Le devoir de réserve, une brève histoire des transgressions. LIBRE OPINION du Général (2S) François TORRES.

Général (2S) François TORRES, le 09 mai 2016

Association de Soutien à l’Armée Française (ASAF)


Voilà un texte comme j’aimerais en lire plus souvent. L’art et la manière de remettre les pendules à l’heure. Je retiens notamment cette phrase du Général Torres, à méditer, je cite : « Mise en œuvre depuis longtemps dans le silence, l’affaiblissement des capacités militaires, dont le caractère irrationnel est aujourd’hui cruellement mis en lumière par le bouleversement de la situation de sécurité chez nous et à nos portes, fonde la fin du mutisme des militaires. Aucune admonestation morale ne parviendra à inverser cette tendance. » //RO


Certains peuvent être choqués par les fréquentes transgressions de la règle de Cicéron que l’épée doit céder le pas à la toge. Mais la soumission du militaire au politique n’est un principe salutaire et consensuel qu’à la condition de strictes contreparties qui sont au minimum la considération pour la parole des chefs et leurs suggestions, la préservation de l’outil et son adéquation aux menaces et aux missions. Sans ce retour essentiel pour la sécurité du pays, le pacte ne tient plus et la parole des militaires, au lieu de rester mesurée, prudente et coopérative deviendra de plus en plus vindicative.

Alain Juppé commet une erreur en considérant un officier général en fonction comme un homme politique. Le numéro 3 de la Gendarmerie n’est pas un apparatchik partisan arrivé au sommet dans les fourgons d’un ministre élu par un scrutin volatile. Il n’est pas non plus un fonctionnaire comme les autres, rouage d’une machine bureaucratique, mais un homme à qui la Nation demande de mettre en jeu sa vie pour la défendre, maillon ancestral d’un système hors parti garant d’une continuité historique directement liée à la sécurité de la Nation quels qu’en soient les représentants. Lui demander de se taire ou de partir n’a aucun sens puisqu’il n’exprime pas une opinion politiquement discutable sensible à l’air du temps et aux modes, mais des faits irréfutables et immuables que l’oligarchie confite dans ses aveuglements et ses contradictions ne veut pas considérer.

Pour comprendre comment et pourquoi la parole des militaires s’est progressivement libérée, il faut faire un bref retour en arrière.

L’incident Soubelet, qui a peut-être fait sauter le verrou de la parole des hauts responsables militaires en fonction, semble être la première conséquence d’un long processus à l’arrière plan essentiellement pacifiste et comptable. Faisant du budget des armées une variable d’ajustement, contre les mises en garde répétées des responsables militaires, il a gravement affaibli la cohérence des forces tout en provoquant un grand désordre logistique par l’instauration des usines à gaz des bases de défense où la dilution des responsabilités détruit le principe de l’unité de commandement avant l’engagement.

Ces bouleversements assortis de sérieuses coupes claires, n’ont jamais été motivées que par des soucis d’économies et très peu par l’obligation de cohérence capacitaire des forces entre elles, et de l’outil lui-même avec les menaces. Le comble a probablement été atteint lors de la fabrication du Livre blanc 2013 à laquelle les militaires, en très sérieux sous nombre, n’avaient été conviés que pour la forme. Au point que le général d’armée Thorette, ancien chef d’état-major de l’armée de Terre, initialement non associé aux travaux, mais rappelé par Jean-Marie Guéhenno qui l’avait inclus dans la sous-commission n° 5 « capacité des forces » a fini par démissionner ulcéré de découvrir un document rédigé par M. Guéhenno à la préparation duquel il n’avait pas été convié. Le résultat du travail avait creusé un fossé surréaliste entre les forces et les menaces, les missions et les moyens. Un peu comme dans les années 30 quand, d’une part, notre Quai d’Orsay promettait l’aide militaire à la Pologne, ce qui supposait une capacité offensive, tandis que, d’autre part, on construisait une armée défensive à la doctrine figée par la ligne Maginot.


Lire la suite sur http://www.asafrance.fr


 

L’info continue sur notre page Facebook Le Colonel Actualités

 


 

 

 

5 réflexions au sujet de “Le devoir de réserve, une brève histoire des transgressions. LIBRE OPINION du Général (2S) François TORRES.”

  1. Très belle Plume pour la transmission d’infos capitales. Merci !

    Le 14 JUILLET 2016 risquerait-il d’être « CHAUD » ? J’en rêve depuis si longtemps…surtout depuis la présence du FLN sur les Champs Elysées en 2014.

    En sommes-nous bientôt à mettre les drapeaux en berne partout en France, dès l’annonce du décès de Bouteflika ?

    LONDON hier, BERLIN demain, et après-demain, notre PARIS n’est pas à l’abri d’un T.Ramadan pour occuper le poste d’Hidalgo. Qui sait ? Car si des « cons » de Londoniens ont eu un faible pour un musulman (aussi ami des extrémistes) je me dis que les mêmes « cons » résident bien dans notre Capitale.

    Plus de cent-trente personnes massacrées à Paris et PAS DE HAINE ?

  2. Pour ma part, j’ai toujours critiqué le silence des hauts dignitaires militaires devant les coupes drastiques des budgets de la défense d’une part et lors de la suppression de certains programmes pourtant prioritaires d’équipements destinés aux armées. Dans ma carrière je n’ai connu qu’une seule fois, un coup d’éclat, lorsque l’Amiral Patou a démissionné de son poste de Chef d’état-major de la Marine dans les années 70 , en raison d’une diminution du budget affecté à la Royale et d’un affaiblissement du programme de construction navale pour la flotte. Lorsque l’on constate à longueur d’année les excès démentiels des dépenses liées au train de vie de nos responsables politiques en charge des rouages de l’état, du plus haut somment de l’état jusqu’aux assemblées territoriales, on est en droit de protester contre cette situation qui, si elle était redressée comme le souligne souvent la « pauvre » cours des comptes, pourrait satisfaire grandement les demandes de nos armées. On pourrait ainsi répondre à la demande du président Sarkozy , qui proclame maintenant, (après avoir sacrifié au combien les finances de la défens et ses effectifs) que la défense est prioritaire et a besoin d’être renforcée. On croit rêver !.

  3. Merci de ne pas ou plus évoquer l’esprit de sacrifice de nos généraux, c’est indécent et depuis très longtemps. Je reste d’accord sur l’essentiel.

  4. Pendant longtemps nous avons vécu une absence capacitaire des généraux à parler avant la 2s car l’aptitude aux concours des grandes écoles, conduisait au minimum a l’obtention des étoiles qui peuvent être considérées comme un graal mais d’un autre coté pousse a une forme de carriérisme et à avaler de nombreuses couleuvres; qui peut le reprocher c’est humain ,nous sommes maintenant dans un cadre ou il y a 13 colonels pour une place de général, et il y aura forcement des déceptions, et ce sont ces déceptions qui libèreront la parole, si l’on ajoute à cela que le Fort Défense est assiégé par les hauts fonctionnaires civils et les contrôleurs, au détriment des généraux des forces dont les politiques se méfient, tout doucement des prises de positions peut être timides au début vont voir le jour dans la 1° section; et plus le pouvoir politique devient déliquescent, plus la parole militaire sera libérée.

  5. Merci de nous mettre au courant, et de relayer les liens vers des textes que j’aurais eu du mal à trouver….
    anne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :