Le FN, la petite bête qui monte, qui monte…

Par Sylvain Rakotoarison (son site), le 25 juin 2013

AgoraVox

Je ne comprends pas l’état de (fausse) surprise des médias qui parlent de choc et de percée du Front National à l’occasion des dernières élections régionales. Nous avons pourtant été très nombreux à évoquer l’irrésistible ascension du Front National.  En témoigne cette excellente analyse de Sylvain Rakotoarison qui date de juin 2013. Pourquoi donc jouer les vierges effarouchées. La petite bête, elle monte, elle monte. Elle ne perce pas. Et ce n’est pas terminé. #Sachez-le! Rien ne sert de se voiler la face. //RO

 

Pas de nouveau député FN après la huitième législative partielle mais un score au second tour qui continue de donner des sueurs froides aux états-majors des partis parlementaires.

Dimanche 23 juin 2013 a eu lieu le second tour de l’élection législative partielle dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne pour désigner le successeur de l’ancien ministre Jérôme Cahuzac (qui sera auditionné ce mercredi 26 juin par la commission d’enquête sur son affaire). Le premier tour du 16 juin 2013 avait non seulement permis au candidat du Front national d’être présent au second tour mais avait aussi empêché celui du Parti socialiste d’y être.

Or, ce second tour entre un candidat de l’UMP et un candidat du FN a renouvelé le précédent de la deuxième circonscription de l’Oise de mars 2013. À savoir, que la tactique dite du front républicain invoquée par la direction des partis n’est vraiment plus appliquée par les électeurs de base. Les consignes ont, une fois encore, volé en éclat.

Les résultats sont sans ambiguïté.

Le candidat de l’UMP, Jean-Louis Costes, a été élu avec 53,8% des voix. S’il peut se réjouir de sa victoire (dans une circonscription en or pour la gauche), l’UMP n’a pas de quoi pavoiser : son score reste très faible. Moins certes que celui de son collègue Jean-François Mancel dans l’Oise, mais suffisamment faible pour ne pas faire de triomphalisme exalté déplacé.

Car la nouvelle leçon de ce scrutin, c’est évidemment le score du candidat du FN, Étienne Bousquet-Cassagne, jeune étudiant, qui a obtenu 46,3%, ce qui est très élevé pour un parti en principe rejeté par plus de 70% des Français. Il a même devancé le candidat UMP dans cinquante des cent vingt et une communes de la circonscription.

En nombre de voix, c’est même plus impressionnant puisqu’il a recueilli 15 647 voix, soit presque 7 100 voix supplémentaires par rapport au premier tour ! En d’autres termes, il a presque doublé son assise électorale.

Qui sont ces 7 100 voix ? Des électeurs du FN qui ne s’étaient pas mobilisés au premier tour ? Probablement pas, puisque, avec déjà 26,0%, le FN avait déjà largement dépassé son score de 2012.

Il faut d’ailleurs souligner qu’en plus de cette augmentation du score (+20%), la participation a augmenté entre les deux tours, passant de 45,9% à 52,5%, ce qui signifie que le vote pour le FN n’est plus par défaut, dans une sorte de bénéfice d’une abstention massive, mais par adhésion pour éviter l’élection du candidat UMP. Il est aussi à noter que les votes blancs ou nuls ont plus que triplé entre les deux tours (1 640 à 5 624).

Il faut évidemment imaginer quelles auraient été les réactions du PS si un second tour PS vs FN avait eu lieu dans les même conditions : on aurait entendu sans l’ombre d’un doute des procès en fascisme contre l’UMP, procès de collusion, d’alliance, etc.

Heureusement, ici, le PS est dans l’incapacité de faire ce type de reproche (Michel Sapin a quand même eu la malhonnêteté intellectuelle de le faire ce lundi) et devrait même reconnaître que l’UMP est le premier parti à faire barrage au FN puisque le PS n’est même plus qualifié pour batailler au second tour.

La réalité, comme je l’avais déjà analysé pour la partielle de l’Oise, c’est que ce sont des électeurs de gauche, et en particulier les électeurs socialistes du premier tour, qui ont voté « franchement » pour le candidat du FN. C’est d’autant plus troublant qu’au contraire de l’Oise, le candidat de l’UMP n’était pas particulièrement critiquable d’un point de vue moral (alors que le candidat UMP dans l’Oise avait été impliqué dans quelques affaires politico-financières qui pouvaient faire réfléchir) et que le candidat du FN n’avait aucune expérience ni compétence particulière sinon sa pugnacité sur le terrain depuis un an.

Jean-Louis Costes a déjà indiqué, au lendemain de son élection, que certains militants socialistes avaient fait campagne ouvertement contre lui entre les deux tours, malgré les consignes de faire barrage au FN.

Quand on écoute les explications des socialistes sur leur huitième échec depuis leur arrivée au pouvoir, on a l’impression d’être sur une autre planète. Le PS devrait quand même comprendre ce qu’il se passe réellement en France. Il faut qu’il arrête de se donner les raisons bidons de ses échecs. Je suis d’ailleurs persuadé que François Hollande n’est pas dupe de sa langue de bois ni de ses éléments de langage.

Ce n’est pas l’affaire Cahuzac (dans l’Oise, pas de Cahuzac en cause), ce n’est pas la présence de candidat écologiste (le PS a pu gagner 2012 malgré des candidats EELV), ce n’est pas non plus (nouvelle idée provenant du Ministre de l’effondrement contreproductif Arnaud Montebourg) les maladresses arrogantes et récurrentes de José Manuel Barroso, mis en place autant par l’UMP que par le PS à la Présidence de la Commission Européenne (répétons et insistons que le PS a soutenu sa désignation en 2004 et sa reconduction en 2009), ce ne sont pas ces raisons-là qui ont hissé le FN à plus de 45% de l’électorat au second tour.

Le « problème » est tout autre. L’enjeu, c’est que le FN n’est plus une source de répulsion électorale. La dédiabolisation par Marine Le Pen a été un succès au-delà de toute prévision. Des circonscriptions aussi différentes que la deuxième de l’Oise et la troisième du Lot-et-Garonne en apportent la preuve : ce ne sont pas des considérations sur la personnalité des candidats ou sur le contexte local qui sont en cause, ce sont des considérations purement nationales.

Le processus a été mis en place en mars 2011 à l’occasion des élections cantonales, également au scrutin majoritaire. Non seulement de très nombreux candidats du FN ont pu franchir la qualification au second tour, mais ils ont su rassembler une très grande partie de l’électorat, parfois en doublant leur score du premier tour et en frôlant la majorité absolue.

D’ailleurs, dans la situation actuelle, le FN aurait plutôt intérêt à ne pas insister sur sa revendication d’un scrutin proportionnel aux élections législatives : aujourd’hui, par son effet levier, le FN est capable de bénéficier du scrutin majoritaire, d’autant plus qu’il nourrit aujourd’hui une prétention à devenir majoritaire.

Ce qui est maintenant une évidence que doivent reconnaître tous les états-majors politiques, c’est que le FN est capable de faire le plein des voix des oppositions. J’exprime les oppositions au pluriel puisqu’il est probable (c’était observé en 2011 et 2012) que cela aurait été le cas également dans des seconds tours qui opposeraient PS et FN. En clair, le FN ne faisant plus peur est capable de ratisser large, dans tout l’éventail des traditions politiques de l’électorat.

La perspective d’un 21 avril 2002 devient donc maintenant de plus en plus probable en 2017 si la situation de l’emploi et de la croissance ne s’améliore pas rapidement. Mais allons un peu plus loin et allons jusqu’aux élections législatives.

Au contraire de 2002 où le FN de Jean-Marie Le Pen avait toujours mordu la poussière aux élections législatives, les prochaines élections législatives générales (juin 2017 ou avant en cas d’improbable dissolution) pourraient au contraire donner au FN une impulsion supplémentaire.

Lire la suite sur http://www.agoravox.fr

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (25 juin 2013)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin :
L’affaire Cahuzac.
Les électeurs du PS aussi votent FN.
La 2e circonscription de l’Oise.
La 3e circonscription du Lot-et-Garonne.
Un front républicain face au FN ?
Analyse du programme du FN
Scrutin des futures élections locales.
L’union nationale.

 

 

 

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.