Les drôles de guerres du petit président par Régis Ollivier

En France, on a beaucoup de guerres mais peu de moyens. De fait on est toujours en guerre contre quelque chose, ou contre quelqu’un. La guerre contre le chômage, celles contre la pollution, contre le terrorisme, les fausses nouvelles, la haine, le racisme… la liste n’est pas exhaustive mais elle serait incomplète si je ne parlais pas de la guerre contre le virus dit normal, le coronavirus, le covid-19 et maintenant le variant anglais pour éviter de dire le mutant. Je note d’ailleurs que pour ne pas dire le « variant français », alors que le virus est désormais bien implanté chez nous, nos autorités sanitaires, les ministres et les médias « suceurs à la botte », et j’interdit quiconque de transformer « botte » en « bite »… donc tous ces gens continuent d’utiliser l’appellation « variant anglais » comme pour désigner en la perfide Albion les responsables de cette importation du virus mutant. Pas folles les guêpes.

Donc « la France est en guerre contre le virus », c’est petit Président qui l’a dit. Et comme toujours, on n’a que la bite et le couteau. Voyez les drames au Mali où nos jeunes soldats se font tuer en blindés « qui ne sont pas tout à fait blindés ». Mais je ne suis pas le mieux placé pour lister les matériels de guerre dont dispose la force Barkhane, en dehors du binôme indissociable bite et couteau et ce n’est pas le sujet du jour. Revenons-en à notre variant-mutant. Le monde entier s’alarme mais nous en France, comme d’habitude, on tortille du cul, on avance, on recule, comment veux-tu… ? Alors ils nous mentent. Ça ils savent bien faire en plus de nous mépriser. Comme pour les masques, le gel, les vaccins, etc…

Mais le pire en France, c’est qu’on fait la guerre la journée uniquement. Sans doute pour ne pas consommer trop d’électricité qui nous manque depuis que les écolos sont passés par là. Je croyais naïvement que la guerre c’est 24/24 et 7/7. Mais non. Ça c’était avant. Avant quoi ? Bin avant le couvre-feu. Donc la guerre s’arrête à la fermeture des centres de vaccinations. On ne vaccine plus, on dépiste plus. On n’hospitalise plus… ? Si quand même. Même s’il n’y a plus de lit.

C’est quoi ces drôles de guerres qu’on mène en France ? On n’a pas assez de combattants, de matériels et de munitions. Pas assez de superfrigos qui consomment trop. Et pourquoi ces problèmes de logistique et de cabinets américains ? C’est quoi ce bordel. On est trop nuls en France ? Et pourquoi on n’emmène pas les candidats à la vaccination librement consentie directement aux superfrigos ? En bus, en trains, en camions militaires que l’on réquisitionne lors de grèves des éboueurs-techniciens de surface. Rien. Que dalle. On attend le déluge les bras croisés. Pas la peine d’avoir fait l’ENA ou Polytechnique.

Entre nous, Monsieur le Président de France, elles font quoi vos troupes gouvernementales ? Et vous ? Moi je vais vous dire : « J’ai honte et vous me faites honte. On est la risée du monde entier. Et puis vous savez quoi ? Ne m’appelez plus jamais France. La France éternelle est morte. Amen ».

5 réflexions au sujet de “Les drôles de guerres du petit président par Régis Ollivier”

  1. Je préfère l’original à la copie.La 7ème Compagnie ,elle au moins est drôle.
    Merci pour vos papiers toujours éclairés,sans jamais tomber dans la facilité.
    Meilleurs Voeux de santé,de bonheur et de Résilience !, au Colonel, à sa famille de sang et de coeur.
    A ses fidèles.
    Comme moi !

  2. J’adore votre papier , merci pour cette vérité ! ( mais la chanson de Guy Béart ne dit elle pas :  » il a dit la vérité , il sera exécuté  »
    Prenez soin de vous

  3. Il y a longtemps que notre pays est la risée du monde entier. Ca a commencé avec Hollande et ce n’est pas fini. Mais je suis certaine que depuis ce temps-là, nous ne sommes plus « UN PAYS » mais uniquement une ressource financière pour la banque centrale européenne. Quant à la situation covidienne de notre pays, elle est ce que les pauvres de tous pays disent : Nous serons toujours les derniers servis s’il reste quelques miettes de leurs agapes.
    Mon cher Régis, je crois que nous devons nous faire une raison : nous ne sommes plus rien dans cet hexagone à l’ouest de l’Europe.

  4. Comment un homme qui n’a aucune idée de l’armée, qui n’a même pas fait de sevice militaire ose parler de guerre ? Son état major de technocrates n’est même pas capable d’organiser la logistique de la vaccination sans tergiverser et perdre du temps, donc de l’efficacité ! Notre pays est la risée des gouvernances internationales !

  5. « j’interdis quiconque de transformer « botte » en « bite » Ha, ha!
    Quand je pense qu’avec Hollande on croyait avoir touché le fond…Non, on pouvait encore creuser apparemment.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :