plus forte baisse depuis le début de l’année, après février (- 0,5 %) et mars (- 0,3 %). Mais en janvier, le tarif avait grimpé de 2,4 %.

Ces baisses successives découlent de la réforme des tarifs du gaz annoncée fin 2012, qui conduit à réviser désormais les tarifs du gaz tous les mois et non plus chaque trimestre. De plus, leur formule de calcul intègre des facteurs d’évolution en principe plus favorables aux consommateurs.

Le Point.fr – Publié le 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.