Le cheval de Troie ou qui sont les 450 migrants du cargo arraisonné en Italie ?

Par Jean-Patrick Grumberg le 03 janvier 2015

Dreuz.info

Voilà une thèse, et non plus une hypothèse, sur laquelle j’invite vivement les Européens à réfléchir avant qu’il ne soit trop tard. Encore plus! Car c’est déjà trop tard. Il s’agit ni plus ni moins d’une invasion quasi programmée grâce au laxisme irresponsable des malades qui dirigent l’Europe et leurs vassaux. Nous sommes confrontés à une guerre qui ne dit pas son nom. Une guerre asymétrique. Au vu et au su de tous qui accueillent à bras ouverts ces pseudo-migrants/pseudo-réfugiés. Cette situation entrainera la chute de l’Europe. Mais elle se fera les armes à la main. C’est certain… //RO

 

troja1-500x394

 

Un nouveau cargo, avec 450 réfugiés à son bord a été arraisonné par les autorités italiennes. C’est le troisième cargo cette semaine.
Tout le monde connait l’histoire du cheval de Troie. Du moins le pensais-je.

Les cargos qui accostent ces jours-ci sur les côtes européennes chargés de centaines de « réfugiés » musulmans (près de 2 000 la semaine dernière) sous le regard attendri des responsables européens me font douter.

Le cheval de Troie fut l’épisode final de la guerre de Troie. Ne pouvant rentrer anonymement en Europe après avoir combattu auprès de l’Etat islamique, des guerriers grecs musulmans furent déguisés en réfugiés et cachés dans de grand chevaux de bois voguant sur la Méditerranée. Arrivés sur les cotes italiennes, ils furent accueillis comme un cadeau des dieux : ils offraient une nouvelle occasion aux Européens de réparer leurs abjects crimes coloniaux en ouvrant les bras aux défavorisés. Cette ruse entraîna la chute de l’Europe.

Qui sont les plus persécutés, en Syrie et en Irak ?

Ce sont les Chrétiens, les Yezidis, les femmes, les vieillards, les enfants.

Y a-t-il des Chrétiens, dans les cargo qui « s’échouent » sur les cotes italiennes ? Pas vraiment. Il y a essentiellement des musulmans. Des enfants, des vieillards, des femmes ? Pas beaucoup, presque pas. La grande majorité, ce sont des hommes seuls. Calais en est le témoin. Leurs parents et grands-parents, leurs familles, enfants, femmes, ne sont-ils pas en plus grand danger qu’eux ?

L’ONU parle d’un million d’enfants n’ayant pas même une couverture à se mettre sur le dos pour affronter l’hiver tandis que des « passeurs » auraient 2 ou 3 millions de dollars pour acheter des cargos et les abandonner ensuite, comme dernièrement ?

Et ils seraient maintenant devenus marins, capitaines, mécaniciens, ils auraient appris à faire naviguer les cargos qu’ils abandonnent ensuite ?

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les « réfugiés » – les reportages se succèdent pour décrire leurs terribles conditions de vie, ont tout perdu. Ils ont à peine de quoi se nourrir. La moitié des 22 millions de Syriens tient avec moins de deux dollars par jour depuis deux ans, et ils auraient 3 000 dollars pour payer les passeurs ? Et si quelqu’un finançait plutôt le voyage de djihadistes déguisés en réfugiés ?

N’y a-t-il aucun pays musulmans où ces « réfugiés » pourraient trouver un abri ?

49 pays musulmans, la plupart sous habités, dont certains si riches qu’ils s’offrent des entreprises européennes prestigieuses, ne veulent pas les accueillir ? Alors que l’islam est une religion charitable qui fait le bien et apporte la lumière au monde ? Pourquoi se « réfugier » en Europe où leur mode de vie, leur culture, la pratique de leur religion sont si menacés, l’environnement si hostile, si islamophobe que l’UE préoccupée envisage de promulguer des lois pour les protéger, alors qu’ils seraient si bien en terre d’islam ?

Posons le problème à l’envers.

L’Etat islamique a d’énormes ressources financières, des banques, des puits de pétrole. Pour quelle raison se priveraient-ils d’affréter des chevaux de Troie, et faire embarquer quelques milliers d’islamistes qui attendront patiemment les ordres, une fois sur le sol européen ?

N’attendons pas que les médias mènent l’enquête, ils ne sont plus là pour ça. Leur fonction consiste à faire avaler la pilule à une population européenne abandonnée. Quand aux instances européennes, demander une commission d’enquête serait évidemment discriminatoire et raciste.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source : http://www.dreuz.info

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

One thought to “Le cheval de Troie ou qui sont les 450 migrants du cargo arraisonné en Italie ?”

  1. Les passeurs des migrants ont cette fois dépassé les limites de la raison humaine en abandonnant les navires sur lesquels étaient embarqués des centaines de personnes dont des femmes et enfants. Si les instances européennes, davantage fixées sur la taille des divers poissons, ne s’engagent pas dans des actions concertées avec tous les pays du vieux continent, pour lutter efficacement contre cette nouvelle forme d’invasion de masse, la situation va devenir insoutenable . Que fait l’Europe ?. Nous sommes en pleine décadence de l’occident , il faut des décisions fortes , courageuses et non négociables pour faire cesser ces misérables .

Les commentaires sont clos.