Le petit cheval dans le mauvais temps…

Régis Ollivier, le 15 janvier 2017

Le Colonel


 

Comparer François Fillon à un cheval ne va pas me faire que des amis. Surtout chez les amoureux de la plus belle conquête de l’homme. C’est pourtant le choix que j’ai fait pour illustrer mon propos.


Tout droit sorti du chapeau de la primaire de la Droite et de Centre, le candidat désigné pour la course à la magistrature suprême, Monsieur François Fillon n’a rien d’un pur sang. Ce n’est pas non plus un vieux canasson. Il n’est ni aveugle ni réellement borgne, mais ses sourcils broussailleux semblent lui servir d’oeillères. Et puis, le fait de se retrouver sur le devant de la scène politique lui a redonné un peu de vitalité.


Chez Le Colonel, nous nous sommes efforcés d’éliminer celui que nous avions jugé comme le plus dangereux des candidats de Droite, à savoir Monsieur Alain Juppé. Pour autant, la sortie du chapeau de la primaire de François Fillon m’apparait comme un vote par défaut. 


Problème : l’élection présidentielle de 2012 nous a également livré un président par défaut. Pour les résultats que nous connaissons.


Alors, encore une fois, « faute de grives mangeons des merles ».


Voir Les Républicains s’étriper sur les réseaux sociaux à ce propos est pitoyable. Peu m’importe que Nicolas Sarkozy ait dit de se réunir autour de François Fillon. Le constat est là et c’est François Fillon qui a la lourde charge de représenter la Droite à l’élection présidentielle à venir. Il faut un moment donné cessez de tortiller du cul et mettre un terme à toutes ces divisions qui font le jeu de la Gauche et du Front National.


Je ne suis absolument pas fillonniste mais puisque les dés sont jetés, il faut désormais assumer sauf à faire des choix inconsidérés. 


Homme de Droite au lendemain de l’élection de François Mitterrand, je reste cet homme d’une Droite qui n’existe plus. Cette Droite que j’appelle désormais « canal historique ». Mais je reste constant dans mes choix et mes convictions. Tout sauf la Gauche. 


Je n’imagine pas non plus une victoire du Front National si tant est que le parti de Madame Marine Le Pen sorte des urnes au premier tour de scrutin. C’est là encore ma conviction car les Françaises et les Français qui voteront massivement Front National au premier tour se désisteront tout aussi massivement au second tour.


De la même manière, je reste convaincu que François Fillon ne fera pas le poids face à un Manuel Valls ou même un Emmanuel Macron. 


Alors, plutôt que de porter mon choix sur un cheval aveugle, je préfère opter pour un cheval plus ou moins borgne, qui avancera cahin-caha, tel un petit cheval dans le mauvais temps, plein de courage. Pour tenter de l’amener jusqu’à l’Élysée. 


Tous derrière et lui devant.


Le Colonel vous salue bien

Illustration : La Complainte du petit cheval blanc (Paul Fort)
instantdinstants.over-blog.fr

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

6 thoughts to “Le petit cheval dans le mauvais temps…”

  1. Farid Fion = Bilderberg = Destruction de la France nation.
    Bilan Sarko = Bilan Farid FION
    Et c’est cela que vous voulez ?
    Mais que vous a donc fait la France pour que vous la détestiez à ce point ???

  2. Et pourquoi pas Marine?.
    Cela aurait au moins l’avantage de montrer au yeux des français, que les femmes ce n’est pas « pour des prunes ». Et surtout, qu’elles ne doivent plus se faire balader par des mâles en rut à tout les coins de rue.
    D’autant qu’elles sont majoritaires sur les listes électorales, qu’elles sont minoritaires aux postes de commande, et qu’elles démontrent chaque jour à tout un chacun qu’elles font souvent 2 ou 3 journées de travail alors que son compagnon, n’en fait qu’une.
    Alors, catholiques, protestantes, orthodoxe, juives, athées ou pas, elles seront encore plus les victimes des mâles dominants si elles ne se saisissent pas de cette situation historique d’élire une de leur semblable, blonde de surcroit, à la tête de la France. Et faire en sorte que : « A travail égal, salaire égal ». Slogan de la JEC pour les rencontres d’ORANGE 67.
    Chiche, mesdames, mesdemoiselles, votez pour elle et les hommes seront moins fiers.
    Et il ne sera pas besoin de pratiquer le 49-3 pour faire appliquer cette mesure de bon sens dans les entreprises.

  3. Comme il est dit : »à défaut de merles mangeons des grives ». S’il devient président, monsieur Fillon aura du fil à retordre dans un pays ingouvernable où on ne lui pardonnera pas de s’attaquer (normalement) aux puissants privilèges de certaines corporations. Mais qui peut prédire l’avenir ? , pas les sondeurs qui se sont lourdement trompés , alors ! affaire à suivre car elle nous intéresse bigrement.

  4. Bonsoir Jean, pour moi mon credo reste inchangé : tout sauf la gauche. Je ne suis pas anti-FN, bien au contraire car j’en épouse de nombreuses thèses. Et si au second tour MLP est présente face à la gauche, je voterai FN sans états d’âmes. Quant à Fillon, il reste un candidat par défaut. Et je peux encore changer d’avis. Bien amicalement. Régis

  5. La personne qui a la  » lourde charge de représenter la Droite à l’élection présidentielle à venir  » , n’est pas François Fillon , mais bien plutôt Marine Le Pen . . .

    La vrai droite  » canal historique  » a en effet toujours été souverainiste et identitaire . Nous avons vu ce que ces concepts voulaient dire avec Fillon entre 2007 et 2012 . . .

Les commentaires sont clos.