Le rétablissement du service militaire en France est une nécessité !

Par Paul Le Réactionnaire le 07 novembre 2014

La gauche m’a tuer

 

Je valide bien évidemment l’idée d’un retour du service militaire obligatoire. La grande question qui se pose est : comment financer une telle mesure alors que l’Etat est en quasi cessation de paiement. //RO

 

Le 22 février 1996, Jacques Chirac, alors Président de la République annonce une profonde réforme de la Défense reposant sur trois axes : passage à l’armée de métier, restructuration des industries d’armement et abandon du service militaire obligatoire. Il explique que l’objectif de cette réforme est de mettre en place une défense «plus efficace et plus moderne et moins coûteuse». Dans un entretien télévisé il déclare que « le service militaire a été créé en 1905, comme vous le savez, à une époque où il fallait des poitrines à opposer à d’autres poitrines -si j’ose dire – face à un danger extérieur. Cette époque est complètement révolue. Nous n’avons plus besoin d’appelés, de gens faisant leur service militaire. » Le service militaire est suspendu par la loi du 28 octobre 1997. Suspendu seulement puisque cette loi précise qu’ « il est rétabli à tout moment par la loi dès lors que les conditions de la défense de la Nation l’exigent ou que les objectifs assignés aux armées le nécessitent. »

L’histoire de la naissance de la conscription est intéressante. Le 20 avril 1792, l’assemblée nationale législative déclare la guerre à l’empereur du Saint Empire, François Ier. Le 18 août la France est envahie. Le 20 septembre, alors que l’armée prussienne approche de Paris, l’armée française stoppe les prussiens à Valmy. C’est la première victoire décisive de l’armée française depuis le renversement des Bourbons. Les révolutionnaires comprennent alors l’importance de l’armée. La conscription est instituée par la loi Jourdan de 1798. Né alors le « soldat-citoyen » qui doit défendre la nation et promouvoir la liberté. L’appel de La Marseillaise, « aux armes citoyens » traversera et animera les deux siècles suivant.

Mais les défaites de l’armée française au XXéme siècle (1940, la guerre d’Algérie…) auront raison de la conscription. Depuis de Gaulle, les gouvernements successifs souhaitent professionnaliser l’armée et suspendre la conscription. Le président Jacques Chirac le fait en 1997.

Quel bilan peut-on en tirer 15 ans plus tard ? Nous avons une armée professionnelle très bien entrainée et mobile. Après celle des Etats-Unis elle est la plus mobilisable. Aujourd’hui, notre armée est présente dans de nombreuses zones en guerre. Bien que l’actuel gouvernement souhaite drastiquement diminuer le budget de notre défense, la professionnalisation de notre armée est un succès.

Mais le service militaire n’avait pas pour seul but de former des soldats. L’objectif principal était la formation de « soldat-citoyens » ou de « citoyen-soldats » (selon le contexte). L’appel sous les drapeaux insufflait donc l’amour de la patrie aux jeunes ainsi qu’un sentiment d’appartenance à la communauté nationale. Il n’existe plus aujourd’hui qu’une seule journée d’appel à la défense et un service civique facultatif.

Sur le site du ministère de la défense il est précisé que « la JDC (journée défense et citoyenneté) a pour objectif de conforter l’esprit de défense et de concourir à l’affirmation du sentiment d’appartenance à la communauté nationale. ». En une journée ? Impossible ! Sauf si l’on se sent déjà français avant cette journée.

C’est un problème majeur. Surtout à une période où l’immigration est croissante et où le sentiment d’être français décroit. La question se pose donc. Doit-on rétablir le service militaire? En début de semaine, dans une interview au journal Le Point, Xavier Bertrand a proposé l’idée d’un service national de 3 mois. J’y suis favorable.

La période est assez longue pour permettre aux jeunes de retrouver l’amour de la patrie, d’apprendre l’autorité (trop nombreux sont ceux qui la méprise), la discipline (notamment le respect d’horaires fixes), l’effort. Surtout cela permettra de faire sortir les jeunes de leurs quartiers. Le service militaire permettait, au moins en théorie, de rapprocher le fils d’ouvrier et le fils d’industriel. Aujourd’hui, ils ne se côtoient plus.

Lire la suite sur http://lagauchematuer.fr

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

6 thoughts to “Le rétablissement du service militaire en France est une nécessité !”

  1. Votre réponse apporte sa propre contradiction. En clair, ce SN de trois mois aura pour objectif de discipliner les jeunes, ce qui en soi peut sembler une bonne chose, au prétexte que le service militaire « dans le temps » permettait de remettre dans l’axe un certain nombre de jeunes un peu désorientés. C’est vrai… sauf que ce n’était pas du tout l’objectif du SN, qui était de disposer d’une armée de masse, plutôt bien formée (j’en parle en connaissance de cause), prête à encaisser le choc de l’invasion du PAVA.
    Vous reconnaissez vous-même que ce SN « NG » (nlle génération) n’aura pas un objectif opérationnel mais un objectif éducatif… ce qui revient en fait à demander aux armées de faire le boulot que l’on a peur d’exiger de l’éducation nationale. Comprenez que les premiers intéressés, à savoir les militaires, ne soient pas forcément d’accord ! Quant bien même j’aime instruire les soldats placés sous mes ordres, mon objectif ultime est bien d’en faire un « système d’arme » efficace et non simplement de les éduquer. Si j’avais voulu être éducateur ou enseignant, j’aurai choisi un autre métier que celui des armes.
    Dans le fond, vous avez raison, il faut réinsufler ce sentiment patriotique, et la discipline à notre jeunesse : demandez donc aux personnes qui sont normalement payées pour cela de faire correctement leur boulot avant de venir demander aux militaires de le faire. Pour info, le sentiment patriotique est bcp plus développé aux USA ou en Grande Bretagne, pays qui n’ont pas une culture du service national !!!

  2. Bonjour Semper Fi,

    Nous sommes d’accord sur le fait que 40 années de politique tentée de l’idéologie 68arde a nui à notre nation. Elle a fait disparaitre le sentiment d’appartenance à une communauté nationale.

    Les 3 mois ne serviront pas à conduire les jeunes en opex mais à les discipliner.Et ceci, il me semble, est une excellente chose.

    Est-ce démagogique? Probable! Mais pour une fois qu’une proposition démagogique peut etre utile…

    Paul Le Réactionnaire
    http://paullereactionnaire.over-blog.com/

  3. Pour avoir commencé ma carrière avec des appelés, je n’ai pas le souvenir que la majorité d’entre eux avaient des frissons lorsqu’ils voyaient monter les 3 couleurs… alors recréer le patriotisme, en imposant un service militaire de 3 mois ??? J’en doute ! Les français seraient un peu plus patriotes si 40 d’idéologie post-68 n’avaient pas fait du patriotisme l’antichambre du fascisme, à coups de rappels « des heures les plus sombres de notre histoire »… pas besoin de SN pour lutter contre cela.
    Et puis trois mois pour faire quoi ? Certainement pas de la prépa ops… 3 mois, c’est à peine la formation initiale de nos engagés.
    Où va-t-on les mettre nos nouveaux appelés ? je pense que nous allons manquer de casernes…et va falloir ressortir un certain nombre de drapeaux des Invalides.
    Qui va tirer le gros lot d’aller se faire ch…. à encadrer ces jeunes sortis de leurs cités, pendant que les copains seront en train de « bien rigoler » au Mali, au Liban, en Centraf’ ou ailleurs ! Désolé mais on ne devient pas officier uniquement pour le rôle social ! Et comme je doute fort que l’on enverra les appelés version 3 mois de service en OPEX, le SN version X Bertrand ressemblera plus aux EPID qu’au 6e RPIMa !!!
    Bref, encore une belle idée à la c…, teintée de démagogie, impossible à mettre en oeuvre « sous enveloppe constante » et franchement, on a plus besoin du programme VBMR que de nouveaux « appeul’s » qui viendront en trainant les pieds subir trois mois de rigueur militaire en comptant les jours, pour à la fin nous gratifier d’un bras d’honneur à la sortie, tout en beuglant « libéraaaaable » dans les couloirs lors de leur dernière nuit en caserne.
    Alors NON, je suis absolument contre cette idée : vive l’armée de métier.

  4. Bonjour,

    Merci d’avoir pour la reprise de l’article!

    Par rapport aux coûts, le retour à un service national concernerait 600 000 jeunes (garçons et filles) et coûterait 1,5 milliards par an pour 3 mois de service.

    Au niveau de l’apprentissage du maniement des armes, j’ai envie de répondre que si ils souhaitent faire le djihad ils l’apprendront. 1000 jeunes français sont partis combattre en Syrie et ils apprennent bien à se servir d’une arme.

    Dans mon idée, si le service national leur insuffle l’amour de la patrie pourquoi iraient-ils combattre pour le djihad? Sans doute suis-je trop naïf, mais j’y crois. Ensuite, cela permettra à l’armée de repérer des individus potentiellement dangereux ou vulnérables.

    Dans tous les cas j’espère qu’un débat sur le rétablissement du service militaire aura lieu lors des prochaines présidentielles!

    Amitiés Militantes,

    Paul Le Réactionnaire
    http://paullereactionnaire.over-blog.com/

  5. Sur ce point précis, vous avez entièrement raison et vous n’êtes pas seul à me faire cette remarque. Je prends note. Merci et cordialement. //RO

  6. je ne suis pas sur que dans la France « actuelle » il serait judicieux de permettre aux jeunes des banlieues défavorisées de s’initier au métier des armes, pour les retrouvés en syrie ?

Les commentaires sont clos.