Les implications mondiales d’une présidence Le Pen seront irrévocables

Par Audrey Duperron, le 23 novembre 2016

L’Express Business


La diabolisation du Front National va reprendre de plus belle et j’ai bien peur que si un tel scénario se réalise en France, les tenants actuels du pouvoir ne soient tentés de reprendre en main la situation en bloquant le processus électoral. C’est, me semble-t-il, l’une des hypothèses envisagées par Manuel Valls. Vous remarquerez que, dans le titre de cet article, le conditionnel n’est pas de mise. //RO


 

L’éventuelle arrivée de l’extrême droite au pouvoir en France menace d’avoir des conséquences dramatiques non seulement pour l’Union Européenne, mais aussi pour la politique mondiale, affirme le chroniqueur Gideon Rachman dans le Financial Times. Une présidence de Le Pen pourrait signifier l’effondrement de l’Union Européenne. Car la dirigeante du parti d’extrême droite français ne souhaite pas seulement que la France sorte de la zone euro, elle prévoit également d’organiser un référendum sur l’adhésion de son pays à l’UE.

1. Les implications mondiales d’une victoire de Le Pen seraient énormes. 4 des 5 sièges des membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU seraient alors occupés par des régimes non démocratiques (Chine et Russie) ou par des gouvernements dirigés par des nationalistes et des politiciens d’extrême droite (États-Unis et France). Dans ces circonstances, l’ordre légal international pourrait s’effondrer.

2. Les électeurs français qui auraient pu craindre qu’une présidence de Le Pen marginalise leur pays, pourraient maintenant considérer la victoire de Trump comme une sorte de permission de voter pour le Front National. La situation du pays en elle-même les appelle à se tourner vers un nationalisme autoritaire. La France a été soumise à des attentats terroristes ignobles commis par des extrémistes islamistes. Dans les grandes villes du pays, on trouve d’importantes populations musulmanes mal intégrées. Enfin, le taux de chômage dépasse les 10 %.


3. Une victoire de Le Pen résoudrait le problème du brexit, parce que la question d’une sortie de l’UE ne serait plus d’actualité. En effet, il n’y aurait peut-être plus d’Union Européenne à quitter. Boris Johnson, le ministre des affaires étrangères britannique, a salué « l’opportunité » offerte par l’élection de Trump, qui est favorable au brexit, et il pourrait en faire de même lors d’une éventuelle élection de Le Pen.

4. Une victoire du Front National en France signifierait que des régimes autoritaires prospèrent dans toute l’Europe, de Moscou à Varsovie, Budapest et Paris. Et sous la présidence de Donald Trump, il ne faudra plus compter sur les États-Unis pour  contrebalancer l’extrémisme politique en Europe.


Lire la suite sur https://fr.express.live

 


Photo de Une : AFP

 

 


 

Régis Ollivier

Officier supérieur (er). Officier de l'Ordre National du Mérite. Diplômé EMSST - Ecole Militaire Paris. Diplômé Langues Orientales - INALCO Paris.

4 thoughts to “Les implications mondiales d’une présidence Le Pen seront irrévocables”

  1. Que ce passe t’il? Avons nous peur de la democracie? Avons nous peur du choix du peuple? Demoniser le Front National. Qu’en est il de nos elites qui ont menées notre nation à la banqueroute? Eux ils sont meilleurs que les Lepen, bien entendue. Et que dire de l’Union Europeene? Cet exemple de respect des peuples, de prosperitée, de libertée, de fraternitée et de toutes nos valeurs. Qu’elle belle leçon de democracie.

  2. Un coup de téléphone, d’un bureau du sous sol du « château » vers une république socialiste amie du sud, risque d’être lancé dès que les sondeurs auront jugés la menace populiste plausible. Plusieurs individus arriveront par l’Espagne pour tenter d’arrêter le processus « démocratique républicain français ». En cas d’échec de ces « sauvageons du sud », les élections seront reportées au calendes grecques, en cas de succès de leurs opérations terroristes, alors blackout sur le déroulement de l’élection.
    Et le peuple de France, de sans dent, de cœur et de conviction ou de souche, assistera à l’éloge funèbre du « capitaine » aux victimes du terrorisme international.
    On n’enlève le pouvoir aux forces du progrès et de la pensée unique de France sans casser quelques œufs.
    Il y a quelque temps, à l’Assemblée Nationale, un député parisien de l’UMP, avait dit à un élu de la majorité socialiste, que les socialistes avait eu le pouvoir « par effraction ».
    On supposera qu’aujourd’hui, les socialistes ne veulent pas partir « par éjection » populiste.

  3. « 4 des 5 sièges des membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU seraient alors occupés par des régimes… »

    Cette dame pourrait même dire que 5/5 des sièges sont tenus par des régimes de déplorables : Oublie-t-elle le Brexit?

  4. Belle leçon de démocratie que d’envisager de remettre en cause un choix du peuple souverain au cas où il élirait Le Pen. Je ne doute pas une seconde que l’émanation du Caudillo qui exerce à Matignon est prêt à s’opposer à la voix des urnes comme l’avaient fait les gouvernants algériens lorsque les islamistes étaient sortis des urnes début des années 90. On appelle cela la démocratie à géométrie variable!

Les commentaires sont clos.