La trahison en politique

Le 05 mars 2017, par François Chauvancy

Défense et sécurité – Blog Le Monde


© Logo by Pierre Duriot


« La République est effectivement en danger, non par des menaces extérieures ou intérieures mais par l’absence de loyauté de notre classe politique, de droite et de gauche. » //FC

Tout est résumé dans cette phrase de François Chauvancy. Un article à découvrir et à partager. //RO


Nous étions habitués à la trahison avec la gauche. Servir le président de la République, en bénéficier puis le trahir pour être candidat ou pour saper son action : les différents types de frondeurs de gauche ont montré leur pouvoir de nuisance. Lors la primaire de la gauche, pourtant toute aussi de bonne tenue que celle de la droite, les uns et les autres se sont engagés à se rallier au vainqueur. Qui n’a pas rejoint Benoît Hamon malgré des engagements publics en tant que candidats à la primaire comme par exemple François de Rugy ? Ne parlons pas des hiérarques du parti socialiste.

Ne parlons pas non plus des centristes égaux à eux-mêmes. D’un côté, un François Bayrou qui se croit faiseur de roi, d’un autre côté un Jean-Christophe Lagarde qui quitte François Fillon, confirmant qu’il n’était pas un allié désintéressé.

Enfin à droite, tous ces anciens prétendants au trône ou ces députés non-fillonnistes qui ont quitté l’équipe Fillon avaient affirmé manifestement leur soutien dans l’espoir presque confirmé d’avoir un ministère… avant le « penelope gate » qui a permis malheureusement de montrer la « sincérité » de ces ralliements. La loyauté se voit dans l’épreuve et non dans la façade.

Je n’oublierai pas ceux qui sont bien discrets depuis quelques jours, attendant le sens du vent. Comment faire confiance à ces personnes qui veulent être élues ou réélues, à qui l’électeur a fait confiance, et qui trahissent ? Comment militaires, gendarmes et policiers notamment pourraient-ils leur faire confiance demain et obéir aux ordres de ces personnes pour défendre les institutions si ces politiciens venaient à être ministre de la défense, de l’intérieur… sinon des affaires étrangères ? Nous savons déjà que les intérêts propres et les arrangements primeront sur l’engagement de la « base » qui défend la République. J’ai honte que ces personnes puissent encore un jour briguer des responsabilités.

Ces personnes ont si peu de loyauté qu’elles ne devraient plus être investies par le peuple dans des postes électifs futurs. Elles n’ont pas compris que les Français en ont assez des traitres et des carriéristes. Il est valorisant d’évoquer les valeurs mais celles que les Français attendent peut-être sont celles de la confiance, de la fidélité et de la loyauté.


Lire la suite sur http://chauvancy.blog.lemonde.fr

 


 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “La trahison en politique”

  1. @ Roussel Denis
    Il y a longtemps que nous préconisons ce genre de réforme..Mais apparemment, nous ne sommes guère entendus..Maintenant c’est a celui qui se remplit les poches le plus vite et au maximum tandis que le peuple tire la langue..J’ajoute a cette mesure, la restitution intégrale de TOUT ce qui a été pillé et par l’ensemble de cette classe politique se souhaitant au dessus de toute obligation envers le pays!
    Apparamment, la poire n’est pas assez mure pour tomber !

  2. On voit bien qu’au fond, nos élus sont de fins calculateurs dans un objectif non avoué de garder leur commerce et plus si affinité. La mission première qui leur est confiée par le peuple, défendre les intérêts au service de la collectivité et de la France, semble bien éloignée dans la réalité mais maintenant avec les liens sociaux, la donne est différente, tout se sait et nous entrons dans une ère d’envie de réforme avec de nouveau l’abolition des privilèges et la moralisation de la politique. Les représentants du peuple doivent entendre le message où la situation risque de leur échapper.

Les commentaires sont clos.