Le confinement a rappelé l’importance du refuge familial, ne l’affaiblissons pas !

Elizabeth Montfort, présidente du pôle Famille de l’Institut Thomas More le 09 juillet 2020

Il n’aura pas fallu vingt-quatre heures au nouveau Premier ministre et au nouveau garde des Sceaux pour annoncer leur volonté de voir votée d’ici la fin du mois de juillet le projet de loi bioéthique, qui contient la « PMA pour toutes ». Étrange urgence que rien ne justifie, ni la crise économique et sociale qui vient, ni les attentes des Français. C’est donc que le « nouveau chemin » promis par le président de la République ressemble désespérément au précédent. C’est donc que l’exécutif, contrairement à ses proclamations, ne sait pas tirer les leçons de la crise sanitaire que nous venons de vivre.

Car qu’avons-nous vu ? Que la famille, et non l’État, est le recours et le rempart naturels en cas de coup dur. Jamais, en temps de paix en effet, un gouvernement ne s’était autant reposé sur les familles. Il l’a fait au point de leur confier la lourde tâche d’endiguer, voire de stopper, l’épidémie du Covid-19 en fermant crèches et écoles et en confinant enfants et parents dans leur foyer. Lourde tâche, en effet, pour les parents car il a fallu en quelques heures devenir un père et une mère au foyer, apprendre le partage des tâches, faire la cuisine, inventer des loisirs à la maison, suivre la scolarité des enfants, continuer à travailler en télétravail (sauf pour les métiers de santé et de première nécessité). Voici donc un gouvernement qui n’a pas trouvé mieux qu’une famille pour prendre en charge ses propres enfants…

1 réflexion au sujet de « Le confinement a rappelé l’importance du refuge familial, ne l’affaiblissons pas ! »

  1. Rien de tel que le noyau familial, du moins dans la majorité des cas.
    57 visiteurs en ligne et pas un qui commente!

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :