Actualités, Enseignement, France, Islam, Religion

Les dérives communautaristes musulmanes au sein de l’école publique

507

Par Pierre Duriot

Le 10 octobre 2018

Le Colonel 3.0

 

 

Un témoignage de Pierre Duriot que je vous invite à lire et à partager. //RO

 

 

© Pierre Duriot

 

 

Une enquête journalistique pointe en ce moment les dérives communautaristes musulmanes au sein de l’école publique. Oui, ce n’est pas nouveau, mais certains croient que cela est dû au nombre d’élèves musulmans qui peuvent être dans une école et imposer leurs coutumes par le nombre. Il n’en est rien. Je me suis trouvé, au cours de ces dernières années, dans une école maternelle de campagne, où j’interviens de manière ponctuelle. Il n’y avait en cette rentrée, qu’un seul élève musulman, en petite section, âgé de trois ans donc. Son père déambulait absent, le nez plongé dans son téléphone portable, sa mère, une française convertie, très préoccupée que tout se passe bien. La famille était dans l’école depuis quelques dizaines de minutes. La maman entreprit la maîtresse, afin qu’elle veille à ce que son garçon ne mange pas le moindre bonbon, puisque ces friandises contiennent toutes de la gélatine de porc. Et ce, notamment lors des anniversaires qui sont traditionnellement fêtés avec les camarades de classe. Et ma collègue de commencer à acquiescer, oui, nous ferons attention. Et la dame entreprend son tour des adultes afin de faire passer la consigne. M’avisant dans mon habituel costume cravate, elle me prend pour un interlocuteur important et me donne ses consignes. Comme quoi, la revendication religieuse n’est pas liée au nombre. « Non madame, personne ne surveillera les bonbons que mange votre fils. Ici, nous sommes fonctionnaires et nous appliquons des consignes et des programmes gouvernementaux qui n’enjoignent personne de surveiller les bonbons à la gélatine de porc. Vous pouvez seulement dire à votre enfant de ne pas en manger, c’est tout ». « Mais il est trop petit », me dit-elle, « et il aura envie d’en manger ». « C’est normal madame, ici, c’est la maternelle, on découvre les goûts, on fait la fête entre enfants, il y a la semaine du goût et les anniversaires, ce n’est pas contre-indiqué par nos directives ». « Je vous disais ça parce que notre religion, vous comprenez… ». « Non madame, on ne comprend pas les raisons religieuses dans l’école publique et laïque, mais j’ai quand même une solution pour vous ». « Ah ». « Oui, l’école maternelle n’est pas obligatoire, vous nous le ramènerez dans trois ans, en CP. Il n’y aura plus beaucoup de bonbons et votre petit aura l’âge de comprendre qu’il ne doit pas en manger ». Silence… « Bon d’accord ». Le gosse est en primaire, il est quasiment toujours le seul petit musulman dans nos élèves et nous n’avons jamais entendu parler de quoi que ce soit. Il en suffit d’un et de céder une fois. Je comprends alors le désarroi de mes collègues quand cette communauté est majoritaire…

http://www.pierre-duriot.com

 

 

 

About the author / 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris. Ex-DGSE.

Utilisateurs en ligne

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.



@LeColonelActus


Archives

Catégories

error: Content is protected !!