Le Sénat adopte l’article qui ouvre le mariage aux homosexuels

Mis à jour le  , publié le 

 

Ll'Assemblée nationale à Paris, le 4 avril 2013, lors du débat sur le projet de loi sur le mariage pour tous.Ll’Assemblée nationale à Paris, le 4 avril 2013, lors du débat sur le projet de loi sur le mariage pour tous.

(CHARLES PLATIAU / REUTERS)Le Sénat a adopté, mardi 9 avril, par 179 voix contre 157, l’article 1 du projet de loi sur le mariage pour tous, qui supprime l’exigence de la différence des sexes comme condition du droit au mariage.

Après plus de dix heures de discussion, cet article a été adopté « conforme », c’est-à-dire sans modification par rapport au vote en première lecture de l’Assemblée nationale. Ce vote devient donc définitif, sauf si l’ensemble du projet de loi est rejeté à l’issue de son examen par le Sénat, probablement vendredi ou samedi. Une fois voté par ce dernier, le texte reviendra en seconde lecture devant l’Assemblée nationale, probablement vers la fin mai.

Cinq sénateurs UMP et une sénatrice UDI ont voté pour

La droite UMP et UDI-UC a voté contre, mais a enregistré quelques défections. Cinq sénateurs UMP ont voté pour (Christian Cointat, Jacqueline Farreyrol, François Grosdidier, Fabienne Keller, Alain Milon), deux se sont abstenus (Christophe-André Frassa, Yann Gaillard), tandis que Roger Karoutchi n’a pas pris part au vote. Chez les centristes, Chantal Jouanno a voté pour, Vincent Capo-Canellas, Muguette Dini, Pierre Jarlier et Valérie Létard se sont abstenus.

Le président du groupe socialiste au Sénat, François Rebsamen, s’est réjoui dans un communiqué de l’adoption de cet article, malgré « les tentatives d’obstruction de la droite », qui a multiplié les prises de parole dans une atmosphère électrique. « Compte tenu des dérives qui ont eu lieu soit par des manifestations de violences dans la rue, soit par des débordements verbaux dans l’hémicycle, le vote de cet article marque une victoire de la lutte contre l’homophobie, celle de la tolérance et de la démocratie », a-t-il conclu.

 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.