Le général de Villiers, l’eau tiède réinventée

Trois ans que personnellement je l’écris. Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas. Philippe de Villiers, ce n’est ni le Général de Gaulle, ni le Général Boulanger. De Villiers c’est le général Rantanplan… //RO

Le dernier livre du général Pierre de Villiers (L’Équilibre est un courage), ancien chef d’état-major des armées, commence par un retour sur le 5 décembre 2018. Une femme inquiète vient le voir. Nous sommes en plein mouvement des Gilets jaunes, son mari et son fils seront à Paris le samedi 8 décembre. L’un parmi les manifestants, l’autre parmi les CRS. Villiers souhaite la « réconciliation nationale » (p. 12) pour ne pas voir s’opposer pères et fils. Ce samedi 8 décembre, j’étais aussi, comme ce père de famille, sur les Champs-Élysées, peut-être face à son fils. J’avais, à mon bras, ma fiancée, Fiorina Lignier, qui le soir ne rentrera pas avec moi de Paris. Elle y restera seize jours, à l’hôpital, après avoir été éborgnée par un policier alors qu’elle manifestait pacifiquement. Contrairement à Pierre de Villiers qui souhaite la « réconciliation nationale », moi non. Il n’y aura pas de pardon pour ce gouvernement de l’anti-France qui a jeté ses forces de police sur les Français leur arrachant des yeux et des mains. L’ouvrage de Villiers, c’est, tout le long de ses 332 pages, de la mollesse, un vieux fond de morale chrétienne avec du pardon (qui se transforme en à-plat-ventrisme), sans oublier des propositions éculées depuis 40 ans.

https://www.polemia.com/le-general-de-villiers-leau-tiede-reinventee

3 réflexions au sujet de “Le général de Villiers, l’eau tiède réinventée”

  1. Parfaitement d’accord avec vous; ce type a tout juste le niveau d’un garde barrière, aucune colonne vertébrale. Il a fait l’essentiel de sa carrière durant la guerre froide; c’est un fonctionnaire de la défense, un type habitué au consensus mou et au « pas de couilles pas d’embrouilles ». Le niveau qu’il a atteint est un parfait indicateur de sa platitude, on ne parvient pas à ce niveau sans une grande souplesse vis à vis de ses convictions. Son éviction par Macron fut une mise en scène grotesque. Personne ne peut croire qu’un type de son envergure pouvait être un obstacle au jeune président qu’il se serait empressé de servir, comme il l’a toujours fait. La force de l’habitude…

  2. Je me souviens que vous l’aviez dit mais je continuais à espérer. Un général, ça évoque en principe l’ordre et la fermeté. Au vu des citations tirées de son livre, on dirait plutôt une chiffe molle. Il reste le général Martinez dont on sait très peu de choses.

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :