LES ENFANTS DJIHADISTES SONT-ILS DANGEREUX ?

Le 13 mars 2019 – Damocles

Toutes les manipulations auront été tentées afin de faire revenir les djihadistes en France. Les hommes, d’abord, auxquels le gouvernement Macron promettait des peines de prison exemplaires. Mais au second trimestre 2018, leur moyenne n’est que de 8 ans et 4 mois d’emprisonnement. Les femmes, ensuite, présentées comme de simples « suiveuses » de leurs maris afin d’éviter les conséquences de leurs actes en Irak et en Syrie.
© Pierre Duriot

Les faits

Toutes les manipulations auront été tentées afin de faire revenir les djihadistes en France. Les hommes, d’abord, auxquels le gouvernement Macron promettait des peines de prison exemplaires. Mais au second trimestre 2018, leur moyenne n’est que de 8 ans et 4 mois d’emprisonnement. Les femmes, ensuite, présentées comme de simples « suiveuses » de leurs maris afin d’éviter les conséquences de leurs actes en Irak et en Syrie. Mais lorsqu’elles sont interrogées sérieusement, la réalité de leur soutien à l’État islamique revient au galop : « Mon fils grandira un jour et deviendra un djihadiste » lance en turc l’une d’entre elles à l’AFP le 23 février 2019.

Désormais, les enfants djihadistes sont la dernière arme émotionnelle des partisans du retour. Après le mythe des djihadistes « repentis », après le mensonge de la « déradicalisation » des islamistes qui a coûté plus de 100 millions d’euros aux contribuables français, la pression monte dans les médias politiquement corrects, toujours avides de victimisation de criminels. Le gouvernement Macron, sans colonne vertébrale intellectuelle, n’agit qu’en réaction à cette pression. Dès le mois d’octobre 2017, le ministre de la Justice, Nicole Belloubet, assure à France Inter que « tous les enfants seront pris en charge ».

Des avocats-militants s’infiltrent dans la brêche et viennent à présent de porter plainte auprès du comité des droits de l’homme de l’ONU pour le rapatriement des enfants djihadistes en France. À la tête de la démarche, se trouve une fois de plus l’avocat William Bourdon : celui qui niait le danger d’attentats islamiques en France face à David Thomson en 2014, dans l’émission Ce soir (ou jamais !) ; celui qui a soutenu Ségolène Royal, Eva Joly ou encore François Hollande ; celui qui met son Cabinet Bourdon & Associés au service des mosquées salafistes et des islamistes poursuivis par l’État…

https://damocles.co/desintox/djihadistes-enfants-dangereux/

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

2 thoughts to “LES ENFANTS DJIHADISTES SONT-ILS DANGEREUX ?”

  1. LES ENFANTS DJIHADISTES SONT-ILS DANGEREUX ?
    Sous la papauté de Jean-Paul II et de Benoît XVI, j’aurais répondu: « Même réponse que « Le Pape est-il catholique? » ».
    Aujourd’hui je suis moins sûr !!!

  2. Puisqu’ils nous haïssent autant… Et ils l’ont largement prouvé à coups de déclarations et d’attentats multiples & meurtriers : qu’ils restent là-bas. les autorités irakiennes ou kurdes, sauront bien s’en occuper. Ou mieux encore : qu’on les flingue tous jusqu’au dernier.
    Quand il s’agit de rapatrier ces vermines islamistes, Macron et les collaborationistes montrent bien leur niveau de corruption et leur mépris des Français. Pour ceux-là, leur tour viendra.

Les commentaires sont clos.