Les loups sont entrés dans Paris – Il y aura un avant et un après 7 janvier.

Par Roland Pietrini le 10 janvier 2015

ATHENA – DEFENSE

artfichier_276653_4444917_20150110461622

 

Ainsi, la France a vécu durant ces derniers jours, en ce tout début de d’année 2015, un épisode de son Histoire. Pas tant par le nombre de victimes (une seule cela aurait été déjà de trop) somme toute limité à l’échelle de ce que cela aurait pu être, mais par la symbolique forte et les conséquences sociétales de cette attaque menée par des fanatiques incultes et cruels sortis des ténèbres. Les sociétés évoluent parfois par soubresauts, un peu comme des secousses sismiques qui soudain transforment un paysage, modèlent de nouvelles lignes de force, dans l’attente de répliques. Comme un après 11 septembre, Il y aura un après 7 janvier.

Les réactions à l’étranger en démontrent l’importance, les grands de ce monde ne se sont pas trompés, car cela va bien au-delà des réactions habituelles, celles-ci sont unanimes et sincères le monde libre a mesuré l’enjeu. On s’attaque aux symboles forts d’une démocratie – La liberté de la presse, l’autorité de l’Etat et bien entendu aux juifs, éternels exutoires de l’obscurantisme imbécile et par ricochet, aux apostats- La communauté musulmane est aussi touchée, l’immense majorité ne se reconnait pas dans l’expression dévoyée la plus primaire de ceux qui se réclament d’un Allah sanguinaire, sorti de leur imagination de haine envers l’occident qui les a pourtant nourris dans son sein.

La consternation est à la hauteur du crime. Le discours de François Hollande du 9 janvier auquel il manquait deux chapitres, celui de la compassion envers les victimes -mais il l’avait déjà exprimée- mais surtout celui de l’autorité et de l’offensive. Car, au-delà de l’insistance envers la nécessité au rassemblement indispensable, il aurait été nécessaire et pédagogique de dire à quel point nos soldats qui luttent sur le continent africain et ailleurs sont les sentinelles avancées de notre cité France. Les loups sont entrés dans Paris, cette chanson écrite par Vidalie et chantée par Serge Reggiani, en prend toute la symbolique.

Les hommes avaient perdu le goût
De vivre, et se foutaient de tout
Leurs mères, leurs frangins, leurs nanas
Pour eux c´était qu´du cinéma
Le ciel redevenait sauvage,
Le béton bouffait l´paysage… d’alors

Il y avait un avant 7 janvier, il y aura un après, et cet après sera différent, parce que la prise de conscience de la possible mortalité de nos valeurs menacées est désormais comprise. Nous ne sommes plus dans le virtuel, dans le discours, nous sommes dans le concret de l’horreur. L’image de ce flic tué à bout portant sur un trottoir de Paris restera dans les mémoires et permet au plus grand nombre de prendre conscience que sans le nécessaire réflexe de survie, nous serons condamnés à céder. La volonté du Daesh, comme celle d’Al- Qaeda, est de détruire nos sociétés afin d’imposer la leur. Une société qui reviendrait à des principes d’un obscurantisme pire encore que celui qu’a connu notre monde lors des moments les plus sombres de son histoire, afin « d’y imposer une doctrine unique, un encadrement fort des populations, une sélection des cadres en fonction de l’enthousiasme et de la conformité avec l’idéologie unique, afin d’institutionnaliser globalement sa domination, en transformant radicalement l’ordre politique, culturel et économique existant en fonction d’une idéologie homogène et unifiée autour de quelques principes, référence à un « homme nouveau » – en fait le retour à un musulman « pur » d’un passé qui n’a jamais existé, etc.) » Cédric Mas.

L’Afp indique, pas plus tard que ce matin , qu’un responsable religieux d’Al-Qaeda dans la péninsule arabique (Aqpa), dont se réclamaient les frères Kouachi, auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo, a menacé la France de nouvelles attaques dans une vidéo diffusée vendredi, a révélé un centre de surveillance américain des sites islamistes.

Lire la suite sur http://www.athena-vostok.com

 

 

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :