Actualités, France, Politique, Société

Le jeu des chaises musicales.

317

Par le Capitaine (e.r.) J.M., Ancien Officier A Titre Etranger

Le 07 janvier 2017 – Le Colonel


Le Capitaine (er) J.M. nous séduit régulièrement avec ses billets exclusifs pour Le Colonel. Il nous entraine aujourd’hui dans un jeu, celui des chaises musicales. Allons-y. //RO


 

 

Avec la primaire de la gauche, c’est un peu comme dans le jeu des chaises musicales, aussi longtemps que la musique continue il n’y a pas de perdants. Et tout ce que veulent ces candidats déclarés, c’est bien sûr, que le « jeu » continu encore pendant les cinq prochaines années…

C’est à se demander d’ailleurs, s’ils ne devraient pas plutôt jouer au poker, tant leur capacité à bluffer est impressionnante. Ils savent qu’ils n’ont rien en main, mais ils relancent quand même. Car ce qui compte, tous les joueurs le savent, ce n’est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes, mais de savoir jouer avec les mauvaises (1). Et comme, après ce quinquennat désastreux, il ne leur reste que de très mauvaises cartes en main, ils font des prouesses en flagornerie, à faire passer le renard de La Fontaine, dans la fable du Corbeau et du Renard, pour un vulgaire cabot aphone.

Il est vrai que ceux qui ont déjà bénéficié d’un de ces magnifiques objets issus du Mobilier National, pour y poser leur auguste séant, voudraient bien continuer quelques temps encore, à jouir de ces petits privilèges que le vulgaire citoyen « d’en bas » n’imagine même pas. Et pour les autres, ils se disent, « qui ne tente rien, n’a rien », et qu’avec un peu de chance ou une bonne campagne de presse par quelques médias redevables, ils pourraient aussi profiter, in fine, de ces petites attentions républicaines. Personne ne doutant finalement de sa bonne étoile et surtout de ses compétences dans cette élection, tout le monde y va de bon cœur dans les promesses électorales ou les solutions à apporter pour redresser notre pays.

Reste que, comme le disait très justement notre rusé renard : « tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute…». C’est donc bien à ceux qui les écoutent que s’adresse cet article. En espérant que les poncifs coutumiers sur la droite et sur la gauche en période d’élection, du style : « C’est pareil. La droite ce n’est pas mieux. Sarko a fait pire, etc. » ne viendront pas perturber votre réflexion après la lecture de ce billet. Voyons donc à quels types de flagorneurs nous avons à faire :

Manuel Valls : Il est le Saint Matthieu de la gauche. «Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais» est devenu son unique paradigme. Pour lui ce quinquennat est une réussite complète. Il est sur le même déni que notre Président : Tout va mieux ! L’économie, le chômage, la justice sociale, l’insécurité, l’immigration, etc. Et donc à raison, il demande à relancer le jeu. Ce petit « Pinochet » à la française, n’est pas vraiment sympathique et c’est peu de le dire. Il s’est fait beaucoup d’ennemis en politique en générale, mais encore plus parmi les électeurs de gauche. Les autres le détestent eux depuis toujours. Il est donc prêt à promettre monts et merveilles à tous les gogos (ou bobos) amnésiques, qui voudront bien lui prêter une oreille complaisante. Surtout que comme il le clame désormais : « Il a changé ». Il est d’ailleurs étonnant que ces derniers écoutent encore ce matamore pathologiquement énervé, qui leur coupera cette même oreille, ou les deux, voire plus, sans sourciller d’un cil, dès lors qu’il sera élu et qu’eux ne seront alors plus en phase avec ses décisions…

Arnaud Montebourg : « Il n’a qu’un défaut, c’est lui-même… ». Cet ancien ministre du redressement productif, n’a pas été reconduit à son poste à l’arrivée de Valls. Ses résultats étaient sans doute du même niveau que ses compétences, aussi bien dans le domaine du redressement, que dans celui de la production. Il a alors décidé de reprendre des études afin de suivre une formation courte de management avancé en entreprise. Il est donc maintenant d’après lui, tout à fait prêt à manager la France ! Mais, peut-on être de son avis, quand on voit les progrès qu’il a faits depuis ? Il nomme à la tête de son comité de soutien, l’excellentissime Guy Bedos, qui est à la politique, ce que Einstein fût à la mode, sans que ce dernier n’ait auparavant donné son accord de manière officielle (2). Il se retrouve alors tout contrit ou plus simplement tout con, lorsque la presse affiche à la une de tous les médias, le refus de ce dernier à prendre ce poste… il a dû sans doute rater quelques cours en management, car s’il est incapable de gérer son propre comité de soutien, imaginons ce qu’il pourrait faire à la tête de l’État Français. Défenseur poltron et désarmé du «made in France» face aux technocrates du parlement européen, cet aristocrate sans noblesse, qui a de particulier de n’avoir aucune particule, adepte des anaphores, se voit déjà déclarer devant la France entière : « Moi Président de la République…». Mais peut-être serait-il plus avisé de s’inscrire pour la prochaine rentrée scolaire, au cycle long cette fois, de management avancé…

Benoît Hamon : «Je veux être président de la République, je me vois à l’Élysée et en situation de répondre plus efficacement aux défis qui se posent» (3). Bon, là tout est dit, il s’y voit déjà. Sa proposition phare, le revenu universel, serait financé par une taxe sur les robots et une taxe sur l’utilisation des biens communs. C’est bien çà, taxer les robots ! Ils n’ont pas de comptes en Suisse ceux-là. Ils ne votent pas et ne font pas grève. Espérons seulement que ces robots ne soient pas dotés d’une intelligence artificielle, car sinon, ils vont vite comprendre qu’il vaut mieux aller se faire huiler les rouages sous d’autres cieux, que de rester en France… « La croissance, ça ne veut plus rien dire. Croissance de quoi? Il n’y a plus de boussole à l’action politique sinon de courir derrière la croissance. Ça tient du mythe religieux. Je fus croyant, je ne le suis plus » (4). Alors si en plus, il n’y croit plus vraiment, lui l’ancien apôtre du Hollandisme, ancien ministre, ancien frondeur qui n’a jamais voté contre ce gouvernement…Ce n’est pas avec ce genre d’apostat socialiste que la France va réussir à s’en sortir.

François de Rugy : Ah, les écologistes…Comment pourrait-on se passer d’eux ? Il l’écrit lui-même, entre « Écologie ou gauchisme, il faut choisir » (5). C’est tout le drame de l’écologie qui est résumé dans ce titre. Ce qui n’augure rien de bon pour la France, si d’aventure les Français votaient enfin pour un « écolo ». Car il est de notoriété publique, qu’une fois en poste, tous ces ardents défenseurs de la planète, se foutent comme de leur premier slip recyclable : de la couche d’ozone, du nucléaire, de l’agriculture Bio et du réchauffement climatique. J’en veux pour preuve, tous ces arrivistes qui ont accepté des postes de ministres ou de secrétaires d’État depuis des décennies, au détriment de leur dogme écologiste. Mais bon, s’il y a encore des « lapins de trois semaines » pour croire ces boniments, vous avez là votre candidat 100% Bio…

Jean-Luc Bennahmias : 35 ans, chez les Verts ! Il le dit lui-même « Si j’ai quitté les Verts, ce n’est pas pour rien… » (6). Il a donc quand même fallu 35 ans à cet intellectuel pour comprendre toute l’utilité des Verts, ça laisse rêveur… Il est pour un protectionnisme européen et pour produire européen. En voilà un qui n’a pas du regarder les informations depuis quelques temps déjà. Ou alors, il a un problème de vue, d’audition ou tout simplement, il est un peu plus con que les autres candidats. Car si l’Europe a des qualités, elle n’a certainement pas celle d’être protectrice, pour ce qui concerne la France en tout cas. Pour tous ces migrants sans aucun doute, mais pour les entreprises françaises certainement pas. Encore un de ces purs produits de l’écologie que je décrivais plus haut, sauf que lui n’est apparemment plus Bio depuis longtemps. J’espère que sa propre famille vote quand même un peu pour lui, car dans le jeu des chaises musicales, il finit toujours assis par terre avant même que la musique n’ait commencé.

Vincent Peillon : Ancien ministre de l’Éducation Nationale, maître à penser de notre ministre actuelle, c’est dire si c’est du haut niveau ! Il n’aime ni l’Histoire de France, ni sa culture ancestrale, ni ces traditions populaires. Pour lui, tous ce qui est blanc, hétérosexuel et catholique est forcément une aberration sociale d’un autre temps. Il veut reconstruire le mode de pensée de notre société, en commençant par nos enfants dès la maternelle. Ce visionnaire intellectuel qui veut présider au destin de la France déclare aussi : « Il faut arracher l’élève à tous les déterminismes : familial, ethnique, social, intellectuel, afin de s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités » (7). ! C’est dire si cet homme à de sérieux problèmes psychologiques et qu’il a dû certainement beaucoup souffrir, tout petit à l’école. Il déclare même quand France, les musulmans d’aujourd’hui, sont les juifs de 1940 (8) ! Comme tout bon socialiste, il est pour la démocratie, l’ouverture aux autres et la liberté de penser. Et il le prouve aussitôt, en considérant qu’être de droite, c’est comme refuser le droit de vote aux Noirs (9). Propos immédiatement défendus par notre inégalable Najat. Toutes les soumissions, acceptations ou renoncement que les français ont subis depuis des décennies, ne lui suffisent pas. Les violences et les cruautés qui sont la cause de ces idées fumeuses sur des centaines de victimes innocentes, ne lui font aucunement changer d’avis, bien au contraire, il faut en faire plus ! Alors pour ceux qui veulent en finir avec la France, c’est le candidat idéal. Cerise sur le gâteau, il se pourrait qu’il choisisse sa plus fidèle « disciple » en tant que Premier ministre…

Sylvia Pinel : Ah, enfin une femme ! Ouf, j’ai eu peur pour l’égalité homme-femme dans cette primaire de la gauche. Bon, une fois ceci dit, il n’y a plus grand-chose à dire…Elle va faire quoi dans cette élection à part faire de l’affichage ? Merci aux Hommes de gauche, d’avoir permis à une Femme d’être présente dans ce moment historique pour le parti socialiste. Je ne sais pas comment, ils ont réussi à la convaincre, quelles promesses lui ont été faites, mais quand je vous dis que ce sont de redoutables joueurs de poker menteur, ça fout les jetons…

Voilà, vous pouvez envoyer la musique ! Et faites les tourner très vite, avec un peu de chance, la force de gravité aidant, on pourrait peut-être se débarrasser rapidement des moins tenaces. Pour ceux qui voteront encore « à gôche », malgré l’état pathétique de notre pays après l’ère Hollande, parce que c’est cool et c’est plus sympa d’être de gauche ou qui trouveront quand même des qualités à certains de ces candidats, je vous dis bravo ! Vous avez mille fois raison, car comme le disait Pierre Dac : « Si tous ceux qui croient avoir raison n’avaient pas tort, la vérité ne serait pas loin » (6).


1- « C’est formidable le poker. Ce qui compte, ce n’est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises. » Bernard Werber / Extrait de : L’Empire des anges
2- lefigaro.fr/programme-tv/guy-bedos-arnaud-montebourg-a-fait-un-sketch-_cc473786-d377-11e6-b36e-ce717b784d0d/
3- www.bfmtv.com/politique/benoit-hamon-je-me-vois-a-l-elysee-1077367.html
4- www.lejdd.fr/Politique/On-va-entendre-les-impacts-quand-Hamon-se-prepare-a-affronter-Valls-82954
5- « Écologie ou gauchisme, il faut choisir » (éditions de l’Archipel).
6- www.francetvinfo.fr/replay-radio/8h30-aphatie/candidat-a-la-primaire-de-la-gauche-jean-luc-bennahmias-veut-faire-bouger-les-lignes_1972697.html
7- www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/peillon-lideologue-forcene/
8- http://www.francetvinfo.fr/politique/ps/primaire-a-gauche/peillon-compare-le-sort-des-juifs-sous-vichy-a-celui-des-musulmans-aujourd-hui-la-polemique-en-quatre-actes_2000733.html
9- http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/couacs/2017/01/05/25005-20170105ARTFIG00259-pour-peillon-etre-de-droite-revient-a-penser-qu-un-noir-n-a-pas-le-droite-de-vote.php
10- Citation de Pierre Dac : L’os à moelle (1940)



Illustration Le Colonel. Source photo : regle chaises musicales
regles-jeux-plein-air.com

 

 


 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

By Pierre Duriot

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!