Actualités, Armées, France, Politique

Le prestige de l’uniforme.

497

Par Guy Adain, le 10/11/2017

Le Colonel

 

 

Une réaction à chaud à la sortie du livre « Servir » du Général Pierre de Villiers.

 

 

© Photo by Régis Ollivier

 


C’est dur de côtoyer des militaires et de n’être qu’un « Pékin ! »


L’uniforme ajoute toujours une touche de prestance à ceux qui le portent, quand en plus, il est bien porté, bien galonné et constellé de décorations prestigieuses, il impressionne, suscite l’admiration, voire l’envie…Ou la jalousie !
Rajoutez à cela un nom à particule connu et reconnu, et une fonction de connétable : vous avez engendré un bouc émissaire !


L’âge de la sagesse, l’expérience, la qualité de l’homme qui porte cet uniforme en impose naturellement. Sa notoriété auprès de ses hommes, ses états de service éloquents vont trop briller et éclipser quiconque s’approchera trop près de lui… Les « beaux soldats » ont toujours tendance, involontairement, à faire de l’ombre, et les « Césars » n’aiment cela !


Si encore l’homme était bravache, grande-gueule, va-t-en-guerre, il serait dominable.
Mais non, c’est un vrai sage, un chef de guerre avisé, discret, efficace, courtois et d’une « totale loyauté ». (Sic)
Un Officier de Tradition, de vieille tradition, conscient du « Rôle de l’Officier » et apte à le jouer tel que l’avait imaginé le Maréchal Lyautey.


Difficile, douloureux de prendre le pas sur de tels hommes, surtout lorsqu’ils sont au dessus des tentations des sinécures politiques ; qui leur semble bien vaines.
Ce n’est pas un homme de Pouvoir, mais de responsabilité. (Sic) Je dirai pour ma part, un homme de Devoir et de Service, tout simplement un homme d’Honneur, un Gentilhomme !
On peut toujours descendre les Champs Elysées en command car, les dents serrés et le regard altier… Il va manquer « l’odeur de sable chaud du légionnaire »…


Les qualités, les principes, les valeurs, l’honneur, le courage, le désintéressement, le goût et le sens du service sont un peu mis à mal ces temps-ci, mais ils n’ont pas disparus bien sûr, ils sont allé se réfugier dans les métiers à uniforme : Armée, Police, Sécurité Publique, Pompiers, Fonction hospitalière… Oui ces principes existent encore, mais restent pudiques et discrets, faute d’être à la mode.


Mais ces valeurs sont exigeantes, et lorsqu’on ne peut plus les appliquer, la mort dans l’âme, il faut partir !
Il faut refuser d’avaler toutes les couleuvres et couleuvrines
(pour les miliaires…)
Il faut renoncer à ne plus Servir à Rien quand notre raison de vivre était justement de SERVIR !
Les « Vieux Soldats » connaissent la chanson…
Non Rien de Rien, non je ne regrette Rien…
Mais l’homme de guerre sait être aussi un homme de paix et… Le Service continue !


Derrière de tels chefs des Volontaires vont se lever et vont suivre : «  Le Panache blanc, celui qu’on retrouve sur le chemin de l’honneur … »(Sic)
Et cette fascination risque encore de… Froisser.


Mais, Vive la France pourtant !
Nous Servirons quand même !


Guy Adain
10/11/2017

 

 


 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l’Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST – Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales – INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!